Industrie 4.0 : Volkswagen ouvre son Industrial Cloud à de nouveaux partenaires

Volkswagen et AWS donnent des nouvelles de leur partenariat. Accompagné par le géant du cloud, le groupe automobile a choisi quelques-uns des éditeurs, des ESN et équipementiers qui l’aideront à constituer sa fédération d’usines connectées.

En décembre 2019, le groupe Volkswagen avait profité du AWS re:Invent pour présenter les avancées de son projet de fédération d’usines connectées signé en mars de la même année. L’occasion de présenter l’architecture hybride qu’il souhaite déployer et de lister certains des services cloud AWS qui alimenteront cette plateforme IoT industrielle intitulée sobrement « Industrial Cloud ».

Suite de l'article ci-dessous

Celle-ci doit non seulement faire le lien entre les 122 usines, mais également avec les 1500 fournisseurs du groupe à travers le monde. Pour rappel, Volkswagen dispose de douze marques de véhicules dont Audi, Bugatti, Seat, Porsche ou encore Lamborghini.

Huit mois plus tard, Volkswagen (VW), AWS et leur partenaire intégrateur Siemens annoncent la venue d’onze nouveaux participants aux projets : ABB, ASCon Systems, BearingPoint, Celonis, Dürr, GROB-WERKE, MHP, NavVis, SYNAOS, Teradata et WAGO.

Onze équipementiers et éditeurs rejoignent l’Industrial Cloud

Le fabricant ne détaille pas les projets engagés avec chacun de ces équipementiers, ESN et éditeurs. L’on devine l’utilité de se rapprocher des fabricants d’automates industriels comme ABB et GROB-Werke, ou encore du spécialiste de l’électrique et de l’électronique Wago.

L’ESN Bearing Point, le consultant MHP (filiale de Porsche et donc propriété de Volkswagen) et le spécialiste de la planification et la réalisation d’installations de production Dür ne seront pas de trop pour intégrer les différentes technologies dans ce projet très ambitieux.

Parmi, les entreprises citées, il y a également des spécialistes de la gestion des processus. Celonis est un acteur engagé dans le process mining et dans l’automatisation de processus d’entreprise. SYNAOS, lui, est un éditeur allemand de logiciels basés sur l’IA pour connecter, contrôler et planifier des entités de production industrielles.

De son côté, Teradata explique que les data scientists du groupe automobile se serviront de sa plateforme analytique pour analyser et développer des algorithmes afin d’améliorer le contrôle qualité des soudures sur les véhicules.

Deux acteurs participeront sans doute à la conception d’un jumeau numérique. Ascon Systems réalise des jumeaux numériques qui mêlent modèles objets et informations issues d’outils PLM. NavVis, lui dispose de technologies pour réaliser des mapping en 3D d’ateliers installés dans les usines.

Volkswagen veut faire d’Industrial Cloud une plateforme « ouverte ». Sur le papier, l’ensemble des partenaires pourront développer des applications disponibles sur un « App Store pour les usines » qui sera partagé par le groupe, ses fournisseurs, mais également les partenaires listés ci-dessus. De la sorte, les ingénieurs et les développeurs du groupe pourront trouver des solutions sur étagère ou recevoir de l’aide des entreprises de services, des équipementiers et des éditeurs présents sur la plateforme.

Et AWS dans tout cela ? Un porte-parole d’AWS assure que le géant du cloud a participé « proactivement » aux choix de ces partenaires qui rejoindront l’Industrial Cloud. Il a notamment aidé le constructeur sur les aspects suivant : « les options de collaboration, l’examen des exigences techniques et de la faisabilité du partenaire, et la définition du modèle commercial et des exigences de participation ».

Par ailleurs, le géant du cloud travaille avec les équipes de VW au sein d’un centre d’innovation commun dans le cloud industriel ouvert à Berlin l'année dernière. AWS collabore également avec les partenaires cités et sûrement d’autres pour intégrer leurs solutions à l’Industrial Cloud.

Un déploiement long et conséquent pour Volkswagen

Cela ne nous en dit pas plus sur l’état des déploiements. Pour cela, il faut se tourner vers la communication de VW. Dans un entretien réalisé en interne, Nihar Patel, vice-président exécutif chargé du développement des nouvelles technologies chez Volkswagen AG, précise que 18 usines seront connectées au cloud AWS d’ici à la fin de l’année 2020. Aujourd’hui, trois usines Volkswagen sont connectées au cloud AWS en Allemagne et en Pologne dans les villes de Chemnitz, Wolfsburg et Polkowice. Les 15 autres fabriquent des voitures et des utilitaires Seat, Skoda, Volkswagen, et des équipements Porsche. Elles sont situées en Allemagne, en Espagne, en Hongrie et en République Tchèque.

Le déploiement des 15 premières applications sur l’Industrial Cloud permettront de réaliser 200 millions d’euros d’économie d’ici à 2025, selon Volkswagen. Plus de 220 ingénieurs et développeurs travaillent en interne sur le projet et ils seront environ 500 à la fin de l’année 2020.

Pour approfondir sur Equipementiers

Close