Silvano Rebai - Fotolia

VMware rachète Nyansa pour enrichir son offre SD-WAN, puis NSX

Le logiciel Voyance doit dans un premier temps servir à automatiser la qualité de service sur la gamme VeloCloud. D’ici à 9 mois, son intelligence artificielle pourrait être intégrée au réseau entier.

VMware annonce racheter la startup Nyansa, qui édite Voyance, un logiciel en SaaS dédié à l’automatisation des opérations d’administration réseau, grâce à une certaine forme d’intelligence artificielle. Selon un communiqué officiel, l’éditeur entend dans un premier temps se servir de Voyance pour améliorer VeloCloud, son offre de SD-WAN.

« L’intérêt de Nyansa est de rendre autonomes les dispositifs SD-WAN, de sorte que, en cas de défaillance d’un service sur un lien, ils commutent automatiquement le service sur un autre lien fonctionnel. C’est important, car la QoS [Qualité de Service, N.D.R.] devient cauchemardesque à gérer pour des humains », commente Yves Pellemans, le directeur de l’Innovation du prestataire Axians.

« De nos jours, les entreprises ne font plus tourner une application sur un serveur, mais des centaines d’applications par serveur, sur des flottes immenses de serveurs, pour des quantités d’utilisateurs toujours plus importantes. Dans ce contexte, réguler le réseau à la main devient, au mieux, hors de prix et, au pire, humainement infaisable », précise-t-il.

Vers une technologie d’analytique pour toutes les couches réseau de NSX

Voyance utilise en l’occurrence des algorithmes statistiques, dits d’intelligence artificielle, pour analyser le trafic, détecter des anomalies, ou les signes avant-coureurs d’un problème, et enclencher automatiquement des actions de régulation, ou d’optimisation. Cette analyse au fil de l’eau permet de surcroît à la plateforme de Nyansa de mémoriser les comportements normaux du réseau et de détecter de plus en plus rapidement les anomalies.

« Ce n’est pas une intelligence artificielle très compliquée et il existe quantité d’autres technologies a priori aussi efficaces sur le marché. Pour les entreprises, l’intérêt de ce type de produits n’est d’ailleurs plus leur degré de performances, mais plutôt leur intégration à des solutions réseau plus globales. Cisco répond déjà à cette demande et VMware, qui est devenu un concurrent frontal de Cisco depuis qu’il a racheté Nicira pour vendre son propre réseau virtuel NSX, se devait d’avoir une offre équivalente », analyse Yves Pellemans.

Selon lui, d’ailleurs, il est probable que la technologie de Nyansa ne se limite pas à Velocloud. À terme, elle devrait concerner tout le spectre des fonctions de NSX.

« Il ne s’agit pas d’un rachat très cher qui pourrait laisser penser que Voyance va poursuivre une carrière commerciale autonome [le prix n’a pas été divulgué publiquement par VMware, N.D.R.]. À mon avis, VMware va plutôt chercher à intégrer sa technologie à NSX pour proposer de l’analytique sur tous les pans du réseau : le SD-WAN, le WAN et le LAN. Face à Cisco, l’enjeu reste de proposer du bout en bout », ajoute Yves Pellemans.

Il estime qu’il faudra attendre entre 9 et 12 mois pour voir cette intégration se concrétiser. Ce sera sans doute au sein de vRealize Network Insight, l’actuelle console que VMware propose pour analyser sommairement le réseau d’après les métriques de NSX.

L’enjeu de démocratiser d’abord le SD-WAN pour répondre aux attentes des entreprises

Fondé en 2013, Nyansa revendique aujourd’hui une bonne centaine de clients, dont Tesla, Uber, l’université de Stanford ou encore l’aéroport international de San Francisco. Ses fonctions ne se limitent pas à la base au SD-WAN, puisque le logiciel a été conçu avec une API qui s’interface avec tous types d’équipements réseau – bornes Wifi, switches Ethernet, passerelles WAN… Durant ces 18 derniers mois, Voyance s’est même enrichi de fonctions pour analyser plus particulièrement les flux des objets connectés.

« L’approche de présenter cette acquisition comme une volonté d’enrichir, d’abord, le SD-WAN est stratégique. Selon moi, le but est d’inciter les entreprises, grandes comme petites, à adopter le SD-WAN en leur assurant qu’elles n’auront pas besoin de mobiliser quantité d’administrateurs sur son pilotage. »

« Aujourd’hui, les seuls qui maîtrisent la qualité de service sur le WAN, et par extension le SD-WAN, ce sont les opérateurs. Avec Voyance, VMware propose finalement aux entreprises de monter elles-mêmes en compétence sur ce sujet. », dit Yves Pellemans, en expliquant que le SD-WAN, qui jongle entre plusieurs connexions pour relier un site à ses applications en ligne, devient le carrefour sur lequel se catalyse l’essentiel de l’efficacité des activités.

Il indique à ce propos que cette montée en compétences sur l’analytique temps réel du trafic est l’une des préoccupations actuelles en France. « Il y a une demande des entreprises aujourd’hui pour découvrir dans les flux de données comment améliorer les processus. Chez Axians, nous montons en ce moment même chez nos clients des laboratoires “d’IA-temps réel” dédiés à ce type de projets. »

« Cela participe d’un mouvement plus fondamental qui consiste à mettre de plus en plus de compétences informatiques dans les métiers, car ce sont ceux qui ont des problématiques de conformité à résoudre et, bien entendu, les seuls in fine qui savent si un service fonctionne correctement ou pas. Nous parlons de “l’après-DevOps”, c’est-à-dire comment valoriser la donnée pour répondre au besoin métier », conclut-il.

Pour approfondir sur Editeurs

- ANNONCES GOOGLE

Close