Open Source : un modèle commercial doit éclore

A l'heure où MySQL veut réserver des composants à ses utilisateurs payants, la question se pose de faire évoluer le modèle de l'Open Source vers un éco-système plus commercial. Un environnement davantage formaté à la gouvernance des entreprises.

L'idée de réserver certains composants de MySQL aux seuls abonnés payants de la base a fait resurgir un dossier épineux dans le domaine de l'Open Source : la validité du modèle pour les entreprises. Si l'annonce de Marten Mickos, ex-Pdg de MySQL, a provoqué un petit tsunami chez certains développeurs (injustifié selon d'autres), elle a également permis de soulever deux questions : le modèle de développement et de distribution du logiciel qui encadre le mouvement doit-il, ou non, évoluer d'un point de vue commercial? La licence maîtresse du logiciel Open Source, la GPL, permet elle un usage propice du logiciel dans le système d'information critique des entreprises?

Cette problématique, Jonathan Schwartz, Pdg de Sun, désormais propriétaire de la base de donnée, semble l'évoquer en filigrane lors d'une interview à l'occasion de la conférence Web 2.0. Dans une question posée via Twitter sur les bienfaits pour MySQL de se voir dans le giron de Sun, le Pdg explique, très concrètement, que depuis le rachat, la base de données a ramené un contrat de 10 M$. Un succès qu'il attribue à la démarche commerciale de Sun. « Je suis ravi de voir les progrès que nous faisons. Nous croulons sous les demandes d'entreprises traditionnelles (à l'opposé des entreprises Web 2.0) qui souhaitent savoir comment obtenir une offre de support pour un produit qu'elles ont utilisé lors de phases de développement, mais qui, jusqu'à présent, n'étaient pas rassurées pour un déploiement commercial. Maintenant, elles le sont (...). » Autrement dit, les entreprises ne sont pas effrayées par l'Open Source, mais ne s'y risquent pas (ou peu), par manque de garanties et d'assise des fournisseurs.

Une offre commerciale pour rassurer

C'est également la thèse que soutient Bertrand Diard, Pdg du Français Talend, spécialiste de l'ETL Open Source qui, outre le fait de tempérer l'esclandre provoquée chez les développeurs par l'annonce de Marten Mickos, rappelle que le monde Open Source doit évoluer vers un monde connu des entreprises. « Un monde également régi par des lois économiques et commerciales ». Comprendre, un éco-système dans lequel le décisionnaire en entreprise doit avoir des garanties lorsqu'il opte pour une technologie, ou doit pouvoir contacter un responsable en cas de malfonction.

Bertrand Diard va plus loin : « D'un point de vue développement, il est également naturel de fermer certains composants à la viralité de la GPL, pour rassurer le client qui ne souhaite pas que les développements spécifiques très critiques qu'il vient de commander et sur lesquels reposent son SI, soient versés dans la communauté. » Il ne s'agit pourtant pas de parler de modèle propriétaire, mais bien d'une licence Open Source plus contraignante que la GPL, d'un point de vue commercial.
Rappelons que cette licence impose de reverser en GPL toute modification apportée à du code sous cette même licence. Ce que certaines entreprises considèrent comme un frein, lorsqu'on parle par exemple de sécurité.

Tout ce que distribuera Sun sera Open Source

Un point que confirme par ailleurs Jonathan Schwartz, à l'occasion du même entretien. « Je pense que Marten a eu un retour direct et immédiat lui expliquant que son idée était mauvaise – et nous n'avons aucune intention d'écarter des éléments technologiques de la communauté. Tout ce que distribuera Sun sera disponible librement, sous un modèle de licence libre et Open Source (quelle soit GPL, LGPL ou Mozilla/CDDL). Tout. Sans exception. »

Pour approfondir sur Open Source

- ANNONCES GOOGLE

Close