Scality lève 60 M$ additionnels pour accélérer sa croissance

Le spécialiste français du stockage objet vient de lever 60 M$ additionnels pour accélérer sa croissance et sa diversification dans la gestion de données multicloud.

 Scality a annoncé aujourd’hui avoir levé 60 M$ additionnels auprès de ses investisseurs existants et auprès du fonds Harbert European Growth Capital, un tour de financement qui porte à 152 M$ le total des fonds récoltés par l’éditeur de solutions de stockage objet à ce jour. Le dernier appel de fonds de la firme remontait à 2016 (11 M$) et avait vu HPE entrer au capital en tant qu’investisseur stratégique. Depuis, la firme dirigée par Antonia Neri est devenue l’un des principaux partenaires mondiaux de Scality.

Fondé par Jérôme Lecat (CEO), Giorgio Regni (CTO), Brad King (Chief Engineering Architect), Daniel Binsfeld (VP Devops et support) et Serge Dugas (parti en 2017 chez Vade Secure), Scality a fait ses débuts en 2010. Scality Ring, la solution de stockage objet phare de l'éditeur, est née du « spin off » de Bizanga Store, un système de stockage à grande échelle conçu à l’origine pour le stockage d’e-mails, après le rachat de Bizanga par CloudMark en 2009.

De ces origines, Scality conserve de multiples intégrations avec les grandes plates-formes de messagerie électronique open source du marché comme DoveCot ou Zimbra, dont l’éditeur Synacor est un utilisateur historique de Scality Ring.

En 8 ans, la firme a parcouru un long chemin pour s’imposer parmi les leaders mondiaux du stockage objet aux côtés d’autres pionniers comme IBM (ex-CleverSafe), Western Digital (ex-Amplidata) ou Cloudian (ex-Gemini Mobile technologies, venu du monde de la messagerie mobile).

2017 : une année de croissance et de diversification

En 2017, Scality a séduit 51 nouveaux clients (portant à plus de 200 son nombre de clients dans le monde) et a livré plus de 100 Po sur le seul dernier trimestre. La société a aussi accéléré son déploiement international avec l’ouverture de bureaux en Allemagne et en Australie et l’élargissement de ses implantations à San Francisco, Tokyo et Londres. Une large partie de la R&D reste basée à Paris.

Jérôme Lecat, CEO de Scality

2017 a également été l’année de la diversification du portefeuille de produits de l’éditeur. Historiquement, Scality est connu pour son système de stockage objet Scality Ring. Mais la firme a fait un premier pas dans la gestion de données multicloud avec son framework Zenko.io.

Zenko est une évolution du serveur S3 open source de Scality qui présente une API S3 unifiée en frontal de services de stockage courants comme Scality Ring, Microsoft Azure Blob, mais aussi de NAS NFS ou SMB. La solution inclut un contrôleur permettant de gérer des politiques sophistiquées de placement (et de déplacement) de données d’un service de stockage à un autre. Elle embarque aussi des fonctions de recherche avancées dans les métadonnées.

L’objectif de Zenko est de permettre aux entreprises de déployer des applications s’appuyant sur le protocole S3 tout en ayant la liberté de positionner leurs données à l’endroit de leur choix. Pour cela, le contrôleur se charge de la mise en œuvre de leurs politiques de placement de données. L’ensemble des données gérées par un contrôleur Zenko sont vues comme appartenant à un unique namespace. Le code de Zenko est open source, mais Scality propose à ses clients une version supportée pour les entreprises.

Notons que le début de la nouvelle a aussi été marqué par des changements dans le management de la firme avec le départ d’Erwan Ménard, l’abrasif COO de la firme, et la reprise en main de ses fonctions par le CEO historique de l’éditeur, Jérôme Lecat (Erwan Ménard reste officiellement « conseiller » de la société).

Pour approfondir sur Stockage objet

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close