Hitachi ouvre un DataCenter Tier 3/Tier 3+ à Orléans

Afin de développer l'activité du site Hitachi d'Orléans, le constructeur Japonais vient de lancer une activité d'hébergement en ouvrant un datacenter de 1800 m2.

Hitachi France a récemment inauguré son premier datacenter français sur son site de construction et d’assemblage d’Orléans. Comme l’explique Pierre Kohler le président d’Hitachi Computer Products Europe et patron du site HICEF d’Orleans, l’usine du Loiret est à l’origine un site de construction et d’assemblage pour les baies Hitachi revendues par HDS et HP en Europe. Créé en 1991 le site emploie quelque 200 salariés pour 172 M€ de CA. Récemment le site a commencé a assemblé en France certains des serveurs lames Hitachi revendus en Europe.

Le Datacenter d'Hitachi à OrléansLe Datacenter d'Hitachi à Orléans

Une diversification pour développer l’activité en France

Le développement d’une activité Datacenter est la conjonction de plusieurs facteurs. Tout d’abord HICEF est très imbriqué avec Hitachi Data Systems et la division informatique d’Hitachi a des besoins d’hébergement réguliers. Ensuite, l’Orléanais ne dispose pas de capacité d’hébergement locale malgré un tissu économique actif. Enfin, Le site d’Hitachi disposait d’une vaste salle de test sous-utilisée qui ne nécessitait pas de gros investissements pour être transformée en datacenter de type Tier 3/Tier 3 +.

Comme l’ajoute Pierre Kohler, La seule activité d’assemblage ne permet pas de développer le site. Hors l’activité datacenter est dans la ligne des métiers d’Hitachi (la firme dispose déjà de dizaines de milliers de mètres carrés de salles au Japon) et elle était une évolution naturelle pour le site d’Orléans au vu des infrastructures en place.

Un datacenter modulaire offrant 1 800 m2 de capacité d’hébergement refroidie par Free cooling

Selon Patrick Rocher, le responsable de l’activité datacenter d’Hitachi à Orléans, le datacenter modulaire d’Orléans aura une capacité maximale de 1 800 m2 de salles d’hébergement soit environ 500 baies de 60 cm x 1,2 m. La première tranche active dès maintenant est une tranche de 100 m2 avec 26 baies. Pour le refroidissement du site, Hitachi a opté pour un système de free Cooling, qui est actif environ 80 % de l’année, épaulé par un système de refroidissement traditionnel pour les mois plus chaud. L’air extérieur est filtré jusqu’à 21 °C et la chaleur générée par le datacenter est recyclée pour chauffer d’autres parties du site industriel.

Côté alimentation électrique, deux chemins séparés apportent 2x20 000V sur des lignes d’onduleurs séparées. Un groupe électrogène assure la continuité d’alimentation en cas de coupure des alimentations principales.

L’accès Télécom est pour l’instant assuré par une double adduction télécom reliés à deux pops avec deux opérateurs présents au mois de mai et plus attendus dans le futur.

Côté sécurité, le site de 50 ha est clôturé avec un gardiennage 24/24 et chaque bâtiment, dont celui du datacenter dispose d’une sécurité périmétrique et un portail d’accès de type rayon X. Chaque zone est sécurisée par badge et par code, et l’accès à chaque baie est aussi protégé par code. L’ensemble des installations sont sous vidéosurveillance et reliées au PC sécurité.

Attirer des clients locaux et globaux

Pour l’instant le site accueille déjà trois clients dont un client HDS et deux clients locaux. Mais le site affiche de solides ambitions de croissante. Un des objectifs est de s’insérer dans l’activité globale d’HDS en venant par exemple épauler les capacités d’hébergement d’Oxya. Un autre axe de développement est la fourniture de services de Disaster Recovery distantes pour les clients disposant déjà de capacité d’hébergement sur Paris ou sur les régions proches. Enfin un dernier axe de développement est la fourniture de service de Disaster Recovery pour certains des clients japonais du groupe disposant de productions très critiques et ayant besoin de service de géo-réplication. Du fait de la sensibilité aux risques naturels de l’archipel Nippon.

Une salle du datacenter Hitachi à OrléansUne salle du datacenter Hitachi à Orléans

Le site joue la carte tarifaire et celle des services

Hitachi compte sur un avantage tarifaire non négligeable. Le développement du premier datacenter n’a en effet nécessite que des investissements « marginaux » ce qui permet à Hitachi de disposer d’un vrai avantage prix. Le site d’Orléans offre aussi de nombreux services peu communs comme l’accès à un parking, l’accès à des salles de réunion ou l’accès à la cafétéria du site. De même les clients peuvent utiliser les capacités logistiques du site pour faciliter l’accueil de leurs équipements. Un autre avantage mis en avant par Pierre Kohler est le coût salarial, plus modéré à Orléans qu’à Paris et qui permet aussi de bénéficier d’un avantage compétitif par rapport aux grands centres parisiens. Enfin, les équipes du datacenter d’Orléans disposent de compétences spécifiques sur les équipements Hitachi qui pourraient séduire les clients de la marque. Notamment des équipes support sont présentes en 24/7 sur le site.

Aujourd’hui l’accès au site requiert la location d’au minimum un quart de baie, sachant que les trois premiers clients ont tous souscrit une baie complète.

Des capacités d’extensions non négligeables

A terme, Hitachi envisage de faire évoluer le premier datacenter pour offrir des capacités de « dual site » ou de « dual building » avec des liens vers une seconde salle offre des capacités de type Tier 2 à 400 m du site principal. La nature même du site permet aussi d’envisager des extensions massives en cas de succès de l’offre. Avec 50 ha, un approvisionnement énergétique solide, le site dispose en effet de capacités d’extension bien plus importantes que la plupart des datacenters de la proche couronne parisienne…

Pour approfondir sur Architectures de Datacenters

- ANNONCES GOOGLE

Close