Paul Fleet - Fotolia

Avec la version 6 de son outil de réplication, Zerto s'adapte aux besoins multi-cloud

Zerto a récemment dévoilé la version 6.0 de son outil Zerto Virtual Replication, qui permet à une entreprise de répliquer ses applications depuis son datacenter vers le cloud (et vice-versa) mais aussi de répliquer des environnements d'un cloud à un autre à des fins de reprise après sinistre ou de test et développement.

Zerto a mis à niveau son logiciel de réplication et de reprise après sinistre pour inclure de nouvelles capacités de réplication bidirectionnelles entre les datacenters virtualisés des entreprises et les grands fournisseurs de cloud public tels qu’Amazon Web Services (AWS), Microsoft Azure et IBM Cloud et près de 350 autres offreurs de services en nuage.

Avec le lancement de Virtual Replication 6, Zerto a ajouté la réplication depuis et vers AWS alors que précédemment l’outil ne pouvait répliquer que vers la plate-forme de stockage en nuage d’Amazon.

Comme l’explique l’évangéliste de Zerto Gjisbert Janssen van Doorn, l’éditeur a commencé par offrir la réplication bidirectionnelle sur Azure. « Nous essayons de développer en supportant nativement les API [interfaces de programmation d’applications] des clouds que nous supportons, mais cela a pris plus de temps avec AWS », a-t-il déclaré.

Zerto a également ajouté la réplication bidirectionnelle avec IBM Cloud. Van Doorn a déclaré que la société n’avait pas l’intention d’ajouter la prise en charge de Google Cloud Platform. « C’est quelque chose que nous gardons à l’œil. C’est sur la liste de souhaits plutôt que sur la feuille de route », a-t-il dit. Rappelons que Google a noué un partenariat avec l’un des grands concurrents de Zerto, CloudEndure, pour la réplication de workloads depuis et vers son cloud.

Les fonctionnalités AWS, Azure et IBM Cloud de Zerto permettent à un client de configurer la réplication entre ces nuages et ses environnements « on premise » virtualisés avec VMware et Microsoft Hyper-V.

Support des environnements multi-clouds

Si nombre de ses clients utilisent encore son outil pour faire de la réplication entre deux datacenters (comme le fait l'agglomération de Roissy), l’objectif de l’éditeur est d’exploiter un intérêt croissant pour l’utilisation du cloud en mode hybride. Avec l’outil, certaines applications peuvent être simplement répliquée entre datacenter local et cloud public ou déplacées d’un de ces deux environnements vers l’autre. 

L’éditeur souhaite aussi tirer parti des besoins « multicloud » des entreprises : de plus en plus d’entreprises protègent en effet les données des applications fonctionnant sur un nuage en les sauvegardant et en les répliquant dans un autre nuage, et Zerto convient parfaitement à ces scénarios.

L’exécution sur des environnements multicloud est une nouveauté majeure », explique ainsi van Doorn. « L’utilisation du cloud comme site de reprise après sinistre est simple. Elle permet de disposer de capacités à la demande et de n’utiliser que l’espace dont vous avez besoin. (...) Il est par exemple de plus en plus fréquent pour les clients d’utiliser le nuage d’Azure, mais de se protéger en répliquant vers un autre nuage ».

Zerto a également renforcé ses outils de reporting et délivre des tableaux de bord qui donnent une vue unique de tous les environnements en fournissant des informations sur les RPO et RTO possibles, l’historique de toutes les violations des SLA, ainsi des informations détaillées sur la consommation de capacité, d’espace de stockage et de trafic réseau.

 

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

En soumettant ces informations à LeMagIT.fr, vous acceptez de recevoir des emails de TechTarget et ses partenaires. Si vous résidez hors des Etats-Unis, vous consentez à ce que vos données personnelles soient transférées et traitées aux Etats-Unis. Politique de confidentialité

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close