La communauté OpenStack officialise la disponibilité d'OpenStack "Mitaka"

La 13e version d'OpenStack est disponible depuis hier. Selon la communauté OpenStack, elle apporte une plus grande stabilité, une simplicité de déploiement et d'administration accrue ainsi que des améliorations pour les grands déploiements.

La communauté OpenStack a officialisé hier la disponibilité de la 13e version du framework de cloud Open source, OpenStack « Mitaka », qui succède officiellement à la précédente version « Liberty », publiée lors de l’OpenStack Summit de Tokyo, à l’automne 2015. 2336 développeurs et utilisateurs de 293 organisations différentes ont travaillé sur cette 13e version, dont le lancement intervient 6 ans après celui de la première mouture d’OpenStack.

Déploiement, paramètrage et exploitation simplifiés

Pour cette édition, une grande partie des efforts de la communauté OpenStack a porté sur la simplification du paramétrage et de l’administration du logiciel, mais aussi sur la stabilisation de fonctions jugées essentielles comme la migration en live de VM. Un grand nombre de réglages sont désormais configurés par défaut dans des projets clés du framework comme Nova (services de VM) ou Keystone (Services d’identité). Pour Keystone, le résultat est qu’il est désormais possible en quelques étapes de configurer les services d’identité à l’échelle d’un cloud. Une autre fonction mise en avant par le projet OpenStack est le support par Neutron (le service de gestion de réseaux d’OpenStack) de services réseau de niveau 3 et d’un service de routage virtuel distribué.

La communauté OpenStack indique aussi que cette 13e version a été améliorée pour supporter plus de charge (notamment grâce à Cells v2, qui permet en quelque sorte de "segmenter un grand cloud" en plusieurs cellules "indépendantes"), mais aussi pour être plus facile à utiliser. Un client OpenStack unifié fournit ainsi un ensemble cohérent d’API pour créer des ressources de telle sorte que les utilisateurs finaux n’aient pas à apprendre les spécificités des API de chaque service. Des efforts spécifiques ont aussi porté sur l’amélioration de la documentation des API. Enfin, Mitaka fournit aussi des SDK améliorés pour plusieurs langages de développement.

La communauté OpenStack met également en avant les efforts en cours pour délivrer une fonction de type « donne moi un réseau » dans Neutron. Cette fonction automatisera toutes les étapes nécessaires pour créer un réseau, l’attacher à un serveur, lui assigner une adresse IP et rendre le réseau accessible. Autant d’opérations qu’il faut aujourd’hui réaliser de façon discrète.

Le code source d’OpenStack Mitaka est en téléchargement sur le site de la communauté. Les principaux fournisseurs de distributions OpenStack devraient logiquement mettre à jour leurs distributions dans les mois à venir. Il est à noter que l’adoption d’OpenStack s’est accélérée au cours des derniers mois, notamment au sein de l’IT des grands opérateurs télécoms dans le cadre des premiers déploiements de services SDN/NFV. Orange a par exemple fait le choix d'OpenStack comme base de son projet de services VPN SDN Easy Go Network, et fera d'ailleurs une présentation à ce sujet lors du prochain OpenStack Summit. Toujours en France, le cloud OpenStack d’OVH est désormais opérationnel et est venu rejoindre ceux des deux grands cloud souverains hexagonaux, Numergy et CloudWatt, désormais réabsorbés par leurs maisons mères respectives, SFR et Orange.

 

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close