Du VDI au DaaS et à la mobilité : nouvelles tendances pour 2019

La fin de la virtualisation du poste de travail en local a-t-elle sonné ? Peut-être pas, mais le poste virtualisé en mode service semble prêt à décoller. De même que l’accès à partir de terminaux mobiles.

La nouvelle approche et il se pourrait bien que le VDI soit relégué au second plan par rapport à d'autres options d'hébergement de postes de travail, comme le DaaS, plus flexible et plus rapide à mettre en œuvre. Le DaaS est très intéressant pour les petites entreprises qui souhaitent bénéficier des apports de la virtualisation du poste de travail sans avoir à se préoccuper de l'infrastructure sous-jacente. En fait, moins de petites entreprises – celles qui comptent en-dessous des 1 000 utilisateurs – misent aujourd’hui sur le VDI, lui préférant plutôt des alternatives basées sur le cloud, selon l’étude de Login VSI et de Frame, « VDI like a Pro : End User Computing State of the Union – 2018 », publiée en mai.

Mais alors que le VDI tend vers le DaaS, l’adoption croissante de la mobilité et le besoin d'un guichet unique pour permettre aux utilisateurs d'accéder à leurs ressources ont également influencé l'année qui s'est écoulée en matière de VDI.

Windows Virtual Desktop remodèle le marché du DaaS

Le développement le plus important pour le DaaS, en 2018, a été l’entrée de Microsoft sur ce marché. Le groupe a annoncé en septembre que Windows Virtual Desktop accueillerait les postes de travail virtuels Windows 10 et Windows 7 sur Azure. Windows Virtual Desktop, qui est censé être disponible en préversion de test avant la fin de l'année, s’inscrit en concurrence frontale d'autres offres DaaS telles que celles d’Amazon ou encore d’OVH.

L'attrait principal de Windows Virtual Desktop devrait être double. Les utilisateurs auront accès à des postes de travail Windows 10 ou Windows 7 sur Azure plutôt qu'à des versions serveurs d'un système d'exploitation habillé pour se présenter comme un système d'exploitation client. Ce faisant, les utilisateurs devraient rencontrer moins de problèmes de compatibilité avec leurs applications. Qui plus est, la disponibilité mondiale d'Azure devrait aider à limiter la latence, que que soit le lieu où les utilisateurs accèdent à leurs postes de travail virtuels.

Pour renforcer l’attractivité de Windows Virtual Desktop, Microsoft a en outre fait l’acquisition de FSLogix, un spécialiste du provisionnement d'applications et de la gestion des performances. La technologie de FSLogix devrait contribuer aux performances d'Office 365 sur les postes de travail virtuels en réduisant, par exemple, les temps de chargement des profils. Qui plus est, les administrateurs peuvent isoler les profils des utilisateurs dans des conteneurs, y compris les conteneurs Office 365, et les stocker et gérer sur site ou dans le cloud.

Le terminal mobile comme client

Autre tendance du monde du poste de travail virtuel : la viabilité croissante des appareils mobiles en tant que terminaux d’accès. Longtemps, tablettes et smartphones ont offert des écrans tout simplement trop petits pour offrir une expérience confortable du poste de travail virtuel. Pire encore, si les utilisateurs ne disposaient pas d'une connexion à Internet, ils ne pouvaient pas se connecter leur bureau virtuel. Sans compter les performances dégradées en cas de mauvaise couverture.

Mais les terminaux mobiles n’ont cessé de progresser, de même que la qualité des réseaux mobiles. Avec un iPhone X d’Apple - par exemple - et son écran de 5,8 pouces avec une résolution de 2436 x 1125 pixels, il devient réaliste de travailler en accédant à des postes de travail virtuels. Il existe également des produits tels que le dock DeX de Samsung qui permettent aux utilisateurs d'afficher une version de bureau d’Android sur leur écran d'ordinateur depuis les Galaxy S8, S8+, Note 8 ou Note 9.

Les éditeurs ne sont pas restés sourds à ces tendances. Citrix HDX Mobile, par exemple, refaçonne les applications pour tirer parti des fonctionnalités mobiles, si un utilisateur travaille sur un smartphone ou une tablette. Les clients basés sur un navigateur rendent également les appareils mobiles plus viables en tant que clients VDI, car les utilisateurs peuvent travailler avec n'importe quel appareil ou système d'exploitation.

En outre, il y a les portails d'espace de travail – VMware Workspace One et Citrix Cloud – qui regroupent tous les postes de travail et les ressources mobiles d'un utilisateur via un seul point d'accès, en offrant au passage des fonctionnalités de gestion de la mobilité d’entreprise (EMM).

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close