BlaBlaCar met du Google Cloud dans son moteur

Pour soutenir sa croissance y compris à l'international, le spécialiste français du covoiturage explique les trois points qui lui ont fait choisir le cloud (PaaS et IaaS) de Google pour migrer sa plateforme dans le cloud.

Avec plus de 65 millions de membres dans le monde, BlaBlaCar connait une croissance de son activité de 40 %. Contrepartie de cette évolution très rapide, l'ex-startup doit pouvoir s'assurer que son backend peut encaisser un volume de requêtes de plus en plus important pour rester accessible en permanence.

Le défi technique est d'autant plus grand que la plateforme IT doit également être taillée pour faire face aux fortes variations saisonnières de demande.

Pour y répondre, BlaBlaCar a décidé d'initier une migration vers le cloud.

L'importance du réseau

« Cette migration offrira une souplesse dans l’allocation et la maintenance de ressources d'infrastructure et permettra de gérer le trafic utilisateur de manière plus optimisée, et ce dans le monde entier », commente l'entreprise.

Ce point de la gestion du trafic semble avoir été crucial dans le choix du prestataire. « BlaBlaCar opère dans 22 pays, la qualité du réseau mondial de Google nous permet de mieux atteindre nos points de présence », précise un porte parole au MagIT.

La performance du réseau de Google a également fait la différence, récemment, dans un autre projet de migration, celui de BigCommerce (qui a mis 60.000 eboutiques sur Google Cloud).

BlaBlaCar a évidemment évalué d'autres IaaS, visiblement moins bien lotis que Google sur le réseau mondial. Mais il n'en dira pas plus. « Oui, d'autres solutions ont été étudiées. Mais nous ne communiquons pas sur cette liste », coupe court son porte-parole.

« Nos ingénieurs effectueront moins d’opérations de maintenance sur les datacenters pour consacrer davantage de temps à des couches plus hautes et plus proches de leur coeur de métier », se réjouit déjà Olivier Bonnet, VP Engineering chez BlaBlaCar.

Plus de Big Data, de prédictif et d'IA

Autre facteur décisif de la décision, plus PaaS celui-ci, « l'expertise de Google en Intelligence Artificielle et en sciences de la donnée ».

En plus de la souplesse de l'infrastructure et du réseau, le projet vise en effet à bénéficier d’une puissance de calcul plus importante et d'outils d'analytiques Big Data pour ses Data Scientists, ajoute Olivier Bonnet.

« Ces fonctionnalités ouvriront la voie aux calculs cartographiques en temps réel, très utiles pour le covoiturage [...] l’utilisateur peut à la fois avoir de meilleures propositions de trajets et mieux estimer le temps nécessaire à celui-ci ».

Une application à base de containers

Dernier point décisif dans le choix en faveur de Google Cloud, l'application (et le backend) de BlaBlaCar repose sur des microservices. La gestion des conteneurs et leur orchestration était donc cruciale.

Là encore, et sans citer de concurrent, BlaBlaCar a trouvé que « la solution Kubernetes de Google était également le meilleur choix pour la gestion de nos applications ».

La migration de BlaBlaCar dans le cloud s’effectuera de manière progressive et devrait s’achever d’ici fin 2019. Ce projet n'est pas sans rappeler celui, en 2018, de Routard.com.

Pour approfondir sur IaaS

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close