Le Centre Hospitalier de Pont-Saint-Esprit bâtit son PCA avec DataCore SANsymphony

Le CH de Pont-Saint-Esprit a mis en place une architecture de continuité d’activité s’appuyant sur DataCore SANsymphony afin de supporter ses applications critiques et répondre aux exigences de disponibilités du programme hôpital numérique et de la Haute Autorité de Santé.

Cet article se trouve également dans ce contenu premium en téléchargement : STORAGE: Les snapshots dans une stratégie de backup

Le centre hospitalier de Pont-Saint-Esprit est une petite structure située au Nord d’Orange, à la jonction de l’Ardèche et du Rhône. Cet établissement à taille humaine ne dispose pas de service d’imagerie, d’IRM, de scanner ou autres applications particulièrement gourmandes en termes de capacité de stockage (ces systèmes sont l’apanage du centre hospitalier de Bagnols sur Cèze, à une dizaine de kilomètres plus au Sud, qui s’appuie sur une infrastructure de stockage EMC, et du CHU de Nîmes).

Il doit toutefois gérer un nombre important d’utilisateurs rattachés aux différentes entités gérées par le système IT central de l’établissement qui comprend : le Centre Hospitalier principal à Pont-Saint-Esprit, 3 maisons de retraites ainsi que de son Centre Local d’Information et de Coordination. Environ 450 utilisateurs différents (médecins, aides-soignants, psychologues ou employés administratifs) – ont ainsi besoin de services performants, fiables et accessibles à tout moment.

« Je suis arrivé à la tête du Système d’information en 2011 suite à la construction d’un établissement neuf. À l’époque, le programme hôpital numérique a fait que l’on s’est posé des questions. Nous avions des lacunes, des soucis de montée en charge et surtout nous ne disposions pas de PRA » explique Benjamin Desbrun, Responsable des Systèmes d’Information et de la Communication du CH Pont Saint Esprit.

En parallèle d’un vaste plan de virtualisation de l’infrastructure avec VMware et de virtualisation des postes de travail avec les outils de Microsoft, le responsable décide de donc de repenser l’infrastructure de stockage de l’hôpital.

Une infrastructure hautement disponible pour moins de 100 000€

Le cahier des charges requiert une solution capable de sécuriser et d’apporter une haute disponibilité véritable, tout en délivrant plus de performances à l’infrastructure et notamment à la vingtaine de machines virtuelles hébergeant les applications critiques pour l’hôpital (contrôleurs AD, serveur EAI, serveurs Remote Desktop Services, serveurs Exchange, application de gestion du dossier patient, application financière, application RH, Gestion de planning…). Le tout dans un budget contraint puisque l’enveloppe disponible pour la modernisation de l’infrastructure n’est que de 92 000 €.

Après avoir étudié plusieurs solutions dans le cadre d’un marché public à procédure adaptée (MAPA), le CH de Pont-Saint-Esprit décide finalement de retenir la solution DataCore SANsymphony et de standardiser son infrastructure sur des serveurs Dell.

 « Je ne cache pas que nous avons en partie retenu DataCore pour des raisons financières », explique Benjamin Desbrun : « À l’époque, seules deux solutions rentraient dans nos budgets. Storevirtual en iSCSI d’HPE et SANsymphony de DataCore. StoreVirtual était toutefois loin de délivrer les performances de DataCore. Les autres solutions du marché que nous avons écarté n’offraient que de la réplication asynchrone, alors que nous cherchions à disposer d’une solution en mode actif/actif dans le cadre de notre PCA ».

DataCore SANsymphony au service de la haute disponibilité

Après signature du contrat avec l’intégrateur Sud Télécom en décembre 2013, le déploiement de la solution se déroule au début 2014. Concrètement, l’infrastructure est répartie entre deux salles de l’hôpital distantes d’environ 100m et reliées par une double liaison fibre à 10 Gbit avec des commutateurs Alcatel 6850.

Dans chaque salle, l’hôpital installe un serveur VMware ESXi pour héberger les applications (Dell Poweredge  bi-processeur R620P à base de Xeon E5-2650 et doté de 192 Go de RAM et de deux ports FC à 8 Gbit/s) et un contrôleur SANsymphony pour le stockage ( Dell PowerEdge R720 avec deux Xeon E5-2630, 32 Go de RAM, deux disques de 146 Go pour le boot et six disques SAS de 600 Go en configuration Raid 5). Le tout est interconnecté via des commutateurs FC Brocade 300B et les données sont répliquées en mode synchrone entre les deux contrôleurs SANsymphony. Les capacités de continuité d’activité de la solution ont été validées à plusieurs reprises depuis sa mise en place, en simulant la perte d’une fibre, d’un ESX et d’un nœud de stockage et à l’occasion d’opérations de maintenance programmée.

Selon M. Desbrun, la solution donne toute satisfaction depuis son installation et l’hôpital devrait ajouter de nouveaux disques dans l’année à venir pour doper à la fois ses capacités et ses performances de stockage. « Nos besoins en capacité progressent de 15 à 20% par an et nous sommes aujourd’hui à près de 75% de taux d’utilisation de notre capacité. Ce qui nous amènera sans doute à ajouter des disques additionnels dans le courant 2017 » explique Benjamin Desbrun.

Le responsable informatique conclut, « Les fonctionnalités offertes par SANsymphony répondent parfaitement à nos besoins. On est satisfait des performances et le thin provisioning est notre sauveur quotidien. DataCore étant une couche de virtualisation 100% logicielle, il a aussi l’avantage de nous permettre de nous abstraire totalement du stockage sous-jacent ».

 

 

Pour approfondir sur Software Defined Storage

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close