Désormais dans le Top 5 de la sauvegarde, Veeam a bouclé 2014 en beauté

L'éditeur de logiciels de sauvegarde fondé par Ratmir Timashev poursuit sa croissance à un rythme effréné. Avec 389 M$ de CA, il entre dans le top 5 des éditeurs de logiciels de sauvegarde.

Petit à petit, Veeam s’impose comme l’un des nouveaux géants mondiaux de la protection de données. L’éditeur de logiciel a annoncé hier un chiffre d’affaires de 389 M$ pour l’année écoulée, un résultat qui fait de la société le nouveau numéro 5 mondial des outils de protection de données derrière Symantec, EMC, IBM et Commvault.

Ratmir Timashev, CEO de VeeamRatmir Timashev, CEO de Veeam

Le plus impressionnant est sans doute le rythme de croissance de la société, qui a vu ses ventes progresser de 40 % l’an passé et qui a séduit plus de 44 000 nouveaux clients (135 000 entreprises dans le monde utilisent désormais les outils de sauvegarde et de réplication de la firme). 22 % de ses clients sont des utilisateurs d’Hyper-V, une plate-forme que l’éditeur a commencé à supporter avec la version 6 de son logiciel.

Le révélateur du succès de Veeam est le revenu dérivé des ventes de nouvelles licences - dopées par le lancement de la version 8 du logiciel - qui a représenté 288 M$ sur les 389 M$ de CA réalisé l’an passé, alors que chez ses rivaux c'est la maintenance qui représente l’essentiel des revenus.

La tête dans les nuages

Comme l’a expliqué hier Ratmir Timashev, le fondateur et CEO de la firme au MagIT, dans un entretien depuis le Partner Exchange de VMware à San Francisco, « Veeam s’est développé sur le marché des PME et a progressivement ajouté des fonctions de disponibilité dédiées aux entreprises. L’année écoulée a vu une adoption croissante par les grands comptes ».

Timashev souligne aussi les succès rencontrés par Veeam sur le marché des hébergeurs : « De plus en plus d’opérateurs Cloud s’appuient sur notre technologie pour proposer des services de backup à leurs clients. Cette partie de notre activité a progressé de 106 % cette année. ». Les solutions de Veeam sont ainsi présentes sur le marketplace Azure et sur celui d’Amazon. Et l’éditeur devrait prochainement proposer une version pour vCloud Air lorsque la place de marché de ce Cloud sera opérationnelle.

En France, le succès de Veeam ne se dément pas

En France, 2014 a été une année faste pour Veeam, qui a signé avec 3 648 nouveaux clients et a vu son chiffre d’affaires progresser de 49 %. 

L’éditeur dispose désormais d’une base installée de 10 679 clients et a aussi vu son nombre de partenaires progresser de 11 % sur l’année.

Interrogé sur l’intérêt pour Veeam de proposer ses solutions sous forme d’appliances de backup prêtes à l'emploi, Ratmir Timashev s’est montré prudent. « Nous continuons à étudier la question des appliances matérielles, mais nous ne travaillons pas activement pas dessus. Nous n’avons aucun plan à ce sujet dans les 2 ans à venir. Il est toutefois vrai que certains clients n’ont pas les compétences et préfèrent des appliances. Le problème à notre avis est que les appliances ne sont pas flexibles, même si les clients les apprécient pour leur simplicité ».

Veeam lorgne en revanche sur le marché de la reprise d’activité. Avec la version 8 de son logiciel, l’éditeur a créé le programme Cloud Connect qui permet à ses partenaires d’offrir à leurs clients des services de sauvegarde en ligne (les prix commencent aux environ de 5 € par VM). Aujourd’hui limité à la sauvegarde, Cloud Connect devrait évoluer pour permettre aux utilisateurs de Veeam Backup and Replication d’utiliser des prestataires externes pour la réplication. Cela ouvre la voie à des services complets de reprise après désastre où nos partenaires offriront des services de sauvegarde mais aussi de PRA complet, incluant la fourniture de capacité de VM de secours ».

Enfin, Veeam devrait progressivement renforcer les capacités d’intégration de son logiciel avec certains logiciels clés. Sous Windows, l’intégration avec VSS lui permet de s’intégrer avec la plupart des applicatifs Microsoft. Mais Veeam ne propose à ce jour aucune intégration particulière avec des produits clés comme ceux d’Oracle (et notamment aucune intégration avec RMAN). Sans s’engager de façon ferme, Ratmir Timashev a admis le problème et expliqué que « Veeam continue à développer le produit pour supporter d’autres applications ». À suivre donc.

 

 

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close