Compute Engine : Google dresse son Iaas devant AWS

A l’occasion de sa conférence développeurs, Google a levé le voile sur Compute Engine, une offre Iaas qui positionne le géant du cloud sur un segment aujourd’hui plus porteur que le Paas. Le groupe entend désormais proposer une plate-forme globale pour se dresser face à AWS.

Du Paas au Iaas, il n’y a qu’un pas, nous avait appris Microsoft en début de mois, lorsque le groupe avait pris la décision de convertir Azure au Iaas et au support de VM Linux. Un pas que Google franchit également ce jour. La firme de Mountain View a ainsi profité de sa conférence développeurs Google I/O qui se tient actuellement à San Francisco pour annoncer Compute Engine. La vision Iaas du groupe, qui vient ainsi compléter le portefeuille de services proposés par le groupe, à savoir App Engine (son Paas), BigQuery (analyse des Big Data), Cloud SQL et Cloud Storage (stockage). Des services que le groupe entend aujourd’hui étroitement conjuguer au sein d’une plate-forme cloud, baptisée Google Cloud Platform, et non plus présenter ses produits sous forme de solutions uniques et isolées.

Compute Engine, aujourd’hui en seule version béta limitée, apparait ainsi comme la brique manquante de cette plate-forme, nécessaire pour aller attaquer le ténor du Iaas Amazon. Comme l’indique Craig McLuckie, chef de produit, Compute Engine permet de provisioner des machines virtuelles (uniquement Linux pour le moment) à la demande. Ces VM supportent 1, 2, 4, 10 coeurs virtuels et sont liées à 3,75 Go de RAM par coeur. Côté stockage, Google propose plusieurs formules : en local, sur un service de stockage persistant ou sur Cloud Storage. Ces VM peuvent également être connectés en grappe, indique Google. La firme de Mountain View y ajoute une série d’API, ainsi que des outils à destination des développeurs afin de créer des modules d’administration et de contrôle.

Côté tarification, il en coute par exemple entre 0,145 $ par heure pour un VM à un coeur virtuel à 1,16 $ par heure pour 8 coeurs virtuels.

Outre le fait de se placer face à AWS, Google tente, avec Compute Engine, de répondre au moins à deux problématiques. Premièrement, le décollage lent du Paas. Comme Microsoft avec Azure, Google doit également s’impatienter de voir ses revenus issus du Paas stagner. Selon Gartner, le Paas est aujourd’hui la couche la moins mature d’un point de vue fonctionnel. De 707,4 millions de dollars en 2011, le segment devrait atteindre 1,8 milliards de dollars en 2016. En 2011, le Saas pesait 12,1 milliards de dollars, à titre de comparaison.

Deuxièmement, Compute Engine constitue une réponse aux développeurs qui voyaient dans App Engine, un Paas trop limité, basé sur des méthodes de développements restrictives,  des API dédiées et un support de langages limités (Python, Java et Go), comme nous le confirment d’ailleurs nos confrères de Wired.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close