jamdesign - stock.adobe.com

La fin de la pénurie de flash NAND pourrait entraîner une chute spectaculaire des prix des SSD

Alors que la pénurie de modules de mémoire flash NAND touche à sa fin, l'analyste Jim Handy prédit une chute spectaculaire des prix dans les trimestres à venir. Une chute qui pourrait se traduire par une baisse de près de 75% du coût au gigaoctet des SSD d'entreprise.

Cet article se trouve également dans ce contenu premium en téléchargement : STORAGE: Storage 17 : NVMe : la nouvelle tempête qui secoue le monde du stockage d'entreprise

SANTA CLARA, Californie - La pénurie de mémoire flash NAND qui a commencé à la fin de 2016 touche à sa fin et le marché se dirige tout droit vers une offre excédentaire qui devrait se traduire par un effondrement spectaculaire des prix.

C’est le message que Jim Handy, directeur général et analyste en semi-conducteurs chez Objective Analysis, a livré la semaine dernière lors du Flash Memory Summit, qui se tenait à Santa Clara. Handy estime que le prix des modules de mémoire flash NAND pourrait chuter de 80 % en deux trimestres. Selon lui, la baisse devrait ensuite se poursuivre à un rythme plus modéré de 30 % par an jusqu’à ce que la prochaine pénurie se produise.

Selon Handy, les pénuries et les périodes de surproduction sont de nature cyclique, et chacune dure généralement environ deux ans. Les prix montent en flèche en période de pénurie, ce qui stimule les profits des fabricants qui sont très motivés à réinvestir dans leur entreprise pour éviter de payer des impôts sur ces revenus. Ces investissements finissent par conduire à une offre excédentaire qui fait chuter les profits des fournisseurs jusqu’à ce que la demande rattrape le niveau de l’offre.

Le cycle typique de deux ans entre pénurie et surproduction pourrait se trouver rompu dans les années à venir. L’émergence de Yangtze Memory Technologies, un nouvel acteur chinois de la mémoire NAND - lourdement soutenu par le gouvernement chinois -, devrait entraîner une période d’offre excédentaire de trois ans au lieu des deux années habituelles.

Quadruplement de la capacité SSD pour le même prix 

Mais, même si Handy pense que les prix des puces flash NAND vont s’effondrer, il ne s’attend pas à ce que les prix des SSD chutent en proportion. Handy pense plutôt qu’un client qui obtient aujourd’hui un SSD d’une certaine capacité pour 1 000 $ obtiendra quatre fois plus de capacité au même prix à l’avenir.

« Les prix des SSD resteront les mêmes. Les capacités vont tout simplement exploser », indique Handy. « Un téraoctet pourrait être la plus petite capacité de SSD d’entreprise que vous pourrez acheter dans un an. »

Les prévisions varient en ce qui concerne le moment précis où la surcapacité se traduira par une chute des prix. Les services IT devraient toutefois remarquer une évolution dans les mois à venir.

« Au début, il y aura une énorme chute des prix, et ensuite, il y aura une baisse beaucoup plus modérée de 30 % par an jusqu’à la prochaine pénurie. Et puis la courbe redeviendra plate », a dit Handy.

Les modules flash fabriqués en 3D NAND 64 couches coûtent environ 8 cents par Go, alors que la NAND planaire en 16 nanomètres revient à environ 21 cents par Go, selon Handy. La récente pénurie est largement liée aux difficultés rencontrées par les fabricants à passer de la technologie planaire à la 3D NAND, plus dense.

« Ce qui a causé la pénurie, c’est que la fabrication n’a pas été aussi efficace qu’elle était censée l’être. Ce problème est en passe d’être résolu et c’est l’une des raisons pour lesquelles nous nous retrouvons dans cette offre excédentaire », a dit M. Handy.

La surcapacité de Flash pourrait avoir des effets en cascade sur l'industrie microélectronique

Handy prédit que les fabricants de modules flashes devraient réagir à la surproduction en fermant une partie de leurs usines de NAND planaire ou en les convertissant en usine de DRAM, une conversion, qui, à son tour, entraînera une baisse significative des prix de la mémoire vive.

« Nous aurons d’abord un effondrement du NAND. Ensuite, il y aura un effondrement subséquent des prix de la DRAM à mesure que la capacité excédentaire des usines NAND sera mise entre les mains des divisions mémoire. Il y aura alors une surcapacité et les fabricants de DRAM finiront par convertir leur capacité DRAM en capacité de fab générant alors un excédent de capacité de fab », indique Handy. « Tout le marché des semi-conducteurs court le risque d’une surcapacité parce que le domino NAND est sur le point de tomber. »

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close