Creativeapril - Fotolia

Gartner : 5 pièges que tout nouveau DSI doit éviter

Intégrer une nouvelle entreprise en tant que DSI est une expérience fantastique, mais aussi périlleuse. Voici cinq problèmes courants à ne surtout pas négliger à votre prise de poste.

Qu’il s’agisse de votre premier poste de DSI ou que vous connaissiez déjà bien les subtilités et les exigences de la fonction, vos premiers jours peuvent être jalonnés de bien des défis, de nombreuses surprises, et vous infliger une foule de formalités administratives pénibles à gérer.

Ces premiers jours sont également une période cruciale au cours de laquelle un nouveau DSI doit avoir appris des erreurs les plus courantes de ses paires pour éviter les pièges et s’épanouir pleinement dans son nouveau rôle.

On a coutume de dire que les DSI qui arrivent en poste disposent d’environ 100 jours pour s’installer et cheminer sans heurt vers le succès. La bonne nouvelle, c’est qu’un nombre incalculable de prédécesseurs ont déjà fait des erreurs pour que vous n’ayez pas à les faire.

Voici donc les cinq pièges, défis et erreurs les plus courantes.

Ego

Le premier piège concerne l’ego. Votre Ego.

Jusqu’à votre prise de poste, vous avez prouvé vos qualités et vos compétences de DSI aux personnes qui vous ont fait passer des entretiens et aux RH. Mais pour les autres – le reste de votre nouvelle équipe, toutes les parties prenantes (membres du CA, partenaires, etc.), les autres directeurs et vos fournisseurs – vous restez un(e) inconnu(e).

Même si c’est tentant, résistez à l’envie de fonder votre crédibilité en racontant des anecdotes sur les succès que vous avez eus dans vos précédents postes. L’arrogance ne vous attirera aucune faveur.

Plongez-vous plutôt dans votre nouvelle entreprise et familiarisez-vous avec l’organisation, le tout avec une confiance tranquille, un ego contenu et le moins de suffisance et de prétention possible.

Même si vous pouvez vous enorgueillir d’un historique professionnel sans faille, envisagez de tout reprendre à zéro dans votre promotion personnelle dans votre nouveau contexte pour devenir un(e) dirigeant(e) qui suscitera la confiance.

Cela ne signifie pas faire table rase du passé. Soyez rassuré(e). Si vous êtes bon(ne) dans ce que vous faites, vos collègues le verront par eux-mêmes dans les résultats que vous obtiendrez avec le temps.

Concurrents internes

La deuxième difficulté à laquelle il vous faudra vous attaquer vient du fait que plusieurs membres de votre nouvelle équipe, de vos subordonnés directs, de vos pairs ou de vos interlocuteurs peuvent avoir postulé à votre fonction de directeur informatique.

Ces candidats seront naturellement déçus – et certains pourraient même vous en vouloir, estimant que vous ne méritez pas ce poste. Il s’agit malheureusement d’un écueil inévitable qui n’est pas de votre fait.

Considérez cela comme une occasion de faire preuve d’un leadership efficace et d’empathie.

Anticipez donc les relations susceptibles d’être glaciales et portez une attention particulière aux candidats qui ont échoué. Canalisez votre énergie pour les « convertir »… ou pour les aider à chercher un emploi ailleurs – en réalité, les candidats qui ne sont pas retenus partent de toute façon souvent ailleurs de leur propre chef.

Impatience

Les mauvaises décisions prises au début de votre nouveau mandat vous mettront quasiment à coup sûr sur la voie de l’échec, alors réfléchissez bien avant de vous aventurer sur le terrain de l’action.

Il ne faut pas oublier qu’à moins d’une crise grave, attendre quelques semaines pour mettre en œuvre des changements importants ne fera pas une grande différence. Agir trop tôt, au contraire, pourrait causer des dommages durables qui nécessitent une remise à plat, une reconception ou des initiatives pour les corriger.

Héritage

Les nouveaux DSI sont souvent tentés de critiquer l’héritage de leur prédécesseur. Un conseil : abstenez-vous d’être trop critique. Vos collègues, comme l’équipe IT, pourraient se sentir ciblés par ricochet.

Bien que vous ayez été embauché(e) pour votre esprit critique et la fraîcheur de votre vision, tempérez vos remarques. Attendez d’être vraiment certain(e) de pouvoir déployer les améliorations de ce que vous critiquez pour être plus virulent(e).

S’entourer de conseils judicieux

Avant de prendre vos nouvelles fonctions, formez une petite équipe stratégique de consultants de confiance pour vous conseiller en matière de politique d’entreprise.

Rassemblez des personnes qui vous connaissent bien – qu’il s’agisse d’experts de l’industrie ou de personnalités influentes de votre nouvelle organisation – qui accepteront de s’investir dans votre réussite. Leurs conseils peuvent vous aider à éviter de commettre des erreurs grossières ou d’agir à l’encontre de la culture, des normes et des règles de votre nouvelle organisation.

Conclusion

Les DSI qui prennent un nouveau poste se trouvent dans une situation à haut risque.

Mais les tactiques que vous mettrez en pratique au cours de cette période de transition enrichiront en définitive votre boîte à outils de leader et de manager senior. Et surtout, si elles prennent en compte les cinq points ci-dessus, elles devraient vous aider à vous épanouir, dès le début, dans votre nouveau poste.

Pour approfondir sur Formation

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close