La demande d’espace dans les datacenters européens bat des records

La demande en capacité d'hébergement colocalisée des géants du cloud hyperscale ne montre aucun signe de ralentissement en Europe, tirant la croissance du marché, selon la dernière étude publiée par CBRE.

La quantité d’espace de colocation consommée par les géants du cloud en Europe devrait augmenter de façon drastique avant la fin de l’année, prédit le cabinet de conseil immobilier CBRE.

Le dernier rapport trimestriel sur le marché de la colocation, publié par la firme, indique que les acteurs « hyperscale » continuent d'augmenter l’espace d’hébergement qu’ils consomment dans les principaux centres de données européens à Francfort, Londres, Amsterdam et Paris (FLAP), alors que la demande de services cloud sur le continent continue de croître.

« Une tendance marquante sur les quatre principaux marchés FLAP est l’augmentation de la taille des engagements des grands acteurs du cloud computing », peut-on lire dans le document.

Un marché tiré par la demande des géants du cloud

Alors que les acteurs hyperscale se contentaient de croître par tranches de « 2 à 3 MW » à la fois, ils cherchent désormais à développer leur capacité à un rythme beaucoup plus rapide, poursuit le rapport. « En effet, nous nous attendons à voir des transactions à deux chiffres sur les marchés FLAP avant la fin de l’année », ajoute-t-il.

Rien qu’au premier semestre 2018, 87 MW de capacité de centres de données ont été consommés dans les quatre villes, ce qui marque un autre trimestre record pour l’industrie de la colocation, selon les données de CBRE.
« Londres et Francfort ont été à l’origine de plus de 30 MW chacun au premier semestre 2018, les sociétés de cloud computing ayant de nouveau dominé l’activité sur les marchés européens », peut-on lire dans le rapport.

Les géants du nuage hyperscale, comme Amazon Web Services (AWS), Microsoft, Google et Facebook, sont régulièrement considérés par les analystes comme étant le principal moteur de la croissance du marché de la colocation ces dernières années.

Le rapport du CBRE s’interroge toutefois sur la persistance de cette tendance. Certains opérateurs craignent ainsi que les acteurs hyperscale — une fois qu’ils auront atteint une masse critique — ne commencent à construire leurs propres installations en Europe.

« La question est de savoir si les acteurs hyperscale continueront à se procurer ce niveau soutenu de capacité de colocation à moyen terme ou s’ils construiront leurs propres campus. De la réponse dépend le succès futur de ces marchés de colocation », peut-on lire dans le rapport.

95MW de nouvelles capacités ajoutées au premier semestre 2018

Pour l’instant, le marché de la colocation continue de mettre plus de capacité en ligne, en réponse à l’appétit montré par les géants du cloud. CBRE estime que 95 MW de nouvelles capacités sont entrées en service au cours des six premiers mois de 2018. 82 MW supplémentaires devraient s’ajouter à cette capacité d’ici la fin de l’année.

Mitul Patel, responsable de la recherche sur les centres de données pour l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique (EMEA) chez CBRE, a déclaré que le dynamisme continu du marché de la colocation signifie qu’il reste un domaine d’intérêt pour les investisseurs.

« Les investisseurs continuent à être attirés par la classe d’actifs des centres de données en raison de la croissance incroyable du marché européen. Comme les opportunités de fusions-acquisitions sont rares, les investisseurs utilisent des moyens plus créatifs pour déployer des capitaux dans le secteur et le financement du développement est une avenue qui s’offre à eux », a-t-il dit.

« La dépendance de la société à l’égard des appareils numériques et des services en nuage, et le besoin de stockage et de traitement des données qui en découle ne feront qu’augmenter à mesure que le monde deviendra plus intelligent et plus connecté », explique CBRE. Dans son étude Portfolio 2040, la firme estime ainsi que la quantité de données que l’Internet des objets génère chaque jour doublera toutes les 40 semaines. Les conséquences de cette croissance « sont évidentes pour l’activité des centres de données en Europe », a déclaré M. Patel.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close