BPM : PegaSystems mise sur son modèle pour attaquer les secteurs de l’énergie et du gouvernement

L’éditeur de BPM et CRM PegaSystems mise pour se développer dans l'hexagone sur les marchés de l’énergie et de l’Administration. Il joue pour cela de son positionnement innovant et de son image de pure-player indépendant du secteur.

Sur le marché du BPM, en proie à une certaine concentration, PegaSystems espère jouer des coudes et faire valoir sa position d’éditeur indépendant. C’est un des messages de Gilles Azoulay, patron pour l’Europe de l’Ouest de l’éditeur qui compte bien profiter d’un a priori positif des entreprises pour la gestion des processus - et surtout leur rationalisation, crise aidant - pour s’imposer sur ce segment de marché.

Positionner comme acteur clé du marché de BPM et du CRM, depuis notamment le rachat de Chordiant (un acteur du CRM), par Gartner notamment, PegaSystems fait parti de ses acteurs (comme Tibco, Progress Software ou encore Cordys) pour qui la technologie jugée innovante et le modèle économique et l’approche de niche un brin élitiste, ont permis de maintenir un statut de pure-player. Un point que nous évoquait par ailleurs Derek Miers, analyste chez Forrester Research.

Et visiblement la mayonnaise semble prendre, rapporte Gilles Azoulay, qui souligne que le groupe poursuit sur sa lancée en terme de croissance. +30% en 2011 et celle-ci devrait être identique en 2012, explique-t-il. En France, la filiale, composée de 35 personnes, a réalisé un chiffre d’affaires de 15 millions d’euros en 2011. Ambitieux, Gilles Azoulay parle même de «doubler les objectifs pour 2012».  Confiant donc en ces temps de crise et de tour de vis budgétaire sur le IT.

Le groupe compte faire valoir son approche intégrée, qui mêle BPM, CRM et Case Management, et son support par défaut des environnements Cloud pour aller séduire une clientèle haut de gamme. PegaSystems, historiquement bien implanté sur les segments des banques, des assurances, avec un fort accent dans la gestion des paiements, des options de crédit et de la gestion des sinistres, compte également exploiter le levier de la très contraignante régulation de l’industrie pharmaceutique pour s’imposer sur ce segment.  En 2012, le groupe américain misera également pour sa croissance sur les marchés de l’énergie et du secteur public, indique Gilles Azoulay. Deux offres plus spécifiques devraient donc naître. Le 4 janvier dernier, PegaSystems a déjà amorcé la pompe côté énergie en positionnant son offre comme une solution de gestion des incidents critiques. L’idée est ainsi de permettre aux entreprises de ce secteur de collecter des données, évaluer les informations afin de prendre une décision finale optimisée. PegaSystems y a ajouté l’analyse prédictive, depuis le rachat de Chordiant, afin d’ajuster les processus en temps réel.

Ce rachat de Chordiant avait bousculé le modèle de PegaSystems en l’amenant sur le marché du CRM. Au final une solution qui permet aux entreprises d’automatiser leur processus au sein d’une plate-forme de CRM, à vocation multi-canale, précise Gilles Azoulay, indiquant au passage que les solutions PegaSystems peuvent tourner par défaut dans le Cloud, tout comme dans tout autre environnement.

Une approche du type de celle de Cordys, dont le tout-intégré et le support par défaut des environnements Cloud avait été mis fortement en avant lors de la conférence utilisateurs Cordial 2011, en novembre 2011 ? Une façon surtout de valider le modèle de PegaSystems, nuance Gilles Azoulay, qui rappelle que chez Cordys, on retrouve également un ancien de chez PegaSystems. Mais il préfère toutefois rappeler que ce qui fait une des forces du groupe est notamment son approche métier, très intégrée, ainsi que ses outils de modélisation.  «On part du métier et l’ordinateur gère la programmation. Les seuls besoins sont l’intégration ainsi que les connecteurs.»

Pour approfondir sur Applications transversales - PGI (ERP)

- ANNONCES GOOGLE

Close