A son tour, Salesforce façonne son Cloud aux exigences de l’administration US

Après Google, Microsoft et Amazon, Salesforce présente une formule de son cloud dédiée aux agences gouvernementales américaines. Infrastructure, magasin applicatif...le groupe de Marc Benioff profite de l’arrivée de Vivek Kundra, ancien DSI d’Obama, dans ses rangs, pour monter sur ce créneau.

A l’occasion de sa conférence Cloudforce de Washington, Salesforce a présenté une offre d’environnement cloud taillée sur mesure aux exigences du gouvernement américain. Baptisée Gouvernment Cloud, cette offre repose logiquement sur la puissante infrastructure multi-tenant du groupe, avec laquelle le groupe de Marc Benioff motorise ses outils de CRM mais également sa plate-forme Force.com. Comme l’indiquent nos confrères du New York Times, ce cloud gouvernemental devrait ainsi permettre aux agences fédérales ainsi qu’à leurs partenaires ayant été certifiés, de profiter des avantages de flexibilité du cloud. L’idée est ainsi de mettre à disposition de cette cible, des instances et un environnement en nuage qui soient conformes aux exigences très critiques de conformité et de régulation.

Il faut ajouter que Salesforce a pu peaufiner son offre avec un spécialiste du genre. Le groupe a recruté en effet Vivek Kundra, l’ancien DSI de l’administration, qui avait quitté son poste institutionnel en juin 2011, avant de rejoindre Salesforce en janvier 2012, au poste de vice président des marchés émergents. Vivek Kundra est notamment connu pour avoir mené une politique d’ouverture au sein du gouvernement américain et poussé le IT gouvernemental vers des projets cadres, comme celui portant sur l’Open Data (on lui doit notamment le portail data.gov) et - surtout - la mise en place de la stratégie «Cloud First». Cette dernière impose notamment aux administrations de privilégier le modèle Cloud au détriment du modèle on-premise. Le tout, évidemment, dans une logique de mutualisation des ressources et de réduction des coûts. En septembre 2009, Vivek Kundra avait également inauguré Apps.gov, un portail Web à partir duquel les administrations peuvent acheter des applications et des services Saas approuvés par le gouvernement.

S’inspirant de cette approche, Salesforce a pu ainsi profiter de cette expertise pour  monter sa propre offre. Outre une brique infrastructure, Gouvernment Cloud comporte un magasin applicatif qui donnera accès à une compilation d’applications dédiées aux processus des administrations. Baptisée AppExchange for Government, cette Appstore proposera une soixantaine d’applications, développées par des éditeurs certifiés et approuvés, à partir de Force.com, la Paas du groupe.

Salesforce n’est le premier fournisseur de services Cloud à avoir formaté son infrastructure aux desiderata du secteur public américain. Google bataille à imposer ses Google Apps for Government alors que Microsoft développe une version d’Office 365, isolée et sécurisée, répondant aux contraintes réglementaires de l’administration US. Amazon Web Services, de son côté, développe AWS GovCloud.


Egalement sur LeMagIT.fr

Cloud : Google réfléchit à des accréditions de sécurité pour Google Apps

CloudStore : la Grande-Bretagne passe officiellement ses politiques d’achat à la moulinette Cloud  



Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close