2007 : l'année des serveurs lames

2007 aura été l'année des serveurs lames, c'est en tout cas ce que confirment les derniers chiffres rendus publics par le cabinet d'étude IDC. Entre le dernier trimestre 2006 et le dernier trimestre 2007, les ventes de ces serveurs ont ainsi progressé de plus de 54% pour atteindre 1,22 Md$, soit 7,8% des ventes totales de serveurs (toutes plates-formes confondues).

2007 aura été l'année des serveurs lames, c'est en tout cas ce que confirment les derniers chiffres rendus publics par le cabinet d'étude IDC. Entre le dernier trimestre 2006 et le dernier trimestre 2007, les ventes de ces serveurs ont ainsi progressé de plus de 54% pour atteindre 1,22 Md$, soit 7,8% des ventes totales de serveurs (toutes plates-formes confondues). Sur la même période, le marché mondial des serveurs n'a progressé que de 2,5% pour atteindre 15,6 Md$.

Ce succès impressionnant des serveurs lames s'appuie notamment sur leur adoption par un nombre croissant de grands comptes, qui en font leur architecture standard pour les serveurs x86. Les entreprises apprécient notamment la souplesse et à la modularité de ces serveurs, mais aussi leur densité et leur plus grande simplicité d'administration. A cela s'ajoute l'appétit des grands comptes pour la consolidation et la virtualisation, deux domaines où les lames excellent et où leurs qualités contribuent à résoudre des problèmes croissants d'encombrement des datacenters et de consommation énergétique (moyennant des soucis d'alimentation et de refroidissement lié à la densité…) .

Un autre facteur dopant pour les serveurs lames est qu'ils ne sont plus limités au seul monde x86. IBM et Bull avec leurs lames PowerPC, Power 6 (plus une lame Cell pour Big Blue), HP avec ses lames Itanium, Sun avec ses lames UltraSparc T2, ont tous commencé à susciter l'intérêt de leur base installée Unix notamment dans le cadre de renouvellement de serveurs d'entrée de gamme. Pour les grands du marché Unix, les lames sont aussi une façon de faire baisser les prix et donc d'enrayer la progression des serveurs x86 sur leur marché.

HP domine le secteur avec près de 50% des ventes au dernier trimestre 2007

La vraie surprise de 2007 est sans conteste la leçon donné par HP à IBM sur le secteur des lames, un secteur dont Big Blue avait pourtant fait une priorité stratégique. Grâce à sa dernière génération de châssis, le BladeSystem c7000, HP a réussit à séduire les entreprises et a nettement repris l'ascendant sur Big Blue. Second du secteur au dernier trimestre 2006, avec 37% des ventes (en chiffre d'affaires), HP a terminé l'année 2007 avec une part de marché record de 47,7% laissant IBM à près de 15 points de parts de marché. Même chez IBM certains reconnaissent que ce sont les avantages techniques du BladeSystem qui ont permis à HP de reléguer le BladeCenter au second rang mondial. Le pire pour Big Blue est que les choses ne devraient guère s'arranger en 2008, du fait de l'agressivité retrouvée des autres acteurs mondiaux des serveurs sur le marché des lames.

Le réveil de Dell et de Sun devrait se traduire dans les chiffres en 2008

Dell, le numéro 3 historique, a ainsi connu une sombre année 2007, mais devrait en toute logique regagner du terrain en 2008 avec son nouveau châssis le Blade M1000e. Lancé le 22 janvier, cet équipement reprend les recettes essentielles du BladeSystem d'HP et affiche un tarif agressif. Il pourrait donc permettre au constructeur Texan de séduire les entreprises au détriment des solutions d'HP et IBM.

Sun qui a profité de 2007 pour revoir intégralement son offre, entend lui aussi faire valoir les avantages de son offre. Le constructeur est celui qui a connu la plus forte croissance en 2007 (il faut dire qu'il revenait de loin). Il pointe désormais au quatrième rang mondial et aurait gagné près de 300 nouveaux clients au cours du seul troisième trimestre 2007. En haut de gamme, le constructeur propose le Sun Blade 8000, un châssis modulaire impressionnant avec ses 19 U capables d'accueillir jusqu'à dix lames quadri-processeur Opteron. En entrée de gamme, le Sun Blade 6000 est la réplique du constructeur californien auxx châssis d'HP et Dell. Avec quelques atouts uniques comme le Sun Blade 6048, un rack de 42 U précâblé capable d'accueillir jusqu'à 48 lames soit 8 de plus que ses concurrents.

Derrière ses quatre acteurs, Fujitsu-Siemens, Bull et NEC se partagent les miettes. Le premier dispose pourtant d'une offre originale avec un ingénieux BX600, capable d'agréger jusqu'à 4 lames serveurs Opteron bi-processeur en un serveur octo-processeur, ainsi que le très impressionnant BladeFrame, un serveur lame développé conjointement avec l'américain egenera. Bull, de son côté a calqué son offre sur celle d'IBM dont il reprend les châssis et les lames (y compris les lames Power 6). Cet alignement pourrait faire de la firme un redoutable concurrent pour l'offre de Big Blue, notamment en France. NEC enfin, poursuit sa stratégie de différenciation avec son châssis 6U Sigmablade, capable d'accueillir jusqu'à 8 lames bi-Xeon.

En savoir plus :

Le communiqué d'IDC sur les ventes mondiales de serveurs au dernier trimestre 2007

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close