Cisco le retour : la firme se renforce dans la vidéo en rachetant NDS pour 5 Md$

Cisco renoue avec les grosses acquisitions et se relance sur le marché des opérateurs et des diffuseurs par la voie de la vidéo. Le groupe de John Chambers rachète pour 5 Md$ NDS Group, un spécialiste de la TV numérique et des solutions de cryptage pour les TV à péage.

Cisco renoue avec les grosses acquisitions. Le spécialiste des équipements, qui mène une stratégie de recentrage sur certaines de ses activités coeur de métier, vient de débourser un montant évalué à 5 milliards de dollars pour se payer NDS Group. Cette société, filiale de News Corp, est bien connue pour ses solutions de gestion de flux vidéos IP-TV, ainsi que ses solutions de cryptage destinées aux chaînes de TV numérique, notamment. La transaction, déjà approuvée par les actionnaires des deux groupes, a été réalisée en numéraire et devrait être finalisée au 2e semestre 2012. NDS est une société emblématique dans le chiffrement des flux vidéos et le contrôle d’accès. La société, fondée en 1988 et  détenue par News Corp de Rupert Murdock et par le fonds Permira, a notamment développé les premiers systèmes de contrôle d’accès, Videocrypt et Videoguard, utilisés à l’origine par les chaînes américaines du groupe de Murdoch. Avec cette acquisition, Cisco vise notamment à ajouter des briques technologiques supplémentaires à sa plate-forme Vidéoscape. Une offre que le groupe de John Chambers destine aux fournisseurs de contenu vidéo ainsi qu’aux chaînes de TV -en France, Cisco compte par exemple Numéricable parmi ses clients. Le rachat de NDS permet notamment à Cisco de mettre la main sur la plate-forme de TV interactive Media Highway de NDS, ainsi que sur les systèmes de DRM et d'accès conditionnels de la société. Cisco indique dans un communiqué que cette acquisition devrait également lui permettre d’ajouter de nouveaux services à sa plate-forme (notamment en matière de monétisation) et de renforcer sa présence dans les pays émergents. Une région où NDS est bien implanté, souligne Cisco, citant CCTV en Chine, et Bharti et TataSky en Inde. Cisco devrait aussi devenir le fournisseur privilégié des différents réseau Sky au travers de l'Europe et notamment le bouquet BSkyB  au Royaume-Uni.

Un passé trouble marqué par l'affrontement avec Canal + NDS a toutefois un passé trouble, car la société a joué un rôle éminent dans l'affrontement entre les groupes News Corp et Canal+ sur le marché de la télévision par satellite tout au long des années 90 et au début des années 2000. NDS a ainsi fait l'objet d'une plainte de la part de Canal +, qui l'a accusé d'avoir contribué au piratage de son propre système de cryptage (le Mediaguard ou SECA 1 à l'époque) et d'avoir participé à a publication des ROM SECA sur Internet. Une publication qui, à l'époque, avait généré un afflux de cartes illégales et mis en péril le modèle économique de Canal+, de ses filiales et de ses clients. Par exemple, à l'époque, le principal concurrent de BSkyB (News Corp) en Angleterre, ITV Digital, utilisait le système de Canal+, de même que la filiale de Canal en Italie, Telepiu et leurs ventes s'étaient effondrées suite au piratage. Canal+ avait fini par attaquer en Californie et demandait 1 Md$ de domages et intérêts (voir pour les détails sur l'affaire l'excellent article de notre confrère

Telesatellite hebdo). En pleine crise de Vivendi (alors actionnaire majoritaire de Canal +), les hostilités avaient cessé à la suite de la vente de Telepiu à News Corp en octobre 2002, puis de celle de Canal+ Technologies (alors co-détenu par Canal+, Sun Microsystems, Sony et Sogecable) à Thomson pour 190 M€. Ce dernier revendra par appartements Canal+ Technologies moins de neuf mois plus tard, cédant la technologie de DRM Mediaguard à Nagra France pour 240 M€ et la plate-forme Media Highway 

à la société NDS pour 60 M€. A l'époque, Thomson comme Vivendi étaient en proie à de graves difficultés financières, mais la vente de Canal+ Technologies avait fait grand bruit, certains dirigeants de Canal+ considérant que leur maison mère avait bradé un actif stratégique à un prix ridicule. Dix ans plus tard, le rachat de NDS par Cisco leur donne indirectement raison.

Le premier grand rachat de Cisco depuis sa réorganisation Ce rachat massif intervient presque un an après

la décision de John Chambers de se recentrer autour de

piliers clés pour groupe, la vidéo côtoyant le cloud, les architectures métiers, la virtualisation, les centres de données, la collaboration ainsi que les commutateurs et les routeurs. Cisco avait alors mis en place un plan de restructuration qui comprenait

la suppression de 9% de ses effectifs mondiaux. On se rappelle également que le constructeur, dans le cadre de son programme de recentrage, avait décidé de stopper ses activités grand public,

tuant alors la caméra video Flip. Ce rachat de NDS constitue une étape clé dans la croissance d’un Cisco revigoré, résume Marthin De Beer, senior vice président, de la division Video and Collaboration de Cisco,

sur son blog. Il est aussi une bonne nouvelle pour News Corp. Lorsque la firme avait racheté les minoritaires de NDS avec Permira en janvier 2009, la société était valorisée à 3,6 Md$. C'est donc une culbute de près de 40% que News Corp aura réussi en approximativement 3 ans.

Pour approfondir sur Equipementiers

- ANNONCES GOOGLE

Close