Getty Images

Métavers : les analystes recommandent de se préparer

Le métavers est encore loin d’être une réalité. Mais de nombreuses entreprises explorent – en « pionnières » – les univers immersifs dans l’espoir d’en tirer les tout premiers avantages.

Le cabinet d’analyse Forrester définit le métavers comme une expérience immersive dans des espaces virtuels interopérables, interconnectés et accessibles par une grande variété d’appareils, dans lesquels les utilisateurs peuvent partager des expériences immersives. Dans son rapport « The state of the metaverse », Forrester avance que le métavers se manifestera par étapes, jusqu’à une plateforme décentralisée qui ajoutera une couche 3D au Web tel que nous le connaissons.

« Les premiers cas d’utilisation du métavers se trouveront dans le monde des jeux et des divertissements », avancent les auteurs du rapport. « Aujourd’hui, les plateformes immersives multijoueurs comme Fortnite, Roblox et The Sandbox sont sans conteste des tremplins vers ce monde imaginaire qu’est le métavers ; les utilisateurs peuvent y personnaliser leurs avatars, assister à des concerts virtuels, explorer [des lieux] avec des amis et faire équipe avec d’autres joueurs. »

Lego pose les premières briques de son métavers

Epic Games, la société derrière Fortnite et Unreal Engine, en est un exemple. Son projet de métavers sécurisé pour enfants bénéficie désormais d’un soutien financier de 2 milliards de dollars de la part de Sony et de Kirkbi (société d’investissement du groupe familial Lego).

« Les enfants aiment jouer dans les univers numériques et physiques et ils passent allègrement de l’un à l’autre », constate Niels Christiansen, PDG du groupe Lego. « Nous pensons que le digital est une possibilité énorme de développer des compétences qui leur serviront toute leur vie comme la créativité, la collaboration ou la communication ».

« Les enfants aiment jouer dans les univers numériques et physiques. Ils passent allègrement de l’un à l’autre. »
Niels ChristiansenPDG du groupe Lego

« Mais il est aussi de notre devoir de leur offrir un environnement sécurisé », ajoute le PDG de Lego. « Depuis des générations [chez Lego], nous faisons tout pour que les enfants puissent jouer de manière sûre dans le monde physique. C’est notre priorité absolue. Nous nous engageons à faire la même chose dans l’univers numérique ».

Bien que les opportunités du métavers ne se limitent pas aux jeux, Forrester estime que les premiers à l’adopter seront bien les gamers, et les personnes les plus actives sur les réseaux sociaux (qui peuvent être les mêmes). Son étude dévoile que 22 % des internautes adultes aux États-Unis ont ce profil – profil enclin à évoluer dans un métavers.

Selon la même étude, près de la moitié de ce groupe (49 %), soit 11 % de l’ensemble des personnes interrogées, porte souvent un casque de réalité virtuelle et 15 % ont même acheté des dispositifs haptiques pour améliorer leur expérience.

Formation et travail hybride dans le métavers

Richard Ward, chargé du développement de la réalité virtuelle en entreprise chez McKinsey, souligne un autre cas d’usage du métavers : celui des environnements de formation.

« Si par exemple, vous gérez une chaîne de restauration rapide, la possibilité d’enseigner aux nouveaux collaborateurs tous les processus et mécanismes de la chaîne, avant même qu’ils ne s’approchent d’un équipement dangereux, a des utilisations très larges. C’est vrai dans tous les domaines, et ce sont des choses que vous pouvez faire dès maintenant. », insiste l’analyste.

En France, SNCF Réseau explore déjà de manière avancée ce type d’usage.

Beaucoup voient aussi dans le métavers un outil adapté au travail hybride.

Une enquête de CCS Insight menée auprès de 611 personnes en France, en Allemagne, en Espagne et au Royaume-Uni, montre un intérêt grandissant (44 %) pour le métavers et le collaboratif immersif.

DXC Technology propose déjà ce type d’expérience à ses employés et à ses clients. L’ESN estime que la collaboration immersive renforce considérablement l’engagement par rapport aux outils collaboratifs traditionnels. 57 % de ses employés auraient même déjà participé à un événement dans son métavers.

Jamespot, spécialiste français du réseau social d’entreprise et de la Digital Workplace, fait le même pari.

Préparer l’infrastructure et renforcer les compétences

Comme le dit Forrester, le métavers n’en est qu’à ses tout débuts. Pour autant, les DSI/CIO/CTO ont tout intérêt à mettre en place dès aujourd’hui une stratégie pour expérimenter les métavers (infrastructure technique, compétences et talents, trouver des opportunités métiers, etc.). « Suivez de près les outils comme Unreal Engine, Unity et d’autres éléments constitutifs du métavers pour ne pas être pris au dépourvu », recommande en premier lieu Forrester.

Forrester incite également à évaluer le matériel, le cloud, la 5G et toutes les autres technologies (IoT, jumeau numérique, etc.) qui se cachent derrière les expériences dans les métavers.

Pour approfondir sur Digital Workplace, Portails, Réseaux Sociaux d’Entreprise

Close