Maxim_Kazmin - Fotolia

Box dope son offre à l’apprentissage automatique

De nouvelles fonctionnalités de machine learning arrivent dans Box. Les utilisateurs pourront profiter d’options de recherche intelligentes et de flux présentant un contenu personnalisé.

Les clients de Box vont pouvoir aider les utilisateurs à mieux tirer profit de leur outil de gestion de contenu, en profitant de nouvelles capacités basées sur l’apprentissage automatique.

Box Skills, présenté à l’occasion de la conférence annuelle Boxworks, doit simplifier la recherche de contenus audio et vidéo, en accédant à des informations supplémentaires les concernant. Box Feed utilise de son côté l’apprentissage automatique pour assurer la curation de contenus suivant l’utilisateur. Qui plus est, de nouvelles fonctionnalités au sein de Box Relay visent à améliorer les workflows est utilisateurs.

Box Skills est un framework qui sert de couche d’abstraction entre le contenu chargé par les entreprises dans Box et les algorithmes d’apprentissage automatique. Il se concentre sur trois domaines : le renseignement sur les images, sur l’audio et sur la vidéo.

Le premier composant, basé sur la technologie de Coogle Cloud Platform, est utilisé pour marquer automatiquement certains aspects des images, comme le sujet, les couleurs et les logos, mais également pour récupérer des éléments textuels présents. Les utilisateurs peuvent cliquer sur les marqueurs pour accéder à d’autres images aux contenus similaires.

Pour la vidéo, Box s’appuie sur les services cognitifs de Microsoft, afin de proposer reconnaissance faciale et identification des personnes présentes dans les séquences. Mais cela va plus loin : le moteur montre les endroits où apparaissent des répétitions ou encore extraire une retranscription de la bande son pour permettre aux utilisateurs d’afficher des sous-titres. Pour l’audio, c’est la même chose, sans la dimension visuelle, et en s’appuyant sur Watson, d’IBM.

Avec le nouveau kit Box Skills pour développeurs, les organisations peuvent également personnaliser les informations que les algorithmes devront chercher dans les contenus. L’outil peut surveiller le ton de la voix dans une conversation téléphonique, par exemple, ou chercher des mots précis dans un enregistrement audio, pour montrer où ils apparaissent dans le contenu. Les développeurs peuvent également personnaliser l’information dans des documents tels que des factures ou des contrats, et laisser Box extraire des éléments tels que dates, signatures, montants payés, et noms de fournisseurs. Et il ne s’agit pas uniquement d’extraire des données, mais également de permettre aux utilisateurs d’injecter ces informations automatiquement par la suite.

Le volet images est actuellement en phase bêta Les fonctionnalités liées à l’audio et à la vidéo entreront dans cette phase en 2018.

De son côté, Box Feed, animé par l’apprentissage machine sur base de graphe, sera disponible l’an prochain. Cette fonctionnalité doit aider les utilisateurs à trouver des contenus pertinents pour leurs besoins. Elle présent les contenus actifs – fichiers sur lesquels ils sont intervenus ou dans lesquels ils sont mentionnés – en plus d’autres contenus pouvant avoir un lien, le tout dans un flux basé sur les personnes travaillant sur le fichier, et sur le contenu de ce dernier. Le flux présente également des fichiers sur lesquels de nombreux utilisateurs travaillent dans l’organisation.

Enfin, Box Relay pour l’automatisation de workflow, annoncé l’an dernier et disponible à tous le mois prochain, va recevoir quelques améliorations. Tout d’abord, il va permettre à des workflows de se lancer automatiquement. Et Box prévoit d’ouvrir des interfaces de programmation pour permettre l’intégration à des applications et des processus automatisés tiers. Qui plus est, les utilisateurs vont pouvoir signer numériquement des fichiers directement dans Box.

Un nouveau tableau de bord doit permettre aux utilisateurs de gérer de multiples workflows en parallèle, en affichant chacun des workflows actifs et en soulignant l’étape à laquelle ils se trouvent. Et puis il va être possible d’inviter d’autres utilisateurs à travailler sur un document, en leur assignant des tâches assorties d’échéances. Un outil d’annotation doit permettre d’écrire des commentaires sur des aspects spécifiques de documents, et marquer d’autres utilisateurs pour attirer leur attention. Et pas besoin de télécharger d’anciennes versions d’un document : il est possible de les consulter en un simple clic, Box s’occupant de mettre en exergue les changements apportés par des tiers. 

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close