Sasa Kadrijevic - stock.adobe.co

Citrix licencie à tour de bras

L’éditeur a commencé à supprimer des postes après un été marqué par le départ de son patron, remplacé par son directeur financier

Le départ surprise de Kiril Tatarinov, après seulement un an et demi dans ses fonctions de Pdg de Citrix, et surtout, son replacement par le directeur financier de l’éditeur, n’apparaissait pas comme un présage enchanteur. Aujourd’hui, Citrix est à nouveau dans la tourmente, et cela se traduit par des licenciements.

De nombreux employés de l’éditeur ont été invités à des entretiens préalables de licenciement mercredi dernier, lesquelles ont déclenché plusieurs conversations sur TheLayoffCom. Ce n’est pas forcément la source la plus fiable, mais d’autres ont confirmé que les implantations britanniques de Citrix ont été fortement affectées, dont 30 personnes à Cambridge, et 64 de plus à Chalfont. Les efforts de R&D de HDX étaient centralisés outre-Manche ; ceux-ci pourraient donc être concernés.

Mais les Etats-Unis ne sont pas épargnés, avec notamment Raleigh, bastion de ShareFile, dont les effectifs seraient aujourd’hui tombés à 619 contre 800 fin 2016 – mais cela peut également être lié à la séparation des activités GoTo. Bedford est également touché, de même que Redmond, où Citrix conservait des équipes travaillant avec Microsoft, et Fort Lauderdale, le siège. Les centres de développement de Santa Barbara et de Tempe doivent être fermés. Les bureaux de Bangalore, en Inde, ont également vu le départ d’une quarantaine de personnes, principalement dans l’équipe XenServer.  

Citrix a confirmé que des licenciements ont lieu un peu partout dans le monde, mais n’a pas été, pour l’heure, en mesure de nous communiquer de précisions pour la France. Mais au total, à ce jour, les suppressions de postes concerneraient 10 % des effectifs de l’éditeur.

ShareFile

L’activité de partage et de synchronisation de fichiers de Citrix, ShareFile, semble particulièrement affectée. Dans sa déclaration, l’éditeur a confirmé « repositionner et optimiser ShareFile pour le marché entreprise » avec, notamment, l’accélération « du développement de fonctionnalités différenciatrices », et l’amélioration de l’intégration avec le service Workspace : « nous continuons à vendre pour le marché PME et à le supporter, mais nous nous concentrons sur l’entreprise » de taille supérieure. Une façon d’avouer à demi-mot la victoire des Box, Dropbox, OneDrive et autres Google Drive sur le segment des PME ? Voire de ne plus considérer ShareFile que comme un ajout bienvenu pour compléter Workspace, mais sans qu’il soit véritablement stratégique ?

Unidesk

Selon Jeff Pitsch, sur Twitter, tout le groupe d’architecture de solutions basées sur la stratification applicative – App Layering – a été remercié. Mais cela ne signifie pas que Citrix fasse une croix sur une technologie acquise via Unidesk, en début d’année. Il s’agit probablement plus d’un effort de rationalisation d’effectifs alors que l’intégration a commencé au printemps. La seule est de savoir si les clients intéressés par la technologie pourront bénéficier de l’accompagnement nécessaire. Mais justement, les équipes conseil de Citrix ne sont pas touchées, et il y a probablement là l’expertise requise.

Recentrage

Dans un courriel interne, David Henshall, l’ancien directeur financier de Citrix, et son nouveau Pdg par intérim, explique que, pour l’essentiel, il s’agit de réduire les efforts sur les produits les moins stratégiques ou qu’il n’est pas possible de faire croître efficacement.

Et cela concerne notamment Octoblu, qui apparaît plus ou moins condamné, l’éditeur préférant miser sur des plateformes dominantes du marché pour les objets connectés. RightSignature va être intégré à ShareFile, mais ce dernier est donc bien réorienté sur les grands comptes.

Le sort de XenMobile est moins net. David Henshall explique vouloir l’orienter sur le Cloud, mais surtout adopter une stratégie commerciale alignée sur les offres de Microsoft, avec Enterprise Mobility Suite, et de Google, avec Android for Work, les Chromebooks, et la G Suite.

Avec Gabe Knuth, via BrianMadden.com (groupe Techtarget).

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close