Actualites

Eric Boustouller quitte la direction de Microsoft France

Christophe Bardy

L'accès à ce contenu nécessite un abonnement gratuit

En soumettant vos informations d'enregistrement à LeMagIT.fr vous acceptez de recevoir des communications par courriel de TechTarget et de ses partenaires. Nous vous encourageons à lire notre Politique de confidentialité qui contient des données importantes sur la façon dont nous recueillons et utilisons votre inscription et d'autres informations. Si vous résidez hors des États-Unis, en soumettant ces informations d'inscription, vous consentez à ce que vos données personnelles soient transférées et traitées aux États-Unis. Vous pouvez nous contacter à webmaster@TechTarget.com.

Alain Crozier est le
nouveau patron de
Microsoft France

Après 7 années passées à la tête de la filiale française de Microsoft France, et quelques jours à peine après un débarquement en force des équipes du Fisc pour un contrôle fiscal de l'éditeur, Eric Boustouller est nommé Corporate Vice-President et quitte l'hexagone pour prendre la direction de la région Europe de l’Ouest de Microsoft. Depuis plusieurs mois, les rumeurs d'un départ s'étaient intensifiées sans que l'on sache jusqu'alors quel serait le point de chute de ce dirigeant arrivée en 2002 chez Microsoft depuis Compaq où il était directeur des ventes.

Eric Boustouller est remplacé par Alain Crozier, jusqu’alors Directeur financier Monde et Corporate Vice President de l'éditeur. Arrivé chez l'éditeur en 1994, Alain Crozier a dirigé les finances de la filiale française avant d'assumer le contrôle de gestion pour les régions Amérique du Nord & du Sud et Océanie, puis le contrôleur des ventes pour le monde, et enfin, dès 2000, la direction financière Monde pour plus d’une centaine de pays, au sein de l'organisation Ventes, Marketing et Services du groupe (SMSG).

De retour en France, il hérite d'une organisation dont les résultats ont été plutôt bons au cours des dernières années (notamment sur le secteur des entreprises, ou l'éditeur a connu une forte progression). Il sera toutefois confronté aux multiples défis imposés par la crise, et devra aussi faire face au challenge du renouvellement annoncé du portefeuille de produits serveurs et de produits pour postes de travail.

Un changement de PDG à la veille d'un renouvellement en profondeur du portefeuille de produits

Si l'arrivée des nouveaux produits serveurs devrait plutôt être une bonne nouvelle (du fait des améliorations bienvenues apportées à Windows Server et à Hyper-V, par exemple), Microsoft devrait être confronté à un challenge bien plus délicat sur les postes de travail. L'éditeur a en effet effectué des choix d'interface radicaux pour son nouvel OS (avec l'interface Metro) et courre le risque important de déconcerter ses utilisateurs grand public et de s'aliéner sa base d'utilisateurs professionnels, tant l'arrivée de Metro bouleverse l'ergonomie de l'OS. Les entreprises pourraient ainsi décider de faire l'impasse sur l'OS (comme cela avait été le cas avec Vista) au vu des problèmes de formation et d'utilisation que pourrait entraîner le déploiement à grande échelle du nouvel OS.

Dérivée de l'interface de Windows Phone, l'interface Metro de Windows 8 est présentée en interne comme une révolution ergonomique alors qu'elle n'a pas produit les résultats escomptés dans le monde des mobiles, où Windows Phone est jusqu'alors un bide retentissant. En tentant de l'imposer aussi sur les postes fixes (donc dans un univers ou les écrans tactiles sont rares), Microsoft prend donc un très grand risque surtout en période de crise. Non que l'éditeur ne puisse se le permettre : l'excellente performance des produits serveurs au cours des dernières années a créé un second moteur de croissance à même d'amortir d'éventuels chocs sur l'activité desktop.

A force de ne regarder que Windows et le grand public et de ne parler que de réseaux sociaux et de cloud, on en oublierait que les divisions business (office, Microsoft Dynamics...) et Server & Tools (Windows Server, Exchange, SQL Server, Sharepoint...) ont représenté plus de 10,4 Md$ de CA au 3e trimestre contre 4,62 Md$ pour Windows et Windows live, 1,6 Md$ pour la division entertainment & Devices (l'essentiel provenant de l'activité XBox) et 707 M$ pour les services Online (Office 365, BPOS, Windows Azure...).


Réagir à cet article Commentaire

Partager
Commentaires

    Résultats

    Participez à la discussion

    Tous les champs sont obligatoires. Les commentaires apparaîtront sous l'article.