Microsoft/Yahoo : le petit jeu du chat et de la souris

Selon le journal The Times, Microsoft a prévu d’entamer un « proxy fight » dans la semaine. Cette bataille des mandats à pour but de convaincre les actionnaires de modifier le rapport de force au sein du conseil d’administration de Yahoo. On sait désormais que 2 clans s’affrontent : ceux qui souhaitent discuter avec Redmond de manière pragmatique et ceux pour qui il n’en est pas question.

Selon le journal The Times, Microsoft a prévu d’entamer un « proxy fight » dans la semaine. Cette bataille des mandats à pour but de convaincre les actionnaires de modifier le rapport de force au sein du conseil d’administration de Yahoo. On sait désormais que 2 clans s’affrontent : ceux qui souhaitent discuter avec Redmond de manière pragmatique et ceux pour qui il n’en est pas question. Une faction emmenée par Jerry Yang, cofondateur de Yahoo.

Microsoft aurait, selon The Times, décidé d’investir de 20 à 30 millions de dollars en avocat et conseils divers supcetibles de convaincre les actionnaires. Une guerre de tranchée donc, qui vise surtout à augmenter la pression. Une méthode déjà éprouvée par Larry Elisson lorsqu’Oracle avait jeté son dévolu sur Peoplesoft dans le même genre de circonstances.

Reste que, pour agir, Microsoft attend encore de voir si Yahoo lui envoie un rejet formel à son offre. Ce qui n’est toujours pas le cas. Le portail joue la montre afin d’explorer l’ensemble de ses possibilités. Dans tous les cas, cela lui permettrait d’argumenter et de faire monter les enchères au moment d’annoncer officiellement à Microsoft que son offre n’est pas suffisante, tout en ayant des faits sérieux à opposer à ses propres actionnaires.

Bill Gates monte au front

Tout en se préparant à une bataille très technique sur le terrain de l’actionnariat, Microsoft a également décidé de remettre en perspective sa stratégie. Et fait jouer la fanfare en envoyant Bill Gates – pourtant en pré-retraite - en évangéliste de luxe. Dans un entretien accordé à Reuters, le cofondateur du groupe qualifie l’offre de « très équitable ». Et affirme tranquillement qu’avec ou sans Yahoo, Microsoft s’orienterait résolument vers une forte stratégie Web. Le portail permettrait seulement d’aller plus vite compte tenu « du travail de développement déjà effectué ». En ligne de mire Google, dont Bill Gates affirme qu’il est le seul à disposer de la masse critique suffisante dans le domaine de la publicité contextualisée en ligne (le search advertising).
Au 3e trimestre 2007, Google contrôlait 25% de ce marché aux Etats-Unis, en croissance de 4 points par rapport à 2006 selon IDC. Dans le même temps Yahoo (le n°2) perdait un point à 11,3%, tandis que Microsoft reculait également un peu à 5,2% de part de marché.
Concernant les usages en terme de moteur de recherche – clé de l’audience –, Google est loin devant au niveau mondial avec 62,4 % des requêtes suivi de très loin par Yahoo avec 12,8 %, selon les chiffres de ComCast. Puis vient…. Baidu (le Google chinois) avec 5,2 %, qui relègue Microsoft à la 4ème place avec un « pauvre » 2,9 % du marché.

Pour approfondir sur Opérateurs et intégrateurs réseaux

- ANNONCES GOOGLE

Close