Atos lance Xstor pour stocker les données des grands clusters

Quelques mois après le lancement du supercalculateur polyvalent BullSequana HX2000, cette baie servira autant aux applications de recherche intensives, qu’à l’analytique et à l’archivage.

Atos, l'entreprise française phare des services du numérique, lance une nouvelle baie de stockage, la BullSequana Xstor, qui peut atteindre jusqu’à 96 Go/s de bande passante et 11 Po de capacité par étagère rack de 42U.

Son module principal est un serveur 4U comprenant 90 disques durs 3,5 pouces doublés de 4 SSD pour accélérer les accès. Celui-ci s’accompagne d’un ou plusieurs tiroirs de disques JBOD, également de 4U et qui contiennent chacun 102 disques durs 3,5 pouces en RAID6. Ils sont reliés entre eux via des connexions SAS-3 en 12 Gbits/s.

Il est possible de monter en cluster les serveurs pour qu’ils fonctionnent de concert comme une seule baie de disques. Selon les applications, ils seront interconnectés et connectés aux serveurs applicatifs soit en Infiniband 100 Gbits/s (cas du supercalcul), soit via deux cartes Ethernet en 10 ou 40 Gbits/s.

Pour le supercalcul, l'analytique ou l’archivage

Chaque module serveur, à double socket Xeon, exécute, au choix, les systèmes de fichiers Lustre, Ceph ou HPSS. Lustre, optimisé pour les accès en parallèle, est destiné à un usage de la baie conjointement à un supercalculateur.

Ceph, qui a la capacité de partager l’ensemble de l’espace de stockage comme un seul volume réseau, éventuellement en mode objet, servira plutôt de support pour un datalake dans les applications d’analytique et de Machine Learning, ou comme un NAS de très grande capacité pour les organisations industrielles et universitaires. HPSS, enfin, a vocation à transformer la baie en une unité d’archivage.

Cette variété d’usages correspond à la nouvelle stratégie d’Atos qui avait déjà lancé en novembre dernier sa machine BullSequana XH2000 capable d’intégrer des serveurs tantôt spécialisés en supercalcul, tantôt en analytique, tantôt en Machine Learning.

L’ensemble est piloté par un module d’administration 4U qui contient deux serveurs redondants 1U pour exécuter les consoles utilisateurs, ainsi qu’un tiroir de disques JBOD 2U avec 10 disques durs destinés à contenir les métadonnées et les informations les plus chaudes.

A terme, Atos devrait proposer des modules supplémentaires, notamment composés d’unités NVMe, pour accélérer certaines applications.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close