IBM licencierait en toute discrétion

Selon le New York Times, ce ne sont pas 800 personnes, comme officiellement annoncé par IBM, ni 2850 comme l’estimait récemment le Wall Street Journal, mais déjà au moins 4600 salariés que Big Blue aurait discrètement remerciés depuis le début de l’année, en Amérique du Nord.

Selon le New York Times, ce ne sont pas 800 personnes, comme officiellement annoncé par IBM, ni 2850 comme l’estimait récemment le Wall Street Journal, mais déjà au moins 4600 salariés que Big Blue aurait discrètement remerciés depuis le début de l’année, en Amérique du Nord.

Interrogé par nos confrères, J. Randall McDonald, vice-président senior d’IBM en charge des ressources humaines, invoque un processus routinier de licenciements ciblés s’accompagnant de renforcement des effectifs sur d’autres fonctions : « Notre activité est en constante transformation. » Un avis qui ne semble pas faire l’unanimité dans le contexte actuel : certaines voix, notamment syndicales, s’élèvent désormais pour dénoncer une démarche de dissimulation et de contournement de la législation en vigueur.

Début janvier, Alliance@IBM évoquait déjà le chiffre de 16 000 suppressions de postes outre-Atlantique.

Pour approfondir sur Opérateurs et intégrateurs réseaux

- ANNONCES GOOGLE

Close