La société CompatibleOne devient CloudOrbit

Afin de mieux de positionner sur le marché, CompatibleOne, née du projet Open Source de broker de cloud éponyme, a décidé de changer de nom de baptême et devient CloudOrbit.

Afin de mieux de positionner sur le marché et d'éviter les confusions, la société CompatibleOne, née du projet Open Source de broker de cloud éponyme, a décidé de changer de nom de baptême et devient CloudOrbit.

Cette société, fondée en mars 2014 par Jean-Pierre Laisné et Jean-Philippe Kalfon, respectivement ex-responsable chez Bull et ex-patron de Cordys en France, a basé son modèle économique sur la fourniture à l’abonnement de services professionnels, de maintenance ou encore de formation sur le projet Open Source CompatibleOne. Ce projet, fruit d’une collaboration entre 12 partenaires (dont Mandriva, Prologue, Bull, Intel, ActiveEon, eNovance, l'ENSI de Bourges, ETRI, Nuxeo, Xwiki, l’Inria, la Poste et le consortium OW2), avait à l’origine pour objectif de répondre à la très sérieuse problématique de l’interopérabilité entre plates-formes Cloud. CompatibleOne est une plate-forme d’intermédiation capable de faire office de ciment entre différents nuages (avec des API différentes, voire propriétaires). Le projet propose une couche d’abstraction horizontale pour  assurer la compatibilité entre cloud hétérogénes.  Les entreprises peuvent ainsi distribuer leurs workloads entre plusieurs clouds, en fonction des SLA souhaités, ou encore de la tarification, une console centralisée permettant de gérer le monitoring, le déploiement et le billing. Une façon de faciliter la consommation ainsi que l’achat des services cloud, en permettant de placer la bonne application sur la bonne plate-forme Cloud au bon moment.

Pour Jean-Philippe Kalfon, cette nouvelle appellation, CloudOrbit, a pour vocation « de marquer la différence » avec le projet Open Source CompatibleOne, et ne plus être rattaché à ce projet de R&D, même si finalement CompatibleOne sert de base à CloudOrbit. Le changement de nom pour CloudOrbit marque ainsi la volonté de marquer l’indépendance marketing et commerciale de la société vis-à-vis du projet CompatibleOne.

La société développe « une suite complète de produits » qui permet de faciliter l’utilisation de clouds publics et privés. La plate-forme CloudOrbit comprend, explique la société, une API Restful (Orbital) ainsi qu’un moteur de courtage, le CloudOrbit Brokerage Engine.

CloudOrbit fera ses premiers pas publics lors d’une conférence qui se déroulera le 1er octobre, en collaboration avec CloudScreener, sur le thème « Pilotez et optimisez vos services cloud au sein de votre entreprise ». 

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close