Fotolia

La mise à jour de Power BI renforce (encore) Microsoft dans l'analytique

Même s'il n'est pas l'outil le plus utilisé, Power BI ne cesse de gagner du terrain. Certains analystes le considèrent déjà comme le leader le plus fort du marché en terme d'ergonomie et de profondeur fonctionnelle avec Tableau (et Salesforce).

La dernière mise à jour de Power BI - un rafraîchissement majeur de la plate-forme analytique de Microsoft - témoigne des progrès constants de cet acteur devenu majeur et de l'engagement du géant du logiciel en matière de BI.

Les nouveautés de Power BI, en plus d'une interface utilisateur modernisée (nouvelles couleurs, plus aérée et de nouvelles icônes), améliorent le moteur d'analyse et les outils de préparation des données. Elle élargit également les capacités de partage des données. Autre annonce principale pour la version Premium de Power BI : la disponibilité générale d'Azure Cognitive Services et d'Azure ML dans l'outil analytique.

Microsoft a présenté ces nouveautés lors de son Business Applications Summit, à Atlanta, le 10 juin.

Le fait que Microsoft sorte fréquemment des mises à jour - une fois par mois - en réponse aux retours des utilisateurs, fait que la plate-forme a évolué à vitesse grand V depuis ses origines, où elle n'était guère plus qu'une boîte à outils assez obscure dans le vaste écosystème Excel de Microsoft.

« Microsoft a investi dans beaucoup d'autres choses [dans le passé], mais au cours des deux ou trois dernières années, Power BI a focalisé beaucoup de son attention », confirme Boris Evelson, vice-président et analyste principal chez Forrester. « Ils sont en train de distancer la concurrence »

Le nouveau look de Power BI
Le nouveau look de Power BI

Arun Ulagaratchagan, directeur général du développement de Power BI, explique que Microsoft s'est particulièrement concentré sur l'amélioration de l'expérience utilisateurs. « Nous construisons des UX pour qu'ils puissent faire des choses incroyables qu'ils ne pouvaient pas faire avant », lance-t-il.

Microsoft aurait reçu des dizaines de milliers de suggestions au cours des dernières années, ce qui représenterait quelques 20 000 idées différentes. « [Prendre en compte les retours] suscite l'enthousiasme des utilisateurs autour de Power BI », analyse Arun Ulagaratchagan.

Pourtant, le plus notable pour les analystes n'est pas tellement les mises à jour, leurs rythmes ou leurs contenus. C'est le fait que Microsoft donne la priorité à l'analytique.

Bien que Power BI ne soit pas l'outil le plus populaire en termes de nombre d'utilisateurs, certains le considèrent comme le leader en termes de facilité d'utilisation et de capacité à générer des enseignements à partir de données brutes (insights), surpassant de fait ses concurrents dont les plus dynamiques sur le marché semblent être aujourd'hui Tableau et Qlik.

 « Lorsqu'ils ont lancé Power BI, ce n'était pas grand-chose », se souvient Rick Sherman, fondateur d'Athena IT Solutions, puisqu'il s'agissait d'une partie d'Excel. « Mais Microsoft a travaillé patiemment sur la durée ».

« Ils n'ont eu un produit décent qu'au bout d'un an ; c'était un début lent, mais c'est le cas de beaucoup produits », analyse Rick Sherman. « Aujourd'hui, vous pouvez prendre Power BI en exemple pour illustrer la manière dont il faut développer un produit. Et en plus, il semble bien qu'ils y ajoutent ce que les gens demandent comme fonctions ».

La plate-forme la plus comparable à date serait Tableau. Pour Rick Sherman, Tableau et Power BI c'est un peu comme « le Coca et le Pepsi ».

Comment Tableau évoluera après son acquisition par Salesforce pour 15,7 milliards de dollars - un rachat annoncé le même jour que la mise à jour Power BI de Microsoft - nul ne le sait vraiment, même si Tableau assure que rien ne changera en mal pour ses clients actuels.

« Microsoft occupe une position assez unique », résume Boris Evelson de Forrester. « Si on le compare à d'autres éditeurs qui proposent des outils pour une partie de la BI, Microsoft a toute [la pile de la gestion des données]. On ne le dit pas trop, mais Microsoft peut être un guichet unique pour les besoins analytiques des entreprises ».

Il en ira de même pour Salesforce et Tableau, ajoute Boris Evelson. La combinaison des deux éditeurs pourrait bien - un jour - être aussi complète que ce que fait Microsoft aujourd'hui. « L'offre analytique [de Salesforce] s'est développée », conclut l'analyste de Forrester, « Salesforce dans son ensemble est maintenant en meilleure position pour concurrencer Microsoft dans sa globalité ».

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close