Cet article fait partie de notre guide: Guide pour bien gérer ses APIs

6 étapes pour booster la création d’API

Quand on évoque la création d’API, la simplicité est clé. Vivek Gupta de la société AnyPresence revient sur les 6 points qu’un développeur doit prendre en compte pour accélérer la production.

La simplicité. C’est un élément primordial, indispensable dans la création d’API, révèle Vivek Gupta, vice-président d’AnyPresence, spécialiste de la gestion d’applications. Selon lui, au regard de l’importance qu’ont pris les API dans la modernisation des processus métiers, il est désormais essentiel que ces précieuses interfaces soient faciles à créer et à exploiter.

« La création d’API ne doit pas être dur à s’approprier, cela doit être simple et rapide », assure-t-il. « Elles sont le point de départ de la transformation numérique et ce point de départ ne doit pas devenir un élément bloquant. »

Selon lui, pour simplifier ce processus de création d’API, il faut retenir 6 points clés.

La connectivité

La première étape est de penser à comment les API se connectent aux bases de données, aux services patrimoniaux de l’entreprise ainsi qu’aux autres applicatifs critiques. Cela soulage en effet les développeurs des tâches très chronophages liées aux problèmes de connectivité et d’intégration. Les développeurs doivent pouvoir se concentrer pleinement sur la création d’API et de leurs services.

Pour cela, Vivek Gupta recommande de s’intéresser à des outils qui proposent une couche de connectivité automatisée, qui prend en charge cette notion d’intégration avec des systèmes tiers.

La flexibilité pour définir et contrôler les API

L’autre aspect à considérer, explique l’expert, est de donner aux développeurs un moyen flexible pour cartographier et couvrir l’ensemble du cycle de vie des API. Il ne s’agit pas de les limiter au seul code et framework, mais de leur donner de la visibilité sur le produit final ainsi que sur l’interface utilisateur et l’apparence de l’application.

«  En tant que développeur, vous devriez pouvoir contrôler ces aspects », insiste Vivek Gupta. « Les développeurs doivent avoir accès au framework et à tout ce qui suit. »

En faisant cela, les développeurs ont conscience qu’ils fournissent en production une application packagée complète, et pas uniquement un bout de code.

Les workflows

Logiquement, la prochaine étape est alors la mise en place de workflows. « Cela facilite la vie de savoir où part mon code et quelle partie de mon code est pris en compte », précise-t-il, ajoutant qu’il est important de trouver la bonne solution qui propose un workflow capable de se caler sur la logique des processus.

« Les API, ce n’est pas nouveau. Mais un développeur a besoin de comprendre le workflow. Il y aura toujours plus de complexité, de nouvelles logiques ou règles. »

Pour éviter les mauvaises surprises, Vivek Gupta pense à un workflow intégré et standard qui soit simple, efficace et prenne en compte toutes les étapes. Identifier un outil capable de proposer une interface graphique pour mieux poser ces workflow est un plus.

Le testing

L’aspect des tests est aussi un élément à prendre en compte. Notre expert rappelle qu’à chaque fois que l’équipe en charge des tests identifie un problème dans une release, les coûts de développement augmentent.

Vivek Gupta pense que le test doit pouvoir se passer du Cloud public. Le test en temps réel est clé pour permettre aux développeurs de repérer des bugs en avance de phase et éviter d’avoir à attendre les retours de l’équipe de test. Une façon d’accélérer le processus de création d’API.

La simulation

Généralement, les équipes de développement d’API, l’exploitation et le développement d’application sont séparées. « Nous ne vous attendez pas à ce qu’ils collaborent », précise Vivek Gupta. Selon lui, cette séparation contribue à freiner le processus de développement d’API. Mais au lieu de les forcer à travailler ensemble, l’expert suggère de rendre les développeurs moins dépendants.

Par exemple,  illustre-t-il, les développeurs peuvent avoir besoin d’un accès aux bases de données de l’IT. Leur demande prend du temps et il n’est jamais certain que celle-ci soit approuvée. La solution à cela, pour notre expert, est de disposer d’API qui fonctionnent sans ressources liées à l’IT. Les développeurs doivent être capables de simuler un environnement et des points d’accès sans avoir à se connecter à des sources de données.

La documentation

Vivek Gupta met en évidence l’importance de la documentation dans la création d’API. Si le développeur est certes un habitué des API, il se peut que son consommateur le soit moins. Cela nécessite donc la mise en place d’une documentation standard qui peut être consultée facilement et évite toute confusion.

Le spécialiste recommande donc l’installation d’outils favorisant la création automatique de documentation, dans un format de type Swagger. Ainsi, les développeurs sont aussi soulagés de ces tâches-là.

La gestion des logs

Une fois l’API prête, la gestion des logs devient un élément central.

« Comment suivre le cycle de vos API ? Quel trafic ces API génèrent-elles ? Existe-t-il des erreurs ? », s’interroge Vivek Gupta. Selon lui, l’analyse de log en temps réel est clé pour avoir une idée précise de la santé de vos API.

Les équipes de développement devraient disposer de leur propre méthode d’analyse des logs. Si cela permet de suivre les performances des API, ces outils peuvent aussi analyser les interactions et l’état de leur intégration dans des systèmes tiers. Un outil d’analyse en temps réel est ici un élément crucial.

 

Dernière mise à jour de cet article : juin 2017

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close