adimas - Fotolia

Tour d'horizon des services de stockage à froid dans le cloud

Depuis le lancement d'Amazon AWS Glacier en 2012, les concurrents d'Amazon ont riposté en dévoilant leurs propres offres de stockage de données froides en cloud. LeMagIT revient rapidement sur le marché et sur les principales offres en présence.

Entre 2010 et 2020, le volume des données stockées dans le monde devrait d’un facteur de cinquante pour atteindre 40 zettaoctets. Selon IDC, cela équivaut à 1,7 Mo de nouvelles données produites chaque seconde par chacun des 7,5 milliards d’humains sur Terre. Cette expansion croissante du stockage, associée à une pression continue pour réduire les coûts informatiques, amène les entreprises non seulement à réévaluer leurs infrastructures, mais, dans bien des cas, à transformer leurs architectures.

La définition de classes de service basées sur les besoins d’accès aux données devient un élément essentiel pour faire face à l’explosion des volumes de données à stocker et pour maîtriser les coûts de stockage en fonction du niveau de service attendu. Dans ce contexte, l’émergence de service de stockage de données « froides » en cloud pourrait jouer un rôle important dans la stratégie de « tiering » des entreprises. 

Pour certaines applications, le stockage objet dans le cloud est une alternative économique, durable et très évolutive au stockage traditionnel en mode fichiers ou en mode blocs. Le stockage objet est particulièrement adapté pour la sauvegarde de données ou la reprise après sinistre et, plus généralement, pour les applications qui ne nécessitent pas d’opérations d’I/O intensives. 

La consommation des services de stockage objet en cloud est en croissance rapide et a amené les fournisseurs à multiplier les options afin d’abaisser les coûts de stockage pour les données rarement accédées ou les besoins d’archives froides. Leurs travaux ont donné naissance au «  Cold Storage » (littéralement « stockage à froid »).

Cette nouvelle catégorie de services de stockage a un coût encore plus faible que celui des services de stockage objet traditionnels. Ce prix inférieur se paie en général par un compromis sur les performances. La latence d’accès aux données est ainsi plus longue (parfois considérablement et peu aller de quelques secondes à plusieurs heures).

Le pionnier Amazon Glacier désormais concurrencé par de multiples offres tierces 

Amazon Web Services (AWS) est le premier fournisseur à avoir lancé un service de stockage à froid, baptisé Amazon Glacier. Depuis, il a été imité par Microsoft, avec Azure Cool Blob ou par Google (Coldline Storage). En France, Online, la division Cloud d’Iliad propose aussi une offre de stockage à froid, baptisée C14. Parmi les fournisseurs alternatifs aux États-Unis, on peut aussi citer BackBlaze B2.

Amazon Glacier est considéré comme un produit sécurisé, durable et son prix au gigaoctet est de 0,0045 $ par Go et par mois (prix pour un stockage à Francfort, hors coûts de transaction et transfert de données). Ce tarif en fait un service de stockage en nuage extrêmement économique, idéal pour l’archivage des données et la sauvegarde à long terme ( à titre de comparaison le coût de stockage d’un Go dans Amazon S3 est de 0,0245 $ par Gigaoctet). Glacier cible les applications qui ne nécessite que des accès sporadiques aux données stockées et qui peuvent tolérer des fenêtres de récupération de plusieurs heures (5 à 12 h pour la version la plus économique du service). Pour satisfaire les exigences de conformité, Amazon Glacier Vault Lock permet aux entreprises de définir des contrôles pour les magasins de données Glacier (politique de rétention, stockage WORM…)

Microsoft a riposté à Amazon cette année avec l’offre Cool Blob Storage, qui complète le service de stockage de d’Azure. Bien qu’environ deux fois plus cher que Glacier (0,0084 $/Go, hors frais de transfert et de requête), l’offre Cold Blob Storage permet de récupérer les données en quasi-temps réel, ce qui est beaucoup plus rapide que les heures promises par Amazon Glacier.

Google ColdLine Storage offre des caractéristiques similaires à celles de l’offre de stockage à froid de Microsoft, mais pour un prix légèrement inférieur (0,007 $/Go, hors frais d’accès et de transferts de données).

Online C14 est sans doute le moins cher des services de stockage du marché (0,002 €/Go, hors coûts additionnels). Il a des caractéristiques plus proches de celles de Glacier que des services de Microsoft et Google, et il s’appuie sur une API maison.

Comparer les services en connaissance de cause

Il est à noter que tous les services ne proposent pas forcément les mêmes garanties de disponibilité et les mêmes contrôles de sécurité pour leurs offres de stockage à froid (chiffrement des données à froid, contrôle ou non des clés de chiffrement…). Tous n’offrent pas non plus la même couverture géographique. Amazon, Microsoft et Google, commercialisent leurs services dans un grand nombre de datacenters dans le monde, tandis que Backblaze à ses infrastructures en Californie et Online dans un bunker parisien reconverti en Datacenter.

Enfin, les mécanismes tarifaires ne sont pas identiques. La plupart des services facturent des coûts de stockage auxquels s’ajoutent des frais de transfert de données, de requête, etc. Il est donc important de bien factoriser l’ensemble de ces coûts pour les applications visées afin de ne pas avoir de déconvenue tarifaire le jour où il faudra accéder aux données…

Amy Larsen DeCarlo, SearchStorage.com, a contribué à cet article

Dernière mise à jour de cet article : janvier 2017

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close