IBM voudrait licencier aux Etats-Unis pour embaucher en Inde

Début février, on apprenait qu’IBM proposait un reclassement dans un pays low cost à ses salariés nord américains remerciés.

Début février, on apprenait qu’IBM proposait un reclassement dans un pays low cost à ses salariés nord américains remerciés. Selon le Wall Street Journal, le géant de l’informatique va poursuivre, sinon accélérer, cette stratégie : IBM devrait ainsi supprimer 5 000 postes aux Etats-Unis – sur 115 000 -, transférant une bonne partie des fonctions correspondantes en Inde. Et le quotidien économique de préciser que 71 % des effectifs de Big Blue – sur un total de 400 000 - sont déjà hors des frontières américaines, contre 65 % en 2006.

La question est désormais de savoir si ces 5 000 suppressions de postes doivent venir s’ajouter aux 4 600 déjà discrètement réalisées depuis le début de l’année. Ce qui semble probable en regard des estimations du syndicat Alliance@IBM : ce dernier prévoit 16 000 licenciements chez IBM cette année. 

Pour approfondir sur Constructeurs

Crowd Management chez IBM : plus qu'une "spéculation" ? Vraie boulette ou fausse annonce ? Voire « spéculation » sans conséquence, si l’on en croît les services de communication d’IBM ? Quoiqu’il en soit effectivement, l’hypothèse évoquée par Tim Ringo pour l’évolution, d’ici à 2017, des effectifs d’IBM – leur division par 4 –, et reprise par Personnel Today, n’a pas laissé grand monde de marbre. Aux Etats-Unis, tout d’abord, où Lee Conrad, du syndicat Alliance@IBM souligne « le peu de considération de l’entreprise pour ses employés ». En Europe, et plus particulièrement en France, les syndicalistes que nous avons interrogés se montrent plus réservés et, en particulier, attendent « confirmation. » Même s’ils considèrent la perspective « plausible ».

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close