Ce qu'il faut savoir sur les bénéfices de VHDX, le nouveau format de VM d'Hyper-V 3.0

Windows Server 2012 Hyper-V, aussi connu sous le nom Hyper-V 3.0 met en oeuvre un nouveau format de fichier pour les machines virtuelles, le VHDX. LeMagIT revient sur les bénéfices apportés par ce nouveau format alors que Microsoft s'apprête à lancer son nouvel OS serveur le 4 septembre 2012.

vhd3

Windows Server 2012 Hyper-V, dont le lancement officiel se fera le 4 septembre, adopte un nouveau format de fichier pour le stockage des machines virtuelles, le format VHDX, destiné à succéder au format VHD. À bien des égards, les disques VHDX offrent des avantages par rapport à leur prédécesseur notamment des performances supérieures, plus de fiabilité et aussi l’aptitude à stocker plus de données. Microsoft met aussi en avant une transition simple entre l’actuel format VHD et le VHDX, l’éditeur fournissant un outil simple pour convertir un disque dur virtuel VHD au format VHDX.

 vhd1
Figure 1. Hyper-V 3.0 supporte à la fois le VHD
et le VHDX (cliquer sur l'image pour agrandir)

Avec le format VHDX, les administrateurs de serveurs virtualisés avec Hyper-V seront en mesure de créer des disques virtuels plus capacitifs. Hyper-V est actuellement limité au support de disques de 2 To du fait des contraintes imposées par le format VHD. Avec le format VHDX, cette limite est repoussée à 64 To.

Dans les versions actuelles, Windows Server 2012 permet de créer aussi bien des VHDX que des fichiers VHD. Comme dans la version précédente, ces disques virtuels peuvent être de taille fixe ou dynamique (leur taille augmente au fur et à mesure que l’on y dépose des données).

Une nouveauté est la possibilité de créer ce que Microsoft appelle des disques de différenciation (ou differencing disks). L’idée est, à partir d’un VHDX maître, de créer un disque lié qui s’appuie sur le maître mais ne contient que les modifications apportées par rapport à la date de sa création. Un système assez similaire à celui des snapshots que Microsoft devrait notamment mettre en avant pour des applications comme le VDI (on disposera alors d’un mécanisme d’image maître et de « clones » liés).

 vhd2
Figure 2. On peut choisir entre une taille fixe ou
variable ou le mode disque de différenciation,
qui est la version Microsoft de la notion de clone
lié. (cliquer sur l'image pour agrandir)

Le format de fichier VHDX offre également d’autres avantages qui vont au-delà d’une capacité plus élevée. Il est ainsi possible de supporter des tailles de blocs plus grandes avec une taille de secteur logique de 4K, ce qui devrait permettre d’améliorer les performances pour certaines applications par rapport aux anciens fichiers VHD. En outre, Microsoft a pris des mesures pour prévenir la corruption dans les fichiers VHDX en cas de panne de courant (les mises à jours de données sont loguées ou " journalisées" dans les métadonnées du VHDX, ce qui offre un mécanisme de secours).

VHD à VHDX: Le processus de conversion
Il est bien sûr possible de convertir un fichier VHD vers le nouveau fichiers VHDX, ce qui devrait permettre une transition assez simple des catalogues d’images existants vers le nouveau format.

 vhd3
Figure 3. la conversion d'un VHD en VHDX
(cliquer sur l'image pour agrandir)

Le processus de conversion est relativement simple. Lorsque vous faites un clic droit sur un serveur hôte dans le Gestionnaire Hyper-V, un menu déroulant apparaît, qui contient une option baptisée (« Edit Disk » - dans la version en anglais). Lorsque vous choisissez cette option, un assistant vous invite à sélectionner un disque dur virtuel. L'écran suivant vous présentera une option pour convertir le format de ce disque au format VHDX, comme le montre la figure 3, ci-contre.

Le seul problème de taille est que Microsoft n’a pas prévu de mécanisme de conversion à chaud. Il est impossible de convertir à la volée les fichiers VHD de machines en cours d’exécution. Il faut donc conserver en mémoire le fait que pendant sa conversion, le disque dur virtuel n’est pas disponible. Un autre bémol est que le processus de conversion crée un nouveau fichier de disque dur virtuel en parallèle de l’ancien avant de l’effacer. Pendant la conversion, il faut donc s’assurer de disposer de suffisamment d'espace disque physique pour héberger temporairement deux copies du disque dur virtuel que vous convertissez.

Adapté d'un article en anglais de Brien Posey, SearchServervirtualization, par Christophe Bardy

Dernière mise à jour de cet article : août 2012

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close