ra2 studio - stock.adobe.com

Microsoft intègre ses PC virtuels en cloud avec Azure Active Directory

Rebaptisés Azure Virtual Desktop, les postes virtuels en mode cloud de Microsoft vont permettre aux utilisateurs d’ouvrir une session avec leurs identifiants Azure Active Directory. Le début d’une intégration plus poussée.

Microsoft vient de rebaptiser Windows Virtual Desktop (WVD), son offre de postes de travail virtuels en mode cloud. Désormais, il convient de parler d’Azure Virtual Desktop (AVD). Au passage, l’éditeur en a entamé l’intégration avec Azure Active Directory (Azure AD).

Suite de l'article ci-dessous

Cette intégration entre AVD et Azure AD doit permettre aux utilisateurs d’accéder à leurs postes virtuels depuis n’importe quel terminal, avec leur identifiant Azure AD. Microsoft prévoit d’aller plus loin, à terme, avec notamment l’authentification unique (Single Sign-On, SSO).

En outre, AVD va disposer d’un mode « démarrage rapide » assurant l’automatisation des tâches de configuration initiale. Mark Bowker, analyste au sein d’Enterprise Strategy Group, voit là quelque chose de susceptible de séduire les PME : « cela simplifie le service pour que les clients PME puissent consommer un poste de travail ou une application virtuelle avec moins de complexité ».

Microsoft prévoit de proposer l’intégration Azure AD d’ici la fin de l’année, pour 10 $ par utilisateur et par mois, pour le poste virtuel et ses applications. L’éditeur prévoit en outre de permettre aux fournisseurs SaaS et aux entreprises de streamer leurs applications privées sur AVD à partir du 14 juillet. Ce service sera gratuit jusqu’à la fin de l’année. Mais à partir du 1er janvier 2022, il faudra prévoir de débourser 5,5 $ par utilisateur et par mois – un prix qui ne couvre pas les services d’infrastructure Azure.

Permettre aux éditeurs tiers de streamer leurs applications vers AVD rend les choses à la fois plus économiques et plus simples pour les entreprises clientes, explique Mark Bowker : « avant cela, l’éditeur fournissait un paquet d’installation à son client, à charge pour ce dernier de le gérer et de le maintenir ».

Microsoft a par ailleurs rendu disponible en aperçu public la possibilité d’enrôler les machines virtuelles Windows 10 Enterprise AVD dans Microsoft Endpoint Manager : de quoi administrer ces machines comme leurs homologues physiques. Là, il s’agit de simplifier l’administration en la consolidant.

Microsoft a lancé Windows Virtual Desktop en septembre 2019, plusieurs mois avant que la pandémie de Covid-19 n’éclate. Mais avec cette dernière, la demande en postes de travail virtuels cloud a fortement augmenté.

Pour approfondir sur Virtualisation du poste de travail

Close