Cet article fait partie de notre guide: L’essentiel sur l’Oracle OpenWorld 2016

Oracle OpenWorld 2016 : Oracle voit son avenir dans l'AI et le Machine Learning

Comme à son habitude, Larry Ellison - CTO et fondateur de l'entreprise - a dévoilé en personne les nouveautés de la rentrée d'Oracle qui annoncent ses évolutions à venir. Au menu : Cloud, Machine Learning, Intelligence Artificielle, Big Data, Bots et outils de développement.

L'avenir d'Oracle se lit dans le Cloud. Avec l'arrivée la Release 2 d'Oracle Database 12c en primeur dans sa gamme de DBaaS (dans le nouveau "Exadata Express Cloud Services") et une version 2 de son IaaS.

Mais aussi avec un nouvel outil d'intégration de Cloud (pour des applications hybrides) et un nouveau "Cloud Analytics".

Analytique

"Nous proposons plus de 8000 KPIs, et plus de sources que n'importe qui d'autres", avance Larry Ellison qui revendique des outils simplifiés et intuitifs.

Connexe à la BI, l'éditeur a également annoncé un nouveau service d'intégration de données dans le Cloud capable d'aller puiser ses données dans des sources diverses, Oracle ou non (comme un ERP SAP ou un CRM de Salesforce), et d'en faire un Data Mart, un Data Lake, ou Data Warehouse.

Étape suivante dans la démarche analytique, Big Data Discovery Cloud Service veut dédramatiser le Big Data et, d'une certaine manière, court-circuiter la case Data Scientists en automatisant la découverte de schémas récurrents et l'analyse prédictive.

Développement

Cette volonté de simplification se retrouve dans le Projet Visual Code, un outil de création et de génération d'applications "No Code", à destination des métiers donc.

Pour les "vrais devs", Larry Ellison a réservé plusieurs annonces : une plateforme de gestion des API très dans l'air du temps (qui répond au rachat d'Apigee par Google), un Developer Cloud Service tout aussi dans l'air du temps et dédié à l'agilité ou encore la disponibilité générale du service de conteneurs (compatibles avec Docker) et du Oracle Container Registry.

Internet des Objets

La simplification en maitre mot, encore, avec des applications IoT préconçues pour des secteurs d'activités (gestion de flottes, etc.).

Ces packages quasiment clefs en main vont a priori devenir le fer de lance, côté terrain, du backend analytique l'IoT Cloud d'Oracle.

Machine Learning, AI et Chat Bots

Le Machine Learning et l'AI ne sont pas des thèmes habituels d'Oracle. Mais cela pourrait bien changer. "Watson c'est de la publicité", a ironisé Mark Hurd, PDG d'Oracle, lors d'un échange avec la presse ce lundi 19 septembre. "Ce n'est rien de plus que du "Pattern Matching". Ce qui compte c'est : qu'est-ce que j'en fais pour ma activité professionnelle ?"

Pour répondre à cette question Oracle a sorti deux cartes plutôt inattenudes de sa manche.

La première est l'ajout de capacités de Machine Learning et d'AI à la plateforme Cloud d'Oracle et à ses applications. Le but, dans le Web Commerce (avec Oracle Maximyzer), sera par exemple de mieux prédire les processus d'achats et d'optimiser les offres. Dans les outils de finance, de mieux repérer les fraudes ou d'appréhender le blanchiment d'argent. Au final ce sont toutes les briques (ERP, CX, HCM) applicatives d'Oracle qui vont pouvoir bénéficier de "l'apprentissage statistique". Et surfer sur les thèmes IT du moment.

Deuxième carte de la manche de Larry Ellison, Oracle dispose désormais d'une plateforme de développement d'assistants virtuels (Chat Bot). "Pensez à un Siri professionnel par message texte qui peut se connecter à vos applications métiers pour automatiser des processus métiers", avec de la reconnaissance sémantique en plus.

Le CTO a illustré cet outil par l'exemple d'un assistant à qui il demande "de commander des cartes de visites". L'assistant s'exécute en retrouvant l'ancien modèle commandé, puis repère que le titre de Larry Ellison a changé. Il n'est plus PDG mais CTO. Une fois le changement validé, la commande est automatiquement envoyée, la date de livraison récupérée et - peut-on imaginer - la facture éditée et envoyée aux services concernés. Dans le même domaine, Microsoft a racheté Genee. "C'est une question de génération, ceux qui sont nés avec les portables veulent ce genre d'outils", analyse Larry Ellison. Bref, à l'OpenWorld comme ailleurs, les Bots ont de plus en plus la côte.

Pour approfondir sur Editeurs

- ANNONCES GOOGLE

Close