Victoria - stock.adobe.com

Les prix des SSD chuteront d’ici à la fin de l’année

Suite au ralentissement des ventes de mobiles chez les particuliers et de baies de stockage en entreprises, l’offre en composants NAND est actuellement supérieure à la demande.

Les prix des composants NAND, à la base des disques SSD, ont atteint leur sommet au début de l’année 2020 et ne cessent de chuter depuis lors. Selon les analystes, cet affaissement des tarifs devrait au moins perdurer jusqu’au premier trimestre 2021. Si cette tendance n'est pas de bon augure pour les fabricants de composants Flash, elle devrait profiter aux fabricants de disques SSD et, par effet domino, aux fabricants de serveurs et de baies de stockage qui achètent ces SSD. Reste à savoir si les clients finaux achèteront aussi des machines moins chères.

Suite de l'article ci-dessous

Rien n’est moins sûr pour le cabinet Gartner, qui prédit pourtant une nouvelle chute des prix de 10 à 15% sur les SSD entre aujourd’hui et la fin de l’année. « Il faudra du temps pour que cette baisse des tarifs se traduise par des économies dans les dépenses des DSI. Il n’est pas sûr que les entreprises voient la différence sur leurs achats de serveurs ou de baies de stockage avant le début de l’année 2021, alors que les prix des NAND auront encore été réduits de 23,7%, selon nos estimations », imagine Joseph Unsworth, en charge des études chez Gartner.

Une chute des prix qui devrait s’accélérer

Le prix par Go des puces NAND flash est passé de 0,05$ il y a un an à 0,067$ en janvier dernier, puis à 0,084$ en mars, avant de chuter à son niveau actuel de 0,072$, selon Jim Handy, directeur général et analyste des semi-conducteurs chez Objective Analysis, une société d'étude de marché des semi-conducteurs à Londres. Jim Handy prédit un prix de 0,06$ par Go d'ici à la fin de l'année.

« Le composant NAND se vend actuellement quasiment au prix de son coût de fabrication. Le marché est sur-provisionné », estime-t-il. Selon lui, les prix des composants NAND s’envolent considérablement durant les périodes de pénurie, lesquelles correspondent à des cycles de deux ans. La dernière pénurie remonte à la période 2016-2018, avec des tarifs qui ont culminé à 0,25$ par Go.

« Quand la production s’est remise à correspondre à la demande, les tarifs ont retrouvé leur niveau le plus bas habituel. Puis, ils ont augmenté à nouveau vers la fin de l’année dernière car les fournisseurs de cloud, en particulier les acteurs chinois, ont constitué d’importants stocks de SSD en prévision d’une guerre commerciale entre la Chine et les USA. Mais lorsque la pandémie de Covid-19 est arrivée, les prix ont de nouveau baissé parce que les ventes de téléphones portables se sont écroulées en Chine », analyse Jim Handy.

« Cette chute des prix sur la NAND a d’abord été lente car, simultanément, les fournisseurs de services web ont tout de même renforcé leurs infrastructures pour servir plus d’utilisateurs à domicile ; on savait qu’ils allaient affluer vers les applications en ligne, comme la visioconférence, les films et les jeux. Les ventes de PC ont également connu une hausse au printemps, stimulant là aussi la demande pour des SSD », poursuit-il.

Il précise que les ventes de composants NAND se répartissent entre les équipements de datacenters pour un gros tiers, les téléphones portables pour un tiers et les clés USB ou autres cartes SD pour appareils photo pour moins d’un tiers.

Cependant, les achats réalisés durant le premier semestre 2020 ont comblé tous les besoins actuels et, chez les fournisseurs de SSD, les carnets de commandes ne se remplissent plus. L’un d’eux, Western Digital, vient ainsi de réviser intégralement ses prévisions de revenus pour le prochain trimestre. « Il y a une baisse brutale de la demande qui s’explique par la période actuelle de récession. Nous n’avons d’autre choix que de baisser nos tarifs », a récemment déclaré David Goeckeler, son PDG.

« Avec la crise pandémique, les entreprises ont accéléré leur transition vers le cloud. Les investissements d’équipements pour le datacenter sont pour l’essentiel à l’arrêt. Même le marché de la téléphonie mobile s’affaiblit à présent », commente Jeff Janukowicz, analyste chez IDC.

Fin 2020-début 2021 : a priori le meilleur moment pour acheter des SSD

« Il est probable que les ventes de PC ralentiront à leur tour au premier trimestre 2021, ce qui fera encore descendre les tarifs des SSD. Mon conseil aux entreprises est d’arrêter tout de suite d’acheter des SSD et d’attendre que les prix publics deviennent attractifs vers la fin de l’année pour s’équiper, voire constituer des stocks avant que les prix ne rebondissent au second trimestre 2021 », pronostique pour sa part Don Jeanette, directeur de la société d’études Trendfocus

Pourquoi les prix devraient-ils remonter dès le second trimestre 2021 ? « Tout simplement parce qu’ils étaient censés baisser à ce moment-là, à cause de l’arrivée sur le marché de Yangtze Memory Technologies Co (alias YMTC), un nouveau producteur de composants NAND sponsorisé par le gouvernement chinois. Sauf que, à cause de la crise pandémique, YMTC n’a pas du tout produit les volumes de composants NAND qu’il avait prévus », indique Jim Handy.

Jim Handy reconnait toutefois que les analystes marchent sur des œufs. « Il est difficile de dire comment la crise pandémique va évoluer. Le risque d’un effondrement économique mondial est toujours présent. Et s’il se concrétisait, il n’y aurait bien évidemment pas de hausse des prix », dit-il.

A l’instar de Don Jeanette, son conseil est de ne surtout pas chercher à constituer dès maintenant des stocks de SSD, au prétexte d’un avenir incertain. « A l’inverse, je ne conseille pas non plus de vendre vos stocks. Adoptez une attitude attentiste et suivez les évolutions du marché, dans un premier temps modérées, sur les douze prochains mois », conclut Jim Handy.

Pour approfondir sur Flash

Close