Actualites

T-Systems perd l'infogérance des PC d'EADS, 180 emplois menacés à Toulouse selon Libération

Christophe Bardy

Ce sont nos confrères de LibéToulouse qui le révèlent : T-Systems vient de perdre le marché de la hot-line utilisateurs d'EADS qu'il opérait

    L'accès à ce contenu nécessite un abonnement gratuit

    En soumettant vos informations d'enregistrement à LeMagIT.fr vous acceptez de recevoir des communications par courriel de TechTarget et de ses partenaires. Nous vous encourageons à lire notre Politique de confidentialité qui contient des données importantes sur la façon dont nous recueillons et utilisons votre inscription et d'autres informations. Si vous résidez hors des États-Unis, en soumettant ces informations d'inscription, vous consentez à ce que vos données personnelles soient transférées et traitées aux États-Unis. Vous pouvez nous contacter à webmaster@TechTarget.com.

depuis juin 2003. La SSII Allemande fournissait depuis cette date l'assistance téléphonique et le support bureautique  (ainsi que le support sur certaines applications métiers spécifiques) aux salariés d'Airbus et d'Eurocopter. Cette prestation était rendue dans les quatre principaux pays européens où est implanté Airbus, à savoir l'Allemagne, l'Angleterre, l'Espagne et la France. Le tout depuis des centres d'appels situés à Hambourg, Madrid et Toulouse (les sites principaux d'EADS en France sont à Toulouse pour Airbus et à Marignane pour Eurocopter). Le contrat avec T-Systems prévoyait aussi que la SSII, filiale de Deutsche Telekom, gère l'exploitation du parc de PC et périphériques du groupe aéronautique.

Un contrat sous-traité à Toulouse à Spie InfoServices par T-Systems

A Toulouse, la situation est encore un peu plus complexe. EADS ayant exigé un support local en langue française, T-Systems ne fournissait pas le support depuis son centre principal de Barcelone - qui héberge pourtant des techniciens francophones -, mais au travers d'un contrat de sous-traitance avec Spie Infoservices. Un contrat d'environ 3 M€ par an, portant sur la fourniture des prestations de Help-Desk. La filiale de Spie Communications employait ainsi plus d'une centaine de techniciens hot-line dans son centre d'appels de la zone d'activité de Basso-Cambo (dans les anciens locaux de StorageTek). Salariés dont l'emploi est aujourd'hui sérieusement menacé.

Mise à jour (le 2/08/2011 à 15h00) : le contrat européen noué avec ComputaCenter a semble-t-il été piloté depuis l'Allemagne, puisque c'est l'entité allemande de Computacenter qui a contractualisé avec EADS.

D'autant que, selon nos confrères de LibéToulouse, les techniciens de Spie Communications étaient embauchés dans le cadre de CDIC (CDI Chantiers), une forme de contrat très particulière figurant dans la convention collective Syntec Ingénierie et limitée en principe aux sociétés sous code NAF 742C (Spie Communications est une SSII sous code NAF 6190Z et SPIE InfoServices utilise le 6203Z)). Le fameux contrat peut être rompu unilatéralement par l'employeur en cas de fin du "chantier" auquel était affecté le salarié, mais oblige toutefois l'employeur à proposer si possible un reclassement sur un autre "chantier". Son usage n'a a priori pas cours dans les SSII. Les joies, méandres et dérives de la convention Syntec...

Un nouveau contrat gagné par Computacenter

Terminons en signalant que le nouveau contrat de hot-line et de gestion du parc de PC d'EADS a été confié à l'anglais Computacenter, qui mène depuis plusieurs années une politique agressive de développement sur le marché du support, de la maintenance et de l'exploitation - et qui a fait de la France un de ses axes de développement, au travers notamment du rachat de Top Info. Computacenter a constitué une équipe spécifique pour la gestion du contrat EADS. Computacenter dispose de centres de services téléphoniques à Kuala Lumpur (Malaisie), Erfurt (Allemagne), Le Cap (Afrique du Sud), Paris (France), Barcelone (Espagne), Milton Keynes et Nottingham (Royaume-Uni). Ironiquement, c'est sans doute le site de Barcelone qui traitera la plupart des appels de support d'EADS.

A lire aussi sur LeMagIT :

Gemalto confie à T-Systems la gestion de l’ensemble de ses postes de travail dans 40 pays


Réagir à cet article Commentaire

Partager
Commentaires

    Résultats

    Participez à la discussion

    Tous les champs sont obligatoires. Les commentaires apparaîtront sous l'article.