alphaspirit - Fotolia

L’expérience VDI en mobilité n’est plus un souci

Traditionnellement, les postes de travail virtuels étaient plus difficiles à utiliser sur des smartphones et des tablettes. Mais la plupart des terminaux supporte désormais mieux le VDI qu’il y a quelques années. Et de nouveaux outils viennent aider.

Fut un temps où il était difficile d’utiliser des postes de travail et des applications virtuels sur des smartphones et des tablettes, mais les progrès des terminaux et des technologies de déport d’affichage ont considérablement amélioré l’expérience utilisateur du VDI en mobilité.

Les terminaux mobiles modernes sont devenus de véritables ordinateurs en poche. Plusieurs des caractéristiques qui permettent aux applications mobiles de fonctionner de manière transparente aident les applications virtualisées. Par exemple, la plupart des terminaux disposent aujourd’hui de connexions data 4G qui facilitent la fourniture de poste et applications virtuels. Il est encore vrai que la plupart des écrans de smartphones ne sont pas idéaux pour afficher de pleins postes virtuels. La résolution plus élevée des nouveaux écrans aide les clients VDI à ajuster les postes virtuels à ces supports physiques.

Par ailleurs, de nombreux employés transportent désormais avec eux des smartphones de grande taille, capables d’afficher des postes virtuels au moins à moitié utilisables. L’iPhone 6s Plus d’Apple et le Galaxy S7 Edge de Samsung embarquent des écrans 5,5 pouces ; d’autres vont jusqu’à 6 pouces de diagonale. Qui plus est, la puissance de calcul des récentes tablettes haut de gamme dépasse celle d’ordinateurs portables vieux de quelques années. Et leurs écrans de 10 voire 13 pouces de diagonale offrent toute la place nécessaire à l’utilisation d’un poste de travail virtuel.

D’importants efforts des éditeurs

Du côté logiciel, Citrix, VMware et quelques autres éditeurs spécialistes de la virtualisation, ont travaillé à l’amélioration de l’expérience utilisateur du VDI en mobilité, et proposent des moyens de fournir des applications distantes de manière individuelle.

Ces applications distantes deviennent de plus en plus facilement accessibles sur terminaux mobiles, grâce à des méthodes de fourniture d’applications basées sur le navigateur Web, ainsi qu’aux portails applicatifs d’entreprise qui centralise l’accès aux applications de tous types.

Citrix supporte la publication d’applications depuis longtemps, avec XenApp, mais VMware s’est doté de fonctionnalités similaires avec RDSH l’an passé. Qui plus est, l’éditeur a intégré à Horizon 7 un nouveau protocole, Blast Extreme, conçu pour améliorer les performances des applications distantes sur les terminaux mobiles.

Les applications mobiles natives sont pratiques pour les utilisateurs, mais elles ne rivalisent pas avec les applications virtualisées en matière de sécurité. Les DSI peuvent administrer ces deux types d’applications via une unique console grâce à des plateformes telles que Citrix Cloud et VMware Workspace One.

Toutes ces évolutions devraient aider à avancer dans l’utilisation d’applications et de postes virtuels sur les terminaux mobiles. Bien sûr, il est toujours laborieux d’utiliser des applications patrimoniales Windows sur des écrans tactiles, mais l’accès mobile aux applications corporate continue de constituer une option dont de nombreux utilisateurs souhaitent pouvoir profiter.

Adapté de l’anglais.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close