CommVault face à la consumérisation

Rencontré récemment à Boston, CommVault semble quelque peu peiner à définir une orientation stratégique pour relever le défi posé par des Dropbox et autres Box.

C’est en 2013 que CommVault a lancé une solution de protection des données des terminaux utilisateurs – ordinateurs de bureau et portables, mais également périphériques mobiles tels que les smartphones et les tablettes. Baptisée Edge, cette solution permet en outre de synchroniser des fichiers, de les partager, ou encore de les restaurer. Mais cela ne s’arrête pas là et Edge embarque des capacités de gestion de stratégies de sécurité et même d’effacement à distance. Pour aider à l’adoption de sa solution, CommVault a lancé, en décembre dernier, une offre d’essai gratuit s’appuyant, pour la sauvegarde, sur son offre de Cloud.

Mais voilà, quelle place laissent à une telle solution des acteurs de la gestion de la mobilité d’entreprise, qui considèrent de plus en plus le poste de travail dans sa globalité, sans distinction entre postes traditionnels et terminaux mobiles, ou encore des spécialistes du stockage et du partage en Cloud, comme DropBox et Box, qui travaillent d’arrache-pied, depuis des mois, à renforcer les fonctionnalités entreprises de leurs offres ?

Chez CommVault, Greg White, directeur du marketing produits, récemment rencontré à Boston, reconnaît que le paysage concurrentiel ne cesse de se densifier : « il y a clairement des redondances entre ce que l’on peut proposer et certaines solutions de MDM. » Mais certains aspects sont spécifiques à un spécialiste de la gestion de fichiers : « eDiscovery, gestion des règles métiers et légales, recherche... Mais surtout, si l’on pense à des environnements où il faut protéger un serveur Exchange, faire de la sauvegarde… nous allons bien au-delà. » CommVault Edge supporte également le chiffrement des fichiers en local – passé un certain temps hors connexion, par exemple.

Pour les spécialistes du stockage Cloud, Greg White reconnaît là encore des redondances fonctionnelles. Mais selon lui, CommVault propose quelque chose de spécifique : « nous tirons profit de la copie utilisée pour protéger les données pour l’ouvrir au partage de fichiers sans créer un nouveau silo devant lui aussi être sauvegardé. Il s’agit d’ajouter de la valeur supplémentaire à la sauvegarde. »

Mais justement, pourquoi ne pas intégrer CommVault Edge avec, par exemple, un outil de stockage et de partage Cloud privé tel qu’OwnCloud ? Pour l’heure, une telle intégration n’est pas disponible. Mais pour ceux qui souhaitent véritablement utiliser un service tel que Dropbox, Greg White explique qu’il est possible de protéger les données stockées sur le service en assurant la sauvegarde des données du dossier de cache local sur le poste de travail. Tout en soulignant qu’il y a « plus d’opportunités ».

Mais celles-ci ressemblent de plus en plus à un impératif alors que Box affiche clairement son ambition de se transformer en service de stockage Cloud sans synchronisation ni cache local sur les postes clients : « je ne peux pas faire de commentaire officiel à ce sujet, mais notre ContentStore, avec ses différents modes d’accès, peut être cet espace de stockage Cloud privé recherché. »

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close