GPU : AMD lance ses Radeon Pro W6000 face aux Nvidia RTX5000

Plus performantes que les Quadro RTX5000, moins chères que les RTX6000, les Radeon Pro W6000 déclinent l’architecture RDNA 2 des cartes RX6000 grand public pour le VDI et le Raytracing.

AMD lance une nouvelle famille de cartes GPU, les Radeon Pro W6000, équipées du processeur graphique Navi 21, une puce basée sur l’architecture RDNA 2 du constructeur. En haut de gamme, le modèle Pro W6800 avec 32 Go de RAM et présenté à 2 250 dollars se veut un concurrent des cartes Nvidia Quadro RTX 5000 et RTX 6000, respectivement vendues 2 600 $ pour 16 Go de RAM et 4 650 $ pour 48 Go.

Suite de l'article ci-dessous

Destinée aux studios de production et cabinets d’architectes, mais aussi à l’affichage de machines virtuelles en VDI, la Radeon Pro W6800 serait 30 % plus rapide que la Nvidia RTX5000 pour les rendus sous Metashape, 40 % plus rapide pour ceux sous Lumion, et 11 % plus rapide pour les agrandissements par intelligence artificielle sur Topaz Video Enhance.

On notera toutefois qu’il s’agit de la seule référence d’AMD à l’intelligence artificielle. Les GPU de son concurrent Nvidia se taillent en ce moment la part du lion dans les applications de Machine Learning où ils servent d’accélérateurs. Leur kit de développement Cuda, dont il n’existe pas d’équivalent chez AMD, permet d’utiliser les circuits graphiques de Nvidia pour autre chose que le rendu des pixels.

Globalement, les nouvelles cartes Radeon Pro basées sur l’architecture de circuits RDNA 2 seraient 46 % plus rapides que celles de la génération précédente. AMD n’a pas publié de chiffres comparatifs avec la carte Nvidia Quadro RTX 6000 haut de gamme.

60 cœurs de traitement

Sur la version Pro W6800, la puce Navi 21 à 2 GHz comprend 60 cœurs de traitement ; ils servent principalement à calculer la position et les paramètres de chaque pixel. Ils sont épaulés par 240 circuits qui servent à déformer les textures en perspective et 3 840 « processeurs de flux ». Ces derniers sont en l’occurrence des unités de copie simples, chargées de coller le bon bout de texture avec la bonne colorimétrie sur chaque pixel. Le nombre de processeurs de flux correspond généralement au nombre de pixels peints en parallèle.

La bande passante entre la puce Navi 21 et les 32 Go de mémoire GDDR6 embarqués sur la carte est de 512 Go/s, via un bus interne de 256 bits. La carte offre six connecteurs Mini-DisplayPort pour autant d’écrans.

Selon les tests de performance menés par Nvidia, une carte Pro W6800 atteindrait des scores de 38,5 TFlops en FP16 et 19,25 TFlops en FP32. AMD vante qu’elle est capable de produire des rendus en raytracing en temps réel, via un circuit Ray Accelerator dédié au calcul des intersections ; sans toutefois indiquer la résolution des images dans ce cas.

La version Pro W6600 est près de 3,5 fois moins chère : AMD la présente à 650 $. Pour ce prix, la puce Navi 21 n’a plus que 28 cœurs de traitement actifs, 1 792 circuits de flux et quatre connecteurs Mini-DisplayPort. Surtout, sa mémoire est rabaissée à 8 Go et la largeur de son bus à 128 bits. Sa puissance de calcul serait de 10,4 TFlops en FP16.

Il est à noter qu’AMD prévoit une déclinaison Radeon Pro W6000M pour stations de travail portables.

Les cartes Radeon Pro W6000 communiquent avec le reste de la carte mère via 16 canaux PCIe 4.0. Elles disposeraient par ailleurs d’un dispositif Smart Access Memory qui accélère les échanges avec le processeur si ce dernier est un Ryzen ou un Epyc d’AMD avec des cœurs Zen3. Dans ce cas, en effet, le processeur peut accéder à l’intégralité de la mémoire graphique, contre des pages de 256 Mo chacune avec un autre processeur.

Des cartes pros déclinées d’après des modèles grand public

À l’instar des cœurs Zen3 qui sont d’abord arrivés dans les processeurs AMD Ryzen pour PC avant d’équiper les AMD Epyc pour serveurs, les puces basées sur l’architecture RDNA 2 sont d’abord apparues sur les cartes graphiques grand public. Ainsi, c’est la famille des Radeon RX 6000, concurrentes des cartes Nvidia RTX 3000, qui a initié l’architecture en fin d’année dernière.

Comparativement, la carte Radeon RX6800 a le même processeur Navi 21 que la Radeon Pro W6800, mais elle n’a que 16 Go de RAM et dispose de trois ventilateurs bien plus bruyants que l’unique ventilateur de la Pro W6800. De plus, seules les versions Pro W6000 supportent la virtualisation, typiquement pour attribuer des fractions de leur puissance aux bureaux virtuels en VDI. En revanche, le prix est bien plus attractif dans le grand public : AMD présente sa RX6800 à seulement 590 €.

L’existence d’une carte Radeon RX6900 dotée de 80 cœurs de traitement suggère le lancement prochain d’une Radeon Pro W6900.

AMD, le numéro 2 toutes catégories des GPU

Selon IDC, le marché des cartes GPU explose depuis la fin de l’année dernière. Au premier trimestre 2021, les ventes seraient 38,74 % plus importantes que celles réalisées un an auparavant. Jusque-là, c’est surtout Nvidia qui profitait de cette dynamique. En ce début d’année, Nvidia réalise 81 % des ventes et AMD 19 %, contre, respectivement, 75 % et 25 % au début de l’année 2020.

Pour compléter ces chiffres, le bureau d’études Jon Peddie Research a de son côté comptabilisé les GPU intégrés aux cartes mères des PC portables, que ce soit sous la forme d’une puce autonome ou d’un circuit embarqué dans le processeur. Dans cette catégorie, c’est Intel qui domine actuellement le marché avec 68,18 % de parts, suivi d’AMD avec 16,65 % de parts et Nvidia avec 15,17 % de parts. Ces taux sont globalement stables depuis un an.

Tout comme les processeurs d’AMD à base de cœurs Zen3, ses GPU à base de circuits RDNA 2 sont gravés sur les dernières chaînes de montage en 7 nm de TSMC. Les générations suivantes, à savoir les puces à architecture Zen4 et RDNA 3, bénéficieront d’une gravure en 5 nm, mais ne devraient pas arriver sur le marché avant la fin 2022.

Pour approfondir sur Processeurs et composants

Close