Oleksiy Mark - Fotolia

Virtualisation d’applications : Parallels RAS 15 mise sur les prix

Parallels Remote Application Server 15 automatise de nombreuses tâches frustrant les DSI, et intègre des fonctions présentes dans les outils de publication d’applications de Citrix et de VMware.

La nouvelle version de la plateforme de publication d’applications de Parallels mise sur des capacités d’administration améliorées pour séduire les DSI frustrées par le coût et la complexité des outils de Citrix et de VMWare.

Parallels Remote Application Server (RAS) 15 est enrichi de nouvelles fonctions, à commencer par des assistants de configuration, et un client pour navigateur HTML5, qui pourrait renforcer son attrait pour les PME ne pouvant s’offrir des configurations plus avancées. Pour Robert Young, analyste recherche chez IDC, l’association d’un coût réduit, d’une administration simplifiée, et d’une accessibilité ouverte à tous les terminaux, pourrait même séduire les utilisateurs de Citrix et de VMware dont les besoins se limitent à la base du VDI et de la publication d’applications.

Exemple de cette situation, Awanas Clubs International, une association à but non lucratif de Streamwood, dans l’Illinois, a compté sur Citrix XenApp durant 12 ans avant de peiner à migrer vers sa version 7. Et d’être passée à Parallels RAS grâce à un déploiement effectué en l’espace d’une heure.

« Nous publions les mêmes applications que celles que nous proposions via Citrix, et nous en sommes ravis, entre simplicité d’utilisation, d’administration, et un déploiement pour l’essentiel transparent », explique Jason Stevenson, administrateur des services réseau au sein de l’association. Il souligne au passage économiser environ 5000 $ par rapport au renouvellement des licences Citrix.

Les forces de Parallels RAS

Parallels, bien connu pour ses solutions de virtualisation pour Mac, a racheté Remote Application Server auprès de 2X Software l’an passé. Et celui-ci est souvent identifié comme une plateforme de publication d’applications, il peut également être utilisé pour mettre à disposition des postes de travail virtuels Windows complets, en s’appuyant sur les hyperviseurs Hyper-V de Microsoft, XenServer de Citrix, ou encore ESXi de VMware. Ses concurrents XenDesktop et Horizon proposent des capacités de publication d’applications, mais RAS en fait autant pour bien moins cher.

Parallels RAS coûte ainsi 99 $ par an et par utilisateur simultané, quand XenDesktop Enterprise est affiché à 250 $ par utilisateur simultané ou 535 $ par utilisateur simultané pour une licence perpétuelle. Horizon 7 est proposé à partir de 484 $ par utilisateur simultané pour une licence perpétuelle.

Mais ce n’est pas tout. RAS attire aussi par sa fiabilité qui, en retour, bénéficie à la productivité des employés, estime David Litt, Pdg et co-fondateur de Blue Star Tech, un prestataire de services managés et client de RAS. « C’est fantastique à utiliser pour nous », assure-t-il avec enthousiasme : « il semble tout à fait normal que Citrix tombe facilement, et ce n’est pas quelque chose que l’on corrige en 5 minutes. Nous n’avons simplement jamais rencontré cela [avec Parallels RAS] ».

Aspire, une autre organisation à but non lucratif, a migré d’un environnement de postes de travail physiques à un ensemble de Chromebooks supportés par RAS, en 2014. Il s’agissait de passer à un environnement de travail plus moderne, malgré les contraintes d’un budget limité.

John McIlwain, vice-président de l’association, explique que les employés d’Aspire ne sont désormais plus verrouillés à leurs bureaux. Nombre d’entre eux rendent des visites à domicile et peuvent désormais utiliser les applications publiées sur le terrain. Parallels RAS a au passage ouvert Aspire à un éventail de collaborateurs potentiels plus large, avec la possibilité de travailler à domicile en VDI ou avec les applications publiées : « c’est une libération pour nous. Et le coût d’exploitation a été considérablement réduit ».

Avec Parallels RAS 15, les administrateurs peuvent publier des applications sur un serveur RDSH en quatre étapes, et les mettre à disposition via le protocole RDP de Microsoft. La nouvelle version a en outre été enrichie de nombreux assistants pour automatiser la configuration de Windows Server, des pare-feu et des équilibreurs de charge.

RAS propose des applications clientes pour iOS, Android, ChromeOS, Windows et Linux. Mais avec sa version 15, un simple client HTML5 peut être suffisant pour accéder à l’environnement de travail virtuel. « Cela permet aux utilisateurs d’avoir la même expérience sur n’importe quel appareil, et de fournir les mêmes services où qu’ils se trouvent », résume Shaun Crawford, DSI de Blue Star Tec.  

Adapté de l’anglais.

Pour approfondir sur Gestion des applications et terminaux

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close