Vjom - Fotolia

Les offres de stockage en cloud des acteurs français

Il n’y a pas qu’Amazon AWS, Microsoft Azure ou Google Cloud dans la vie. Plusieurs acteurs hexagonaux du cloud ont développé des services de stockage alternatifs qui sont des alternatives possibles aux services proposés par les géants mondiaux. Et ils ont l’avantage de ne pas être soumis aux réglementations américaines intrusives telles que le Patriot Act ou le Cloud Act.

Cet article se trouve également dans ce contenu premium en téléchargement : STORAGE: Storage 15 : Les Start-Ups françaises du stockage et de la protection des données

Face aux géants américains du cloud, une poignée d’acteurs français de taille intermédiaire proposent aux entreprises une palette complète de services de stockage en cloud qui répliquent les caractéristiques essentielles des services américains ou offrent des caractéristiques différenciantes.
Parmi ces acteurs, nous avons passé en revue les offres d’OVH, Online, Orange Business Services et Outscale, 4 acteurs qui ont la particularité d’avoir développé des offres de cloud à l’échelle internationale (quoiqu’à des échelles différentes).

 De ces quatre fournisseurs, OVH est sans doute celui qui a eu la politique de développement la plus agressive au cours des trois dernières années, même si la croissance de la société n’a pas forcément toujours été de tout repos.

Orange Business Services a lui aussi dû affronter son lot de turbulence. Après avoir misé sur le cloud souverain avec CloudWatt — et largement échoué —, en complément de son offre historique de cloud privatif VMware, la division entreprise d’Orange a finalement lié son avenir dans le cloud à celui de Huawei, dont elle a adopté la technologie cloud pour bâtir son cloud public à l’international.

Grand acteur français historique de l’hébergement de serveurs, Online a commencé avec des objectifs modestes et n’a que récemment accéléré son développement dans le cloud via sa marque Scaleway. La particularité de l’offre du fournisseur est qu’elle s’appuie sur des briques matérielles et logicielles largement développées en interne. Une stratégie qui a produit des services originaux comme l’offre de stockage de données à long terme et à très bas coûts C14.

Enfin, Outscale, désormais intégré au groupe Dassault, poursuit son développement avec une stratégie originale, qui s’appuie sur des briques technologiques du marché (serveurs et équipements réseau Cisco, stockage NetApp). Celle-ci est orchestrée par une technologie cloud développée en interne et propose des services dont les API sont compatibles avec ceux d’Amazon AWS (quoiqu’avec un nombre de services bien inférieur).

OVH 

Outre ses services de stockage primaires (lire le numéro 14 de Storage), OVH propose actuellement deux services de stockage cloud à ses clients. Le premier baptisé OVH Object Storage est une solution de stockage objet qui s’adosse à OpenStack Swift. Déployée dans chaque région cloud d’OVH, le service est conçu comme une alternative à AWS S3.

Il offre toutefois plusieurs caractéristiques tarifaires intéressantes, à commencer par un prix unique au Go stocké (0,01 € par gigaoctet et par mois) et une absence de tarification additionnelle à la transaction. Le seul coût additionnel à prévoir est facturé lors de l’extraction de données hors du cloud OVH (0,01 € par gigaoctet). Selon la société, chaque donnée écrite dans le cloud OVH est répliquée trois fois afin de se protéger contre d’éventuelles défaillances matérielles. OVH garantit un taux de disponibilité de 99,9 % et une durabilité des données de 100 %.

 En parallèle de ce premier service de stockage, le fournisseur propose un service d’archivage de données baptisé OVH Cloud Archive. Celui-ci est considéré comme une alternative à AWS Glacier. Le service s’appuie là encore sur OpenStack Swift, mais il est aussi accessible via une multitude d’autres protocoles comme FTP, SFTP et rSync. Depuis un client Linux, il est également possible de monter un « volume » Swift comme un système de fichiers via le système de fichiers virtuel SVFS.

Le stockage de données dans OVH Cloud Archive est facturé 0,002 € par Go et par mois. Une surcharge est aussi prélevée à l’ingestion et à l’extraction de données (0,011 5 € par Go). À titre de comparaison, le stockage de données dans AWS Glacier est facturé 0,004 $ par Go et par mois, tandis que l’extraction est facturée entre 0,01 $ (mode standard) et 0,03 $ (mode accéléré) par Go. À cela s’ajoutent des frais par transaction et des coûts de transferts de données sortantes sur le réseau. Autant dire que l’offre d’OVH est largement compétitive d’un point de vue tarifaire avec celle d’AWS. Notons pour terminer que le temps de désarchivage varie entre 10 mn et 12 heures. 

