Cet article fait partie de notre guide: Blockchain : comprendre avant d'envisager un déploiement

Barclays teste la blockchain pour ses transactions commerciales

Test réussi pour Barclays qui s’est appuyé sur la blockchain pour réaliser une importante transaction de financement commercial.

La Barclays et la start-up Wave se sont appuyées sur la technologie blockchain pour réaliser une transaction de financement commercial. Résultat, des gains en matière de rapidité d’exécution et de coûts, comparé à la méthode traditionnelle, axée sur le tout papier.

Quand on aborde le domaine du financement commercial, les transactions portent généralement sur des paiements importants, souvent à l’échelle internationale, et demandent de nombreux participants, beaucoup de papier et de nombreux échanges par courrier.

Mais la Barclays et Wave ont pu finaliser ce qu’ils appellent eux-mêmes « une première mondiale » en s’appuyant sur la blockchain pour traiter l’ensemble des documents d’approbation d’une transaction financière. Cette dernière s'est effectuée via la Society for Worldwide Interbank Financial Telecommunication (Swift). La transaction par lettre de crédit s'est déroulée entre Ornua (anciennement Irish Dairy Board) et la Seychelles Trading Company.

La plateforme de Wave, qui s’appuie sur une technologie distribuée, permet à toutes les parties impliquées dans une transaction de visualiser les documents dont elles ont besoin et de les transmettre, si nécessaire, via un réseau décentralisé. Ce mécanisme certaines certaines procédures inefficaces habituellement utilisées pour le commerce international. « Le nouveau système a donc la capacité d’accélérer les transactions, de réduire les coûts des entreprises et les risques liés à la fraude documentaire », affirme la Barclays.

Selon l’institution financière, des économies de coûts substantielles peuvent être réalisées dans l’envoi de courriers. Finaliser une transaction ne demande plus que quelques heures, au lieu de quelques jours actuellement.

Selon Baihas Baghdadi, à la tête des activités Trade and Working Capital chez Barclays, l’un des plus gros casse-tête dans le commerce international est la circulation des nombreux documents, nécessaires pour réaliser les transactions. « C’est pourquoi nous étions impatients de collaborer avec Wave autour de la blockchain. Il s’agissait de faire économiser du temps et de l’argent à nos clients, et au final, de parvenir à transformer les transactions financières dans le monde », affirme-t-il.

David O’Rourke, directeur des transactions financières chez Ornua Co-operative Group ajoute que « le passage au sans papier pourrait être particulièrement bénéfique pour améliorer la chaîne d'approvisionnement, grâce à la réduction des coûts qu'il engendre, à la fiabilisation des transferts de documents, et l'accélération de ces transferts ».

Barclays et Wave ont d’ailleurs l’intention de collaborer avec certains clients pour développer un peu plus le service. 

Séparèment, un consortium, rassemblant plusieurs banques, dont Barclays, Royal Bank of Scotland et HSBC, a confirmé en mars dernier avoir finalisé les tests de 5 technologies différentes de blockchain (combinées à un environnement Cloud). L’objectif de ce test était de voir comment ce modèle distribué pouvait être utilisé sur les marchés financiers.

L’utilisation de la blockchain par le monde bancaire et financier n'en est toutefois qu'à ses débuts. Forrester estime ainsi que les banques devrait placer la Blockchain sous un microscope au cours des dix prochaines années avant de la laisser sortir des laboratoires. M

Traduit et adapté par la rédaction

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close