Windows Server 10 : les principales nouveautés dans Hyper-V

Avec Windows Server 10, Microsoft a en particulier pour objectif d'améliorer la robustesse et la richesse de service d'Hyper-V. Petit tour d'horizon des premières nouveautés de la version Preview.

La Technical Preview de Windows Server 10, le successeur de Windows Server 2012 R2 (Windows Server 10 est désormais attendu en 2016), permet déjà de découvrir certaines des nouvelles fonctionnalités importantes du futur système d’exploitation serveur de Microsoft. Certaines de ces modifications sont notamment apparentes pour ce qui concerne la virtualisation lorsque l’on déplace des VM d’Hyper-V 2012 R2 vers un hôte faisant tourner Hyper-V sur la version Preview de Windows Server 10.

Les Checkpoints : une fonction de snapshot très améliorée

Les Checkpoints sont certainement d’une des principales améliorations de Windows Server 10. Ce nouveau type de snapshots (ou instantanés), s’intègre avec les fonctions de Volume Shadow Service (VSS) dans la VM.

Cela a le grand avantage que les VM sont informés sur les instantanés et que des applications critiques comme les bases de données internes sont prises en compte. Il est donc possible désormais de prendre des snapshots d’une VM tout en prenant une image cohérente d’applications comme Exchange, SQL Server, SharePoint, Active Directory.

Même les serveurs virtuels sous Linux bénéficient de cette innovation. Ici, la mémoire tampon du système de la machine virtuelle est utilisée à la place de VSS. Autre nouveauté importante, les VM Linux supportent désormais les machines virtuelles de génération 2 et peuvent utiliser la fonction Secure Boot de l’UEFI.

La fonction de Checkpoint n’est toutefois disponible qu’après avoir mis à niveau la version de machine virtuelle (pour voir comme faire cela reportez-vous plus loin dans cet article). Il est à noter que même après avoir mis à jour les VM, il est possible de continuer à utiliser l’ancienne fonction de snapshot. Les réglages des snapshots s’effectuent VM par VM dans les préférences des machines virtuelles.

La fonction de Checkpoint n’est toutefois disponible qu’après avoir mis à niveau la version de machine virtuelle (pour voir comme faire cela reportez-vous plus loin dans cet article). Il est à noter que même après avoir mis à jour les VM, il est possible de continuer à utiliser l’ancienne fonction de snapshot. Les réglages des snapshots s’effectuent VM par VM dans les préférences des machines virtuelles.

Les Checkpoints sont une implémentation bien plus professionnelle des Snapshots.

Windows Server 10 permet également d’ajouter des cartes réseau virtuelles en cours de fonctionnement. Jusqu’à Windows Server 2012 R2, vous deviez fermer encore le serveur. Vous pouvez également configurer la mémoire vive à la volée pour chaque VM même si vous ne vous appuyez pas sur les fonctions de mémoire dynamique (Dynamic Memory).

Une nouvelle version 6.0 pour les VM et les clusters

Les plupart des nouveautés de Windows Server 10 demandent pour être utilisées de migrer les VM en version 6.0. Par exemple ce n’est qu’à cette condition que les nouveaux Checkpoints sont accessibles.

Le numéro de version n’a rien à voir avec la génération de VM. Windows Server 10 fonctionne non seulement avec la nouvelle génération de VM de Windows Server 2012 R2 (qui apportait le support de l’UEFI), mais avec la première génération de VM hyper-V. Pour mettre à jour une VM en version 5.0 vers la version 6.0 une simple commande PowerShell suffit :

 Update-VmConfigurationVersion <Nom de la VM>.

Dans les clusters sous Windows Server 2012 R2, vous pouvez intégrer des hôtes Windows 10 pendant le fonctionnement et déplacer également des VM via la migration en direct. Le numéro de version est conservé. Lorsque vous créez une VM dans un cluster en mode mixte (Windows Server 2012 R2 et Windows 10), la version 5.0 est toujours utilisée par défaut.

Ce n’est que lorsque vous mettez à jour les hôtes du cluster vers Windows 10 que les VM sont créées par défaut en version 6.0 et que vous pouvez accéder aux nouvelles fonctions. La commande Update-ClusterFunctionalLevel est requise pour ce faire. Cette commande devrait fonctionner, mais seulement si le cluster ne contient pas plus de nœuds exécutant Windows Server 2012 R2. Il est à noter qu’une VM en version 6.0 ne peut plus être déplacée vers un hôte sous la version 2012 R2 de Windows Server. Il est facile de lister les versions de VM avec la commande PowerShell Get-VM * | Format-Table Name, Version .

Windows 10 Server arrive avec une nouvelle version pour les VM (la v 6.0). L'usage de cette dernière permet l'accès aux nouvelles fonctions comme les Checkpoints..

est requise pour ce faire. Cette commande devrait fonctionner, mais seulement si le cluster ne contient pas plus de nœuds exécutant Windows Server 2012 R2. Il est à noter qu’une VM en version 6.0 ne peut plus être déplacée vers un hôte sous la version 2012 R2 de Windows Server. Il est facile de lister les versions de VM avec la commande PowerShell Get-VM * | Format-Table Name, Version.

Les fonctions de mises à niveau en cadence (rolling update) de Windows permettent de mettre à jour les nœuds d’un cluster Hyper-V vers Windows Server 10. Concrètement, les nœuds sont mis à jour un à un après le déplacement automatique de leurs VM vers un autre nœud du cluster. Une fois la mise à jour effectuée, les machines virtuelles sont ensuite rebasculées vers le nœud d’origine et la procédure de mise à jour passe à l’hôte suivant, jusqu’à ce que l’ensemble des serveurs du cluster soient à jour.

Qualité de Service pour le stockage (QoS) et nouveau format pour les disques durs virtuels

Dans Windows Server 10, il est possible de définir des politiques de QoS (Quality of Service) non seulement au niveau des disques physiques, mais aussi pour les disques virtuels. Comme plusieurs fichiers VHDX peuvent utiliser la même politique, vous avez la possibilité de créer des paramètres de QoS de façon centralisée pour de nombreux disques virtuels. Une distinction entre les disques physiques et virtuels n’est plus nécessaire.

Il est à noter que les informations de configuration des VM sont désormais stockées dans un nouveau format de fichiers (VMCX). Ce format est comme les fichiers VHDX, conçu pour faire face à d’éventuelles défaillances. Les extensions utilisées pour les fichiers des VM sont désormais. vmcx et. vmrs, mais l’emplacement reste inchangé. Les fichiers VMCX fichiers ne peuvent pas être édités.

Authentification dans le Gestionnaire Hyper-V et Services d’Intégration via WSUS

Il est possible de lier des serveurs additionnels au gestionnaire Hyper-V (Hyper-V Manager), en ajoutant les identifiants de chaque serveur. Le successeur de Windows Server 2012 R2 utilise le protocole WS-MAN, pour communiquer avec les serveurs maintenant. Cette méthode s’avère beaucoup plus efficace et plus facile à utiliser. WS-MAN prend en charge CredSSP, Kerberos et NTLM et utilise le port 80 pour la connexion entre le Gestionnaire Hyper-V et les hôtes Hyper-V.

Si vous devez mettre à jour les services d’intégration, l’opération ne s’effectue plus via un fichier ISO, mais par le biais de Windows Update et WSUS (Windows Server Update Services). Ce mécanisme s’avère bien plus simple à l’usage et surtout plus stable.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close