Online 

Le fer de lance de l’offre d’Online en matière de stockage cloud est le service d’archivage de données à long terme C14 (pour carbone 14). Présenté comme un service de coffre-fort numérique, C14 a été spécifiquement conçu pour délivrer des services de stockage à long terme à un coût plancher. Le service s’appuie sur une pile de stockage logicielle développée par Online qui met en œuvre un mécanisme de code à effacement maison pour la distribution des données au sein du cluster.

Le déversement des données dans C14 s’effectue pour l’instant via des protocoles comme FTP, SFTP, Rsync ou SCP, mais il devrait prochainement s’élargir à S3. La durabilité des données est de « 11 neufs » pour les classes de services standard et intensives. Elle approche les « 12 neufs » pour la classe de service Entreprise. Le désarchivage de données requiert un temps d’attente de 2 heures, après lequel Online garantit un débit de 650 Mo/s en transfert (si la liaison du client le permet). Les données du service sont répliquées entre les datacenters DC2 (Ivry) et DC4 (Paris 15e), ce dernier étant situé dans un ancien bunker souterrain antiatomique de la défense passive. Celui-ci a été réaménagé en datacenter en 2016 et dispose d’une capacité d’hébergement de 9000 m2.

 Côté tarifaire, le prix le plus bas pour le stockage de données est de 0,002 € par Go et par mois, avec un coût de 0,01 € par opération de désarchivage (offre standard). L’offre Entreprise facture le stockage à 0,004 € par Go et par mois et les opérations à 0,025 € tandis que l’offre intensive ne facture que le stockage (0,005 € par Go et par mois). Avec de tels tarifs, C14 est entre 20 % et six fois moins coûteux que les services d’Amazon, selon l’offre retenue. Le service est également bien moins coûteux que Google. Selon l’offre et la durée de rétention retenue, il est également moins cher que l’offre d’archivage d’OVH qui, du point de vue des prix, est son concurrent le plus proche. 

Orange Business Services 

L’opérateur de cloud français propose dans le cadre de son Cloud Flexible Engine, une offre baptisée « stockage objet » s’appuyant sur la technologie développée par Huawei. Compatible avec le protocole S3, le service est disponible dans toutes les régions où l’opérateur a déployé son cloud (Paris pour l’Europe, Singapour pour l’Asie et Atlanta pour l’Amérique du Nord).

Orange Business Services positionne son offre de stockage objet pour le «  stockage et la distribution sur Internet de contenus variés (données, fichiers, multimédia), pour l’hébergement de sites statiques et pour des besoins de sauvegarde et d’archivage ».

L’opérateur garantit une disponibilité du service de 99,9 % et une durabilité de « 9 neufs ». Les tarifs pour le stockage de données vont de 0,0175 € par Go et par mois à 0,019 1 € par mois selon la quantité de données stockées sur le service. À ce prix s’ajoutent des coûts de trafic sortant allant de 0,038 € à 0,070 € par Go transféré, ainsi qu’une facturation à la transaction (GET/PUT/LIST) allant de 0,003 6 € par tranche de dix mille. Le détail complet des tarifs est consultable sur la fiche tarifaire publiée par l’opérateur.

Outscale 

En plus de son offre de stockage en mode bloc, Outscale, la division cloud de Dassault, propose une offre de stockage objet compatible S3, baptisée Object Storage Unit (OSU). S’appuyant sur la technologie NetApp et certifié Altavault, le service peut être utilisé en complément de baie NetApp « on premise » comme service de débordement pour le tiering dans le cloud de données froides.

La solution est disponible en deux versions, entreprise et premium. Elles se différencient par le facteur de réplication utilisé pour les données (trois fois sur un site ou six fois sur deux datacenters différents). Dans les deux cas, le service garantit une durabilité des données de « 12 neufs », soit le niveau le plus élevé de tous les services de stockage objet français.

En Europe, le service premium facture le gigaoctet de données stocké à 0,04 € par mois, un prix auquel s’ajoute une facturation de 0,08 € par gigaoctet de données sortant (l’ingestion de données n’est pas facturée). Une offre avec trafic sortant illimité est proposée au prix forfaitaire de 0,1 € par Go stocké et par mois.

Le service Entreprise facture quant à lui le gigaoctet de données stocké à 0,1 € par mois. A cela s’ajoute la même facturation de 0,08 € par gigaoctet de données sortant que pour le service premium. Une offre avec trafic sortant illimité est proposée au prix forfaitaire de 0,16 € par Go stocké et par mois.

Il est à noter qu’Outscale ne facture aucun frais par opération (Get, Put, List) contrairement à la plupart des services de stockage objet des grands clouds américains. La liste complète des tarifs de l’opérateur cloud est consultable en ligne.

 

Dernière mise à jour de cet article : juin 2018

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close