Guido Vrola - Fotolia

Suites de gestion de l’environnement de travail : les DSI restent sceptiques

Les suites de fourniture et d’administration de l’environnement de travail arrivent à maturité, mais les DSI ne voient pas l’intérêt de se lier entièrement à un éditeur unique pour la fourniture des postes de travail et des applications.

Les éditeurs poussent leurs suites de gestion de l’environnement travail numérique, mais les DSI ne suivent pas. Les spécialistes de la virtualisation ont, par exemple, rassemblé leurs produits de gestion de la mobilité, de fourniture de postes de travail et de partage de contenus en packages uniques, conçus pour être administrés de manière consolidée et pour s’intégrer ensemble. Plutôt que de payer pour chaque produit individuellement, les clients peuvent acheter des suites et disposer de tout ce dont ils ont besoin pour supporter toutes les façons dont leurs utilisateurs accès aux données et ressources de l’entreprise. Mais de nombreux professionnels de l’informatique présents à Citrix Synergy expriment leurs préoccupations et juste leur prudence.

« Nous avons examiné Citrix Cloud, mais nous n’utilisons pas tous les produits qu’il inclut, et en plus, c’est cher », résume ainsi Paul Blechschmidt, administrateur systèmes chez The Greenbrier Companies, un fabricant américain de rails de chemin de fer.

Citrix Cloud – précédemment appelé Citrix Workspace Cloud – a été lancé en août 2015. Il s’agit d’une plateforme d’administration d’environnements de travail en mode Cloud qui permet de gérer les instances XenApp, XenDesktop et XenMobile, tout en contrôlant les partages ShareFile et Secure Browser. VMware a lancé sa suite concurrente, Workspace One, en février, laquelle intègre AirWatch, Identity Manager et Horizon Air. Chaque éditeur propose en outre une version de sa suite à déployer en local.

Prix et captivité font hésiter

L’entreprise de Blechschmidt, qui emploie plus de 10 000 personnes, utilise XenApp et ShareFile, mais sa plateforme de gestion de la mobilité est signée d’un autre éditeur. Puisque l’organisation n’utilise pas les autres produits de Citrix Cloud, il s’est demandé si acquérir la suite en valait la peine : « attendent-ils de leurs clients qu’ils utilisent tous ces produits tout le temps ? »

Selon Blechschmidt, les suites d’administration de l’environnement utilisateur peuvent être utiles aux DSI qui utilisent effectivement tous les produits qui y sont proposés, ou pour des organisations avec une vaste population d’utilisateurs mobiles. Mais en dehors de ces cas-là, il assure ne pas observer de vaste adhésion de ses pairs : « je ne pense pas que ce soit largement adopté pour le moment ».

Et pour Scott Bollinger, ingénieur systèmes sénior chez Leavitt Group Enterprises, un assureur de l’Utah, la tarification de ces suites les destine plutôt aux grands groupes : « nous avons testé plusieurs suites, et toutes s’avèrent onéreuses. C’est encore un domaine en croissance qui n’a pas été largement adopté. Les éditeurs doivent s’adresser aux entreprises plus petites. Des environnements d’une centaine d’utilisateurs pourraient en profiter ».

Pour Robert Young, analyste chez IDC, ces suites constituent effectivement un marché émergent. Mais elles renforcent la proposition de valeur des DSI qui les utilisent : « les DSI se doivent d’être plus pertinentes et de proposer aux métiers des outils qui renforcent leur valeur ».

Le principal apport de ces suites est que les environnements de travail numériques apportent aux utilisateurs un environnement hétérogène aux capacités multiples, selon Young. Du côté de la DSI, l’environnement s’appuie sur des services multiples pour fournir des applicatives natives, virtuelles et patrimoniales en local ou à partir d’un cloud public, le tout administré de manière consolidée.

Pour Young, « il y a beaucoup de DSI qui comprenne ces avantages et cherchent une suite d’environnement de travail pour transformer leur organisation. Mais il y a aussi encore beaucoup de DSI qui ne comprennent pas cela ». Et d’espérer que Citrix fasse passer le message car, selon l’analyste, « le marché a encore besoin de beaucoup de pédagogie. Et c’est grands acteurs du domaine, comme Citrix, d’apporter ces solutions et d’en faire plus que des applications et des postes de travail virtuels. Car il s’agit aussi de partage de fichiers, de gestion d’identités, pour permettre aux utilisateurs de disposer des ressources dont ils ont besoin quand et où ils en ont besoin ».

Adapté de l’anglais.

Pour approfondir sur Virtualisation du poste de travail

- ANNONCES GOOGLE

Close