alphaspirit - Fotolia

Low Code : outils tiers ou services natifs dans le Cloud, il faut choisir

Pour choisir entre des outils natifs et des outils Low Code de fournisseurs tiers, les équipes de développement doivent confronter deux tendances : la consolidation par le risque du lock-in.

d’entre elles ont encore du mal à décider : rester avec un fournisseur tiers ou opter pour  une offre native de leur fournisseur de Cloud.

Ces outils de programmation ont une particularité : ils permettent d'écrire une application avec un minimum de personnalisation. La plupart des fonctionnalités peuvent être implémentées à partir  de fonctions pré-programmées et des API. Des interfaces graphiques, inclus à presque toutes les plateformes, donnent accès à des capacités de création d’applications via de simples glisser – déposer. Les entreprises sont aujourd’hui de plus en plus nombreuses à les utiliser, car de telles plateformes ouvrent le développement d'applications auprès d’un personnel non technique.

Il existe actuellement sur le marché une douzaine de plateformes majeures Low Code ou No Code. La majorité provient de fournisseurs tiers, tels qu'Appian, Zoho et OutSystems, et ne sont donc de grands acteurs du Cloud public. Généralement, Si les développements sont opérés sur ces outils,  leu déploiement d’applications s’effectue sur n'importe quel Cloud public.

Sauf que  les principaux fournisseurs de Cloud, tels que Microsoft, IBM et Google, sont également présents sur ce marché. Ils peuvent dès lors constituer une option résolument Cloud, plus facile et plus attrayante. Cela n’est toutefois pas sans risque.

Les outils natifs dans le Cloud

La consolidation des services Cloud et d'infrastructure peut faciliter les opérations de gestion et de monitoring du Cloud. Dans certains cas, avoir recours à un outil Low Code  intégré à une plateforme de Cloud public peut réduire la complexité et les coûts.

Chez les principaux fournisseurs de Cloud, ces outils No Code ou Low Code sont :

  • App Maker sur Google Cloud Platform ;
  • Mendis sur IBM Cloud ; et
  • PowerApps chez Microsoft.

AWS y travaille actuellement.

Les risques de lock-in

Cependant, ces outils natifs présentent un certain risque : celui d’un éventuel lock-in du fournisseur. Le niveau de risque varie d'un fournisseur à l'autre. Microsoft PowerApps et Mendix sont des plateformes relativement agnostiques. Par exemple, PowerApps fournit des connecteurs qui relient les applications à une infrastructure tierce. Les utilisateurs peuvent créer des connecteurs personnalisés pour des ressources qui ne sont pas officiellement prises en charge. Mendix, de son côté, affiche son indépendance et son pure-player, malgré sa proximité avec IBM Cloud.

En revanche, Google App Maker est étroitement lié à la Google Cloud Platform. Cet outil présente le plus grand risque de lock-in parce qu'il est conçu spécifiquement pour créer des applications qui s'exécuteront dans le Cloud de Google et qui n’utiliseront que les ressources de Google.

Avec la montée en puissance des architectures multi-Cloud, une plateforme Low Code qui serait très liée à un fournisseur particulier, a de quoi refroidir les ardeurs de certaines entreprises.

 Même dans les cas où les outils Low Code d'un fournisseur de Cloud ne présentent pas un risque élevé en matière de lock-in, ils seront certainement moins flexibles qu’un outil tiers dans le support du multi-Cloud.

L'expertise des utilisateurs

En général, les outils Low Code des fournisseurs Cloud nécessitent également un degré plus élevé de technicité pour développer une application. Par exemple, même s’il n’est pas besoin d'être un développeur chevronné, l’utilisateur doit tout de même pouvoir  comprendre les subtilités des API et des bases de données de leur fournisseur pour utiliser efficacement ces outils.

En revanche, ce n’est pas le cas pour les outils Low Code indépendants. Les bases de données et les autres ressources sont conçues spécifiquement pour être utilisées avec des applications Low Code. Cela les rend plus abordables à utiliser et les distingue des plateformes Cloud. Ces outils ciblent une grande variété d'utilisations et sont généralement administrés par l’IT.

Si vos besoins de développement d'application sont  spécialisés, il se peut qu’une telle plateforme réponde à ce besoin spécifique. Par exemple, si votre objectif est de créer des applications CRM, les outils de programmation Low Code de Salesforce vous conviendront probablement mieux que ceux d'un fournisseur de Cloud public.

Dernière mise à jour de cet article : avril 2018

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close