Cet article fait partie de notre guide: VMworld 2020 : VMware devient une solution de cloud hybride

MinIO, le stockage objet de Kubernetes, s’intègre à VMware

Par rapport aux autres stockages objets qui doivent agrémenter la nouvelle version Tanzu de vSphere, MinIO est le seul conçu à l’origine pour les DevOps. Il est aussi l’un des plus rapides.

MinIO, la startup qui veut devenir le système de stockage objet de référence pour Kubernetes, décline à présent sa solution dans une version expressément dédiée à vSphere et Cloud Foundation Tanzu, les dernières évolutions de la suite de virtualisation de VMware justement basées sur Kubernetes.

Suite de l'article ci-dessous

Cette version dédiée de MinIO s’interface avec le nouveau module vSAN Data Persistence lancé la semaine dernière par VMware et qui sert à interconnecter Kubernetes au stockage vSAN de vSphere. Cette intégration permet d’une part de piloter MinIO depuis vCenter, la console d’administration de VMware et, d’autre part, de préserver les performances optimales du système objet.

Même s’il est le premier, MinIO ne sera pas le seul à proposer de connecter son système de stockage objet à vSAN. Cloudian, Dell EMC (produit ObjectScale) et DataStax ont d’ores et déjà annoncé qu’ils allaient faire de même. En revanche, MinIO est le seul qui soit dès l’origine prévu pour Kubernetes, les autres évoquant plutôt des solutions d’infrastructure pour le datacenter.

« Pour les DevOps, il est certainement plus intéressant d’ajouter à vSAN du stockage objet conçu pour Kubernetes, que du stockage objet classique, conçu pour les serveurs », commente Enrico Signoretti, analyste chez GigaOm. « MinIO permet aux développeurs de considérer que le stockage fait partie de l’application, alors que d’ordinaire il s’agit d’une ressource qui relève des équipes d’infrastructure. »

Un stockage objet conçu pour la performance

Autre avantage de MinIO sur ses concurrents : Il se veut l’un des systèmes de stockage objet les plus rapides. « Dans le cas d’une application écrite en mode cloud [qui supporte l’élasticité, N.D.R.], le stockage objet est le stockage par défaut pour toutes les données, y compris les données primaires, celles auxquelles on accède le plus rapidement. C’est la grande différence que nous avons avec nos concurrents qui ont plutôt développé leur stockage objet comme du stockage secondaire, uniquement destiné à l’archivage des données froides », argumente Anand Babu Periasamy, le PDG de MinIO.

Selon Anand Babu Periasamy, des plateformes de test basées sur vSAN auraient donné des mesures de 183 Go/s en lecture et 171 Go/s en écriture, ce qui constitue le haut du panier pour un système de stockage objet.

Enrico Signoretti pondère néanmoins l’intérêt dans le cadre de vSphere. « Je ne conteste pas que MinIO soit un système de stockage objet très rapide. Cependant, il n’est pas objectivement meilleur que Cloudian ou DataStax pour une utilisation sur une ferme VMware. Cloudian, par exemple, sera plus utile pour les besoins d’élasticité, avec des capacités qui grimpent jusqu’à l’exaoctet (Eo). »

L’analyste estime d’ailleurs que le module intermédiaire vSAN Data Persistence n’aurait été créé par VMware que pour laisser les entreprises libres de choisir le système de stockage objet qui convient le mieux à leurs projets.

Un plug-in dans vCenter

MinIO est un système de stockage objet Open source et compatible S3. Son intégration via vSAN Data Persistence permet aux administrateurs de créer des clusters de stockage objet depuis l’interface d’administration de VMware, vCenter ; un plug-in est fourni par MinIO pour que l’onglet apparaisse dans l’interface graphique.

Ensuite, la version Tanzu de vSphere permet de mettre toutes les ressources d’une ferme VMware – volumes MinIO compris – à la disposition des développeurs, via une batterie de services « à la demande » qu’ils peuvent déployer depuis leurs codes. Cette capacité doit simplifier l’administration des projets DevOps.

Les entreprises peuvent essayer cette version de MinIO pendant 60 jours, avant d’acheter du support, par abonnement, au travers du portail MinIO Subscription Network. Il est à noter que le logiciel n’est pas commercialisé via le portail de VMware. Le support MinIO coûte 10 dollars par To et par mois pour un abonnement Standard et 20 dollars par To et par mois pour un abonnement Entreprise, qui offre une meilleure assistance. La version Open source est quant à elle disponible gratuitement, sur GitHub.

Pour approfondir sur Virtualisation du stockage

Close