PaaS, DaaS et analytique self-service : les trois promesses de Workday pour 2018

Workday a tenu sa conférence annuelle à Chicago au début du mois. Le spécialiste du HCM et des « ERP financiers » en mode Cloud y a fait plusieurs annonces clefs qui tracent les grandes lignes de son avenir.

Workday, l’ERP financier et le HCM 100% Cloud créé par le fondateur de PeopleSoft, a dévoilé plusieurs nouveauté majeurs lors de son Workday Rising 2017. Il y a parlé d’un PaaS, d’un service de « data » et d’un outil analytique (Prism). Sans oublier d’évoquer son partenariat avec AWS.

Workday Cloud Platform

Concernant le PaaS, l’idée n’est pas de concurrencer AWS, Azure (Microsoft) ou Heroku (Salesforce) dans les plateformes généralistes. Son but est au contraire – en tout cas dans un premier temps – de permettre le développement de « spécifiques » pour personnaliser ses outils SaaS et de faciliter les intégrations avec d’autres solutions, qu’elles soient sur site ou dans le Cloud.

Ce PaaS (Workday Cloud Platform) complète donc les connecteurs disponibles et les capacités de paramétrages poussées qui existent déjà dans Workday. L’éditeur a d’ailleurs longtemps expliqué qu’un PaaS n’était pas nécessaire dans une optique 100% Cloud. D’une part à cause de la grande personnalisation que rend possible un paramétrage poussé. D’autre part parce que les « spécifiques » sont un source complications, de surcoûts et de lourdeurs que le SaaS essaie justement de ne pas reproduire.

Mais les demandes des intégrateurs et des clients – et la réalité du terrain - ont visiblement été plus fortes que la philosophie initiale, chez Workday comme chez d’autres (cf. son concurrent NetSuite avec SuiteCloud Platform).

Workday Benchmarking

Workday a également confirmé la disponibilité officielle de son Data-as-a-Service (DaaS), un service esquissé l’année dernière. La première offre concrète se nomme Workday Benchmarking. Il s’agit d’indicateurs clefs, industrie par industrie, issues des données anonymisées de clients de Workday que l’éditeur fournit à ceux qui acceptent de participer au programme de remontée d’informations.

Avec 1.800 clients revendiqués, ces indicateurs devraient permettre aux entreprises de mieux se positionner sur leurs marchés respectifs et de mieux appréhender leurs propres performances – espère Workday.

« Les clients adhérant à ce nouveau service commencent par définir les données qu’ils souhaitent soumettre. Celles-ci sont alors anonymisées et intégrées à un ensemble de données agrégées et sécurisées. En retour, ils accèdent à des benchmarks représentatifs de la communauté de clients Workday. »

Ces benchmarks figureront directement dans les applications et les tableaux de bord.

Les indicateurs couvrent aussi bien la composition des effectifs (âge, diversité, ancienneté, etc.) que la rotation et la rétention du personnel, l’efficacité du management (étendue des responsabilités, leadership) ou l’utilisation de Workday lui-même (utilisation du système, processus métiers, etc.).

« Par exemple, un Directeur SIRH dans la grande distribution pourra évaluer si les processus métiers en place dans son entreprise sont exécutés plus lentement ou plus rapidement que ceux d’organisations du même profil », explique l’éditeur.

Un Benchmark financier (croissance de revenus, ROI, etc.) est également prévu pour une prochaine version. « Le DAF d’une société de services professionnels pourra comparer le revenu par employé à ceux de ses pairs » promet par exemple Workday.

Prism Analytics

Prism est issu du rachat de Platfora. Le service analytique Big Data (Platfora était un spécialiste de Hadoop et de Spark sur site) a été lancé en beta privé. Il est actuellement testé par quelques clients et devrait sortir officiellement au deuxième semestre 2018.

Workday Prism Analytics permet de compulser et d’analyser des données aussi bien de Workday que celles qui viennent de services tiers. Selon Constellation Research, Workday péchait sur ce point de l’intégration et comble ainsi une de ses plus grosses lacunes.

Workday Prism

Ceci dit, l’intégration de Platfora n’est pas encore finalisée. Le chemin est encore long avant de voir une véritable offre d’analytique en self-service mais l’éditeur imagine déjà des scénarios métiers qui pourront bénéficier de tableaux de bord plus personnalisés :

« Une société de grande distribution pourra examiner des rapports associant des informations financières issues de Workday aux données d'un système de point de vente [pour] analyser rapidement la rentabilité par magasin, par région ou par gamme de produit », imagine Workday. « Le responsable RH d'une société de fabrication industrielle pourra visualiser un tableau de bord avec des informations de Workday HCM (congés, pauses, repos), et avec des données sur la production des ateliers issu d'un SCM pour mieux comprendre l'impact des heures supplémentaires et des absences sur la productivité ».

Sous le capot, Workday Prism Analytics prendra en charge la totalité du processus analytique - de l’intégration de données à leur préparation, en passant par la gouvernance et le Data Discovery.

AWS

A noter également, Workday a décidé – comme Infor, GE Digital ou Salesforce – de migrer une partie de son infrastructure sur AWS.

La motivation affichée par l’éditeur est de pourvoir bénéficier des avancées continues du leader du IaaS dans le Machine Learning et dans l’AI. Il ne prévoit néanmoins pas de voir ses clients passer rapidement à cette option Workday (SaaS) sur AWS (PaaS+IaaS).

Il sera en revanche possible d’appeler ces services AWS depuis le PaaS de Workday, ce qui sera à terme une incitation à se lancer totalement sur AWS.

Plus de 8.500 personnes ont participé au Workday Rising 2017 de Chivago. Un chiffre en progression qui témoigne du développement commercial de l’éditeur qui vise les 2 milliards de CA dès cette année.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close