Avec SMoney, BPCE se lance dans la guerre du paiement mobile… à petits pas

Alors que Kwixo fête sa première un année et que Buyster la fêtera en septembre prochain, un nouveau venu se lance dans le paiement sur mobile : BPCE. Le groupe proposera à partir de septembre, SMoney, un porte-monnaie électronique sur smartphone fonctionnant aussi bien dans le monde physique que sur Internet.

Si les portes-monnaies électroniques fleurissent dans les pays en voie de développement (M-Pesa au Kenya - photo ci-dessous, ou Orange Money par exemple), ce n’est pas encore le cas en Europe. BPCE veut pourtant s’y essayer avec SMoney.

fef8839df2153224c7f5368dd2b295c6fb426d5a02dd5047b736865399919531Ce système, contrairement aux modèles africains fonctionnant via USIM sur n’importe quel téléphone même basique, s’adresse aux smartphones (sous iOS et Android dans un premier temps). Il se divise en deux applications : SMoney pour les particuliers, et SMoney Pro pour les professionnels (boutiques en ligne, commerces physiques, professionnels nomades…). Pour les particuliers, l’utilisation est gratuite. Il suffira de s’enrôler en entrant son numéro de téléphone et son mot de passe (à six chiffres) et de créditer son compte SMoney à l’aide d’un premier virement de son compte courant (soit à partir du mobile connecté à Internet, soit sur Internet). Ensuite, l’application servira, comme Buyster et Kwixo, à payer sur Internet avec son numéro de téléphone, à échanger de l’argent entre particuliers sans passer par les espèces ou le chèque comme Kwixo, mais également à payer des commerçants, nomades ou non. Pour ces derniers, l’enrôlement est également gratuit. En revanche BPCE prendra une commission, non pas sur chaque transaction comme pour une carte bancaire ou le système Paypal, mais sur les sommes collectées avec SMoney durant une période donnée (tous les quinze jours ou tous les mois). Le taux de cette commission n’a pas été dévoilé.

Une généralisation en 2013

Le téléphone mobile, une réponse à la fraude sur Internet ?
Buyster, Kwixo et maintenant SMoney, le paiement sur téléphone mobile agite beaucoup banquiers et opérateurs. Alors que la fraude à la carte bancaire repart à la hausse en 2011  sur les paiements à distance, selon l’Observatoire des moyens de paiement, le paiement par téléphone portable devient une alternative crédible. D’autant qu’en France, la mise en œuvre de 3D Secure passe de plus en plus par l’envoi d’un code de validation non rejouable par SMS sur le téléphone du client de la banque. Quitte à avoir son téléphone à portée de mains, autant se passer d’ordinateur
Cliquez pour dérouler

« Nous tenions à être le premier groupe bancaire à lancer un porte-monnaie électronique dont on se sert totalement sur smartphone, » affirme Olivier Klein, directeur général Banque commerciale et assurance de BPCE. « Nous devions faire en sorte de ne pas être suiveurs, mais si possible juste à temps, un peu en avance des concurrents. » En attendant, il va falloir patienter. Si SMoney est en préparation depuis 18 moins et présenté aujourd’hui, il ne sera accessible qu’à partir de septembre à Toulouse, Rennes, Nantes et Bordeaux, avant d’être généralisé à partir de 2013 à l’ensemble de la France. Dans un premier temps les clients de BPCE (Caisses d’Épargne, Banques Populaires, BRED) tant particuliers que commerçants seront incités à  télécharger et utiliser les applications. Par viralité, les clients d’autres banques pourront s’enrôler à volonté, pour encaisser un paiement reçu par exemple. En attendant, BPCE devrait se méfier. Kwixo, lancé en juillet 2011 par Crédit Agricole et Fia-Net, pourrait facilement ajouter une fonction de paiement de proximité à son application. Celui-ci affiche 240 000 membres actifs et 720 sites marchands partenaires pour un transfert entre particuliers moyen aux alentours de 35 € et un panier moyen d’achats de 160 € (contre 90 € en moyenne pour tout le e-commerce).

Pour approfondir sur Opérateurs et intégrateurs réseaux

- ANNONCES GOOGLE

Close