Cet article fait partie de notre guide: Smart City : les secrets des projets réussis

Smart City : New-York met l’expérience utilisateur et les transports au cœur de son projet

Faire une Smart City pour améliorer les processus internes de la municipalité n’est pas l’objectif premier du CTO de la plus grosse ville américaine. Celui-ci veut au contraire améliorer la sécurité routière, se mettre à la place des résidents et interconnecter les infrastructures intelligentes.

Dans les cinq arrondissements (boroughs) de la ville, les organismes new-yorkais explorent des approches pour bâtir une ville plus intelligente, plus équitable et plus réactive. L'objectif est de faire de New York la ville la plus innovante et la plus « conviviale » au monde.

La ville qui ne dort jamais semble bien partie. Elle a reçu le prix "2016 Best Smart City" au Smart City Expo World Congress, un prix qui a récompensé des projets de pointe de la ville «  capables de résoudre les défis urbains et d'en faire bénéficier les résidents » et la ville dans son ensemble.

L'approche Smart City de New York consiste à s'assurer que ce que fait la ville a un réel impact positif sur les citoyens, les résidents et les touristes.

S'assurer de l'interopérabilité des systèmes connectés

Plutôt que de consacrer trop d'efforts à des projets isolés ou à des cas d'utilisation, comme l'éclairage intelligent sur certaines rues, New-York tente de réorienter ses efforts pour assurer l'interopérabilité des systèmes d'infrastructure connectés afin d'offrir une expérience utilisateur fondamentalement améliorée, explique Miguel Gamiño, CTO de la ville.

« Cela signifie réfléchir à la façon de faire entrer et sortir des données d'une plate-forme qui pourrait mieux informer les applications que les gens utilisent déjà ».

NYC smart city traffic initiative
À New York, des capteurs aident à améliorer en temps réel les déplacements quotidiens des résidents.

Par exemple, si un service déploie une application de parcmètres intelligents et qu’un autre département met en œuvre un système d'éclairage intelligent, la ville veut s'assurer que ces deux éléments d'infrastructure peuvent interagir l’un avec l’autres, illustre Miguel Gamiño.

Nous voulons évidemment rendre les processus plus efficaces. Mais nous nous concentrons vraiment sur l'utilisation de la technologie pour améliorer la vie des New-Yorkais
Miguel Gamiño, CTO de NYC

« Par exemple, lorsque quelqu'un se rapproche d'un parcmètre, cette personne pourrait acheter du stationnement à distance à partir de son smartphone par le biais d'une application de paiement existante », imagine-t-il. « Dès lors ce parcmètre pourrait indiquer au réverbère que vous êtes là pour que celui-ci augmente sa luminosité pendant que vous essayez de garer votre voiture ou de sortir de votre place pour améliorer la sécurité des autres conducteurs ».

Une ville ne devrait pas mettre en œuvre des technologies « smart » parce qu'elles sont à la mode ou parce qu’elles sont uniquement pratique pour les opérations urbaines, poursuit Miguel Gamiño.

« Nous voulons évidemment améliorer le fonctionnement de la ville et rendre ses processus plus efficaces. Mais nous nous concentrons vraiment sur l'utilisation de la technologie pour améliorer la vie des New-Yorkais. Ce qui veut dire promouvoir les meilleurs résultats possibles en se mettant dans la perspective des gens ».

LinkNYC

L'un des projets Smart City de New York est LinkNYC, un réseau de communications qui remplacera plus de 7 500 téléphones publics dans les cinq arrondissements (Manhattan, Brooklyn, Queens, Bronx et Staten Island) par de nouvelles structures appelées « Links ».

Chaque Link fournit un accès rapide et gratuit au Wi-Fi public, permet des appels téléphoniques, la recharge d'appareil et inclut une tablette pour accéder aux services de la ville, ainsi que des cartes et des indications pour s’orienter dans la ville.

« LinkNYC est complètement gratuit car financé par la publicité », explique Miguel Gamiño. « Ce nouveau réseau de publicité numérique permettra aux entreprises de toucher les habitants et les visiteurs, et il générera des revenus de plus d'un demi-milliard de dollars pour la ville ».

« Les gens peuvent utiliser Internet, notre application 311 [un guichet unique pour tous les services gouvernementaux d'information et autres services non urgents] y est chargée pour que vous puissiez demander tout type de renseignements. Link vous permet également d'effectuer un appel téléphonique et de recharger vos appareils mobiles via un port USB ».

Smart New-York City et les transports

New-York est également dans la deuxième phase du projet pilote « Connected Vehicle Pilot Project », un effort national chapeauté par le Ministère des Transports américains pour déployer, tester et mettre en place les technologies mobiles et routières et permettre de multiples applications liées aux véhicules.

La Ville conçoit, construit et teste actuellement de futures technologies de véhicules connectés pour que le public puisse circuler plus rapidement et en toute sécurité. Le projet s'inscrit dans le cadre du plan d'action « Vision Zero » qui vise à mettre fin aux décès et aux blessures causées par les accidents de la route.

Au cours de la première phase du projet pilote, le Service des Transports de New York a préparé un déploiement test de véhicules connectés avec environ 8 000 véhicules - voitures, taxis, camions, camionnettes et autobus. L'objectif du projet pilote est de permettre à la ville de développer et de déployer plus de 15 applications de sécurité pour fournir des avertissements embarqués aux conducteurs.

En parallèle, le service des transports évalue actuellement les propositions des fournisseurs de dispositifs mobiles. Il teste également une application mobile qui guidera les piétons malvoyants lorsqu'ils arrivent aux intersections.

NYC publie ses recommandations pour l'IoT

Un pan de l’initiative de New York consiste à trouver les bonnes pratiques (Guidelines) qui aideront les organismes publics et leurs partenaires à déployer correctement des flottes d’appareils connectés et des réseaux IoT.

« Nous avons publié des recommandations en rapport avec l’Internet des Objets qui ont été approuvées par un certain nombre de villes dans le monde », confirme M. Gamiño. Plus de 20 villes dans le monde ont déjà rejoint New York dans cette initiative.

« Mais il ne s'agissait là que d'une toute première étape pour déterminer les éléments dont nous devons tenir compte alors que nous progressons dans les projets d’infrastructures intelligentes ».

Dernière mise à jour de cet article : novembre 2017

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close