Actualites

L'état du monde IT : l'Open Source, vers une logique business

Cyrille Chausson

Un monde en pleine mutation. L'Open Source serait-il en train de vivre son Mai 68 ? Le modèle qui repose sur la disponibilité du code source des applications et d'un support garanti par des offres de services associés tend à gagner petit à petit les systèmes critiques, preuve de maturité et de fiabilité. Du coup, du côté des éditeurs, on s'organise. Et c'est l'ensemble de l'éco-système communautaire qui s'en trouve bouleversé, saupoudré désormais d'une logique commerciale concurrentielle. Bref, 2008 a vu la mutation du modèle : d'un concept alternatif, l'Open Source tend à devenir un business comme un autre. Mais avec ses propres spécificités... et ses risques d'implosions.

Coûts en R&D dilués dans la communauté, mises à jour plus rapides notamment pour les rustines de sécurité, réactivité, autant de qualités qui ont dopé l'Open Source dans l'esprit des DSI. Sans que l'aspect idéologique intervienne dans les choix des donneurs d'ordre. Bref, côté technologique, l'Open Source a bien pris son envol. Poussé également par les tendances du moment, le Cloud computing et le Saas (Software as a service), qui modifient les habitudes d'achat du logiciel vers une consommation "à la carte". Un argument qui fait mouche en

    L'accès à ce contenu nécessite un abonnement gratuit

    En soumettant vos informations d'enregistrement à LeMagIT.fr vous acceptez de recevoir des communications par courriel de TechTarget et de ses partenaires. Nous vous encourageons à lire notre Politique de confidentialité qui contient des données importantes sur la façon dont nous recueillons et utilisons votre inscription et d'autres informations. Si vous résidez hors des États-Unis, en soumettant ces informations d'inscription, vous consentez à ce que vos données personnelles soient transférées et traitées aux États-Unis. Vous pouvez nous contacter à webmaster@TechTarget.com.

temps de crise.

Bref, l'Open Source semble promis à un bel avenir. Présentée lors de l'Open World Forum - une manifestation qui tenait sa première édition cette année -, la feuille de route 2020 anticipe une généralisation de l'Open Source dans des segments comme l'infrastructure, les outils de développement, les applications scientifiques ou l'embarqué. Avec, pour principale conséquence, une augmentation significative des emplois sur ce segment.

Une affaire de propriétaires

Face à ce contexte, et à la part prise par l'Open Source dans le marché du logiciel, les éditeurs sentent le vent tourner. Un rapport publié en cette fin d'année par Saugatech Technology vient résumer la situation. Avec la montée de l'adoption du modèle Open Source et sa maturité grandissante, les éditeurs dits propriétaires s'immiscent dans l'histoire. Quitte à en devenir le moteur principal. Saugatech rappelle que si l'Open Source connaît cette progression, c'est bien parce que des acteurs comme Microsoft renforcent le modèle, et participent activement aux communautés de développement. Des propos qui hérissent le poil de Richard Stallman, apôtre du logiciel libre, qui a fêté en 2008 les 25 ans du projet GNU (Gnu's Not Unix), premier OS à base de logiciels libres.

Alors fusion des deux modèles hier rivaux ? Naissance d'un hybride plus adapté aux problématiques de marché ? Quoi qu'il en soit, le rapprochement entre les deux mondes, propriétaire et Open Source, est scellé lorsque Talent, éditeur Open Source français dans l'intégration de données, rejoint officiellement l'Afdel (l'Association française des éditeurs de logiciels). Que l'organisation, née de la volonté de Microsoft vite rejoint par Dassault Systèmes ou Cegid, ouvre aujourd'hui ses portes à l'Open Source constitue tout un symbole.

Mickos met les pieds dans le plat

Autre signe d'évolution du modèle, l'ambition de Marten Mickos, ex pdg de MySQL revendu à Sun, qui propose de réserver certaines briques de la base de données aux seuls abonnés payants. Preuve qu'un modèle commercial doit éclore, titrait alors pour l'occasion LeMagIT. Selon le pdg, il s'agit avant tout « de bâtir une économie et non une religion ». En clair, organiser un éco-système dont les prémices ont déjà été donnés par les modèles de double licence par exemple.

Reste que c'est l'esprit communautaire lui même, soit la base du modèle, qui pourrait en pâtir. « Nous sommes aujourd'hui dans une phase de Gentleman Agreement », rappelait Cédric Thomas, pdg du consortium Open Source OW2, en relevant qu'aujourd'hui les éditeurs Open Source restent unis pour grignoter ensemble des parts de marché au modèle propriétaire. Mais lorsque la masse critique sera atteinte, qu'adviendra-t-il de cette belle unité, s'interroge-t-il. Une question statégique que les acteurs de l'Open Source pourront encore ruminer quelques mois.

L'actualité 2008 de l'Open Source en une dizaine d'articles publiés sur LeMagIT

- Avril
Open Source : un modèle commercial doit éclore

- Mai
Open Source : la communauté, un plus pour la fiabilité du code
Marten Mickos, Sun : « Nous bâtissons une économie, pas une religion »

- Août
Open Source : la leçon française à l’Amérique

- Octobre
Open Source : l'appât du gain, une menace pour l'unité de la communauté ?

- Novembre
Open Source : les entreprises adoptent le modèle sans le maîtriser
Un éditeur Open Source rejoint l'Afdel 
Vos avis : le risque juridique de l'Open Source est surestimé par Gartner

- Décembre
L'Open Source, c'est désormais une affaire d'éditeurs propriétaires
L’Open Source s'organise pour se prémunir de brevets abusifs
Le Forum Open World se donne 12 ans pour généraliser l'Open Source


Réagir à cet article Commentaire

Partager
Commentaires

    Résultats

    Participez à la discussion

    Tous les champs sont obligatoires. Les commentaires apparaîtront sous l'article